L'ambitieux BlackBerry 10 se dévoile et rafraîchit l'expérience utilisateur

Un système qui ne manque pas d'atouts 51
Vincent Hermann

RIM traverse depuis deux ans une véritable traversée du désert. Licenciements, mauvais résultats financiers, mais surtout les retards consécutifs de celui que la firme attend comme le sauveur : BlackBerry 10. La société vient d’ailleurs d’en révéler davantage lors de sa conférence dédiée aux développeurs.

blackberry 10

Source : CNet

Un système très attendu

BlackBerry 10 est le grand espoir de Research In Motion. Le système d’exploitation mobile doit arriver durant le premier trimestre 2013 et les développeurs y travaillent ardemment. Il faut dire que les BlackBerry sont en perte énorme de vitesse dans un marché qui est dominé désormais par deux acteurs : Apple et Google, avec respectivement iOS et Android. Thorsten Heins, PDG de la société, en est d’ailleurs plus que conscient puisqu’il a indiqué à All Things Digital : « Je pense que nous avons un très bon angle de tir pour devenir l’écosystème mobile numéro 3 dans le monde ».

Les smartphones BlackBerry 10 devront réussir sur tous les plans. D’une part, les objets eux-mêmes devront séduire. Cela vaudra aussi bien pour les composants que pour les lignes des smartphones, donc la puissance et le design. D’autre part, toute la partie logicielle devra également taper dans l’œil. Et là, il faudra faire coup double : attirer les clients, mais également les développeurs tiers sans qui aucune plateforme ne peut plus prétendre au succès.

Pour RIM, il va surtout s’agir de proposer un ensemble capable de démontrer une modernité n’ayant rien à envier aux concurrents. Plusieurs éléments sont donc cruciaux, telle la réactivité du tactile qui doit être parfaite, la sensation de puissance, la réponse concrète aux besoins d’aujourd’hui (notamment en matière de réseaux sociaux), la facilité d’utilisation de l’ensemble ou encore des apports dans les fonctionnalités orientées professionnels.

Rafraîchir l'expérience utilisateur

BlackBerry 10 compte frapper à travers plusieurs éléments forts. Comme le montre la vidéo ci-dessous (All Things Digital), le système d’exploitation s’appuie très largement sur les gestes tactiles :

Par exemple, on accède directement à l’écran d’accueil via un glissement du doigt du bas de l’écran vers le haut, et il n’y a même pas besoin d’appuyer d’abord sur un bouton quelconque. Ce geste est également utilisé dans une application quelconque pour revenir à l’écran d’accueil, accentuant la cohérence de l’ensemble.

Cet écran d’accueil est constitué d’un maximum de huit tuiles représentant les dernières applications lancées et nommées Active Frames. Ces dernières sont donc pleinement fonctionnelles, et il ne s’agit donc pas de widgets ou de versions « gelées ». Les développeurs auront le choix sur ces tuiles : soit afficher une vraie miniature de l’application, soit une vue réduite contenant des informations sélectives. L’impression de multitâche est donc relativement forte. On remarque d’ailleurs que chaque retour à l’écran d’accueil place la dernière application manipulée en haut à gauche. L’ouverture d’une neuvième application ferme bien sûr automatiquement la plus ancienne. RIM a baptisé cette nouvelle philosophie d’utilisation le « Flow ».

Le centre de messagerie : le vrai coeur de BlackBerry 10

L’autre grande fonctionnalité du système est le BlackBerry Hub qui fonctionne comme un centre de messagerie. On y retrouve donc l’ensemble des emails et messages (SMS et BBM), mais également les tweets, l’historique des appels, Facebook, LinkedIn et les autres données de ce type. Les gestes pour atteindre le Hub sont intéressants : un glissement vers la droite depuis le bord gauche de l’écran, à la manière d’un nombre croissant d’applications sous iOS et Android, comme Facebook et Spotify. Depuis une application, on peut effectuer le geste de retour vers l’écran d’accueil, puis à mi-chemin glisser vers la droite. Le Hub est donc toujours accessible et constitue le vrai cœur de BlackBerry 10.

 

Lorsque l’on glisse vers la droite de l’écran d’accueil, on trouve une grille d’applications beaucoup plus traditionnelle. The Verge, qui a pu manipuler un smartphone de test, indique d’ailleurs que le système ressemble à un mélange entre iOS et Windows Phone. À travers les journalistes qui ont pu se servir du modèle de test (basé sur une bêta 3 du système, les avis convergent : BlackBerry 10 est prometteur et a une vraie carte à jouer, mais aura besoin d’une courbe d’apprentissage. CNet par exemple compare le produit au mouvement risqué effectué par Microsoft avec Windows Phone : un système entièrement neuf, avec les risques que cela comporte.

Un système hybride pour les professionnels et particuliers

Mais RIM est connue essentiellement pour son orientation professionnelle. La version 10 ne fera pas exception, mais dépoussièrera son expérience utilisateur. Le système peut en effet être considéré comme « hybride », mêlant les applications personnelles et professionnelles. Ces dernières seront lancées dans un mode sécurisé pouvant obéir à des politiques d’entreprise. Un employé disposera donc d’applications maison (les entreprises pourront avoir leur propre « App Store ») tout en pouvant se servir des siennes.

Reste que le succès des prochains smartphones de la société sera déterminé par la réponse du public. RIM va devoir (re)séduire les développeurs pour proposer dès le lancement un parc applicatif raisonnable. BlackBerry 10 est crucial pour le futur de la firme, dont on peut sans doute dire qu’elle n’a plus droit à l’erreur.


chargement
Chargement des commentaires...