LQDN, l’UFC-Que Choisir et le SAMUP claquent la porte de la mission Lescure

Lescure de désintoxication 78

Coup de tonnerre. Alors que la mission de concertation sur l’acte II de l’exception culturelle, dirigée par Pierre Lescure, doit être présentée officiellement aujourd’hui au ministère de la Culture, Philippe Aigrain (La Quadrature du Net), Alain Bazot (UFC-Que Choisir), et François Nowak (Syndicat des artistes, musiciens, chanteurs, danseurs et enseignants), viennent de publier une tribune dans Libération. Ils y expliquent en quoi la situation actuelle est « révoltante », et pourquoi ils ne participeront pas à la mission menée par l'ancien PDG de Canal+.

culture acte lescure

 

Voilà trois acteurs clés qui viennent de claquer la porte. Ces mêmes acteurs auxquels Pierre Lescure adressait de sérieux appels du pied lors de ses interventions médiatiques, lorsqu’il affirmait qu’il fallait tout particulièrement écouter les usagers, notamment parce qu’ils avaient été selon lui moins ou pas écoutés lors de la précédente mission ayant conduit à la mise en place de l’Hadopi.  

 

Mais aujourd’hui, les représentants de l’UFC-Que Choisir, de La Quadrature du Net et du SAMUP (organisations réunies au sein de la plateforme Création - Public - Internet) s’expriment dans Libération. « Pourquoi nous ne participerons pas à la mission Lescure ». Le titre est clair et sans ambiguïté. Il en va de même pour leurs explications.

Les intérêts de Pierre Lescure pointés du doigt

Selon Philippe Aigrain, Alain Bazot et François Nowak, la situation à laquelle ils sont confrontés est « révoltante ». Pourquoi ? Parce que « pour la troisième fois en cinq ans, la mission de définir les orientations des politiques portant sur la culture et Internet est confiée à une personne fortement impliquée dans les intérêts privés de la production, distribution et promotion des médias ». Comme nous le relevions suite à l’annonce de la nomination de Pierre Lescure (voir notre article : Pierre Lescure, un pied dans Hadopi, un oeil dans les DRM), les auteurs de cette tribune regrettent que l’intéressé « siège au conseil d’administration ou de surveillance de Havas, de Lagardère et de deux sociétés qui jouent un rôle essentiel dans les dispositifs de contrôle d’usage des œuvres (DRM) : Kudelski et Technicolor ».

 

Ils affirment d’autre part que la « privatisation de la préparation des politiques publiques » est toujours de mise, contrairement à ce que pouvait laisser penser le changement de majorité. D'après eux, Pierre Lescure invoque ainsi deux qualités pour justifier sa nomination : « ses relations amicales avec le chef de l’État (qui lui ont permis de proposer ses services), et la connaissance des distributeurs et producteurs ». Or ce sont justement ces « conflits d’intérêt qui devraient interdire de le nommer », selon Philippe Aigrain, Alain Bazot et François Nowak.

Des reproches envers « l’étroitesse de vue » de la mission Lescure

Fin août, Pierre Lescure avait surpris en annonçant qu’il y aurait « forcément une partie de la réponse qui comportera la légalisation des échanges non-marchands ». Mais cette « sortie » n’a manifestement pas du tout convaincu. Pour les auteurs de la tribune, il ne s’agit que d’une expression reprise « dans un sens perverti ». « Là où nous y voyons un droit culturel essentiel s’appliquant à toutes les œuvres numériques, il n’y voit qu’une source de monétisation des fonds de catalogue qui ne se prêtent pas à être promus comme des savonnettes ».

 

À cet égard, il apparaît selon eux qu'une telle approche « ne mettrait en rien fin à l’absurde guerre au partage non marchand ». Aigrain, Bazot et Nowak déplorent ainsi « l’étroitesse de vue de la mission » menée par Pierre Lescure, qui ne se limite d'ailleurs pas à ce sujet. Ils regrettent également que la mission Lescure privilégie avant tout la télévision connectée. Pour eux, « seul semble importer la survie d’un modèle d’industrie de distribution culturelle dont les auteurs, artistes et techniciens sont le dernier souci ».

Un refus de cautionner « une caricature de débat démocratique »

Le 6 septembre dernier, ouvrait culture-acte2.fr, le site dédié à la mission Lescure. Y étaient notamment mis à disposition la lettre de mission de l’intéressé ainsi que la composition de son équipe. Mais selon les auteurs de la tribune, les sept personnes accompagnant l’ancien PDG de Canal+ n’ont pas le rôle qu’ils devraient avoir. D’après eux, « Pierre Lescure sera seul, avec un groupe de technocrates sans voix propre, pour décider de ce qu’il retient des auditions ». Ils notent par ailleurs que l’état des lieux programmé par la mission Lescure, de juillet à septembre, a été confié « aux seuls membres de l’équipe technique, sans aucun échange contradictoire ni cadre officiel ».

 

La décision de Philippe Aigrain, Alain Bazot et François Nowak est prise : ils ne participeront pas à la mission Lescure, en déclinant les invitations qui leur ont été envoyées. Pour eux, pas question de cautionner « cette caricature de débat démocratique », notamment en ce que Pierre Lescure « a des idées bien arrêtées sur chacun des sujets devant pourtant faire l’objet des débats ». Ils expliquent ainsi qu’il va de leur devoir de « tirer la sonnette d’alarme ».

 

Et le jour choisi pour claquer la porte n'est pas anodin. Il sera en ce sens intéressant de voir la réaction de l'intéressé et de la ministre de la Culture lors du lancement officiel de la mission Lescure, prévu pour dans quelques heures.

 

 


chargement
Chargement des commentaires...