Le ministère de la Culture partenaire de la plateforme Sémanticpédia

DBpédia en français 17

Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, a signé aujourd'hui un accord de partenariat pour la plateforme Sémanticpédia, qui développe le projet de DBpédia en français. En soutenant ces deux initiatives complémentaires, la Rue de Valois souhaite favoriser l'accessibilité aux données culturelles.

dbpédia

 

DBpédia est un projet communautaire consistant à explorer et extraire automatiquement des données à partir de Wikipédia, dans le but de proposer une version structurée des différents chapitres de l’encyclopédie en ligne. L'intérêt est de pouvoir ensuite assurer un meilleur accès à ces ressources, tant aux internautes qu'aux robots, tels que ceux exploités par les moteurs de recherche. Notamment utilisé pour les ressources en anglais, ce projet se décline en différentes langues : japonais, russe, espagnol... Selon la Rue de Valois, ce projet de DBpédia francophone va offrir aux musées, aux bibliothèques et plus généralement aux opérateurs culturels « des perspectives inédites de diffusion et de partage de leurs ressources en ligne ».

 

« En permettant de procéder à des requêtes à partir de contenus en langue française, le projet place également notre langue au cœur du « Web de données », enjeu culturel et technologique majeur », ajoute le ministère de la Culture, qui précise que les extractions de DBpédia concernent 1,3 million d’entrées en français, dont 45 % à caractère culturel.

Un développement dans le cadre de la plateforme Sémanticpédia

Aurélie Filippetti a ainsi signé une convention de partenariat avec Michel Cosnard, président de l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria), et Rémi Mathis, président de Wikimédia France, au sujet de la plateforme collaborative Sémanticpédia. Son but ? « Créer des programmes de recherche et de développement en matière culturelle à partir des données extraites de Wikipédia francophone », explique le ministère de la culture.

 

sémanticpédia

 

Dans la pratique, la plateforme fonctionne grâce au concours de trois acteurs, comme l’indique le site Internet de Sémanticpédia :

  • Le ministère de la Culture est le moteur définissant les projets. Il est censé fournir son expertise sur des contenus ou projets culturels en lien avec un réseau national d'établissements culturels.
  • Wikimédia France doit apporter ses connaissances relatives aux corpus, outils, données, processus éditoriaux et à la plate-forme wiki des projets wikimédiens.
  • L'Inria développe quant à elle des outils expérimentaux mobilisant des données et services culturels du ministère de la Culture, d'une part, et des données et services des projets wikimédiens, d'autre part.

La plateforme n'en est pourtant pas à ses débuts. Un premier jeu de données complet a par exemple déjà été extrait le 16 décembre dernier. 


chargement
Chargement des commentaires...