Covid-19 : retour sur l'« excès exceptionnel de décès » du Haut-Rhin, et ses chiffres manquants

#SilverEpidémie 71
Accès libre
image dediée
Crédits : Morakot Kawinchan/iStock
Solidarité

Les décès (in)directement attribués au Covid-19 dans les EHPAD et les avis de décès publiés dans la presse régionale du Haut-Rhin confirment que le nombre de mort a doublé dans le département par rapport à la moyenne des années précédentes. Des chiffres plus élevés que ceux publiés pour ceux des seuls établissements hospitaliers.

Les données mises en ligne en fin de semaine dernière confirment que le taux de mortalité des personnes âgées avait été « probablement très sous-estimé », comme nous l'écrivions dans notre analyse de l'explosion d'avis de décès dans la presse du Haut-Rhin, le département le plus touché.

À raison de 721 avis de décès parus en 25 jours, soit 86 % de plus que la moyenne de 387 sur les 25 premiers jours des mois de mars des années précédentes, nous nous attendions à une explosion du taux de mortalité. A fortiori parce que le chiffre de 239 décès, alors officiellement attribués au Covid-19, ne tenait compte que de ceux ayant eu lieu dans les établissements hospitaliers, et pas des personnes décédées à domicile ou dans des EHPAD. 

Depuis, nous avons enregistré un total de 950 avis de décès en mars 2020, soit deux fois plus que la moyenne de 460 avis de décès parus en mars ces huit dernières années dans le Haut-Rhin. 

coronavirus covid-19 haut-rhin avis décès

Une explosion que l'on commence aussi à constater dans d'autres départements, à l'instar du Bas-Rhin voisin où, le 28 mars, les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA) ont publié 14 pages d'avis de décès, contre 3 seulement un mois auparavant.

Ce dimanche 5 avril, il en publiait même 17 pages, correspondant à 117 avis de décès, et 63 de plus le 6 avril (contre 15 en moyenne le mois dernier)... alors que l'ARS n'avait recensé (au 1er avril) que 180 décès dans les hôpitaux, plus 71 dans les EHPAD du Bas-Rhin. Du 9 au 30 mars, « selon des chiffres non définitifs », les DNA rapportent « une hausse de plus de 50 % des décès à Strasbourg ».

L'Alsace a par ailleurs et depuis rapporté que « 192 personnes sont également décédées dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes du département. Soit un total de 479 décès dans le Bas-Rhin, auquel il faudra ajouter les décès survenus dans d'autres cadres ».

Dans le Haut-Rhin, 314 décès en EHPAD

Ce 2 avril, l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est révélait qu'au 31 mars, 411 EHPAD étaient « touchés par le COVID-19 sur les 620 de la région soit 66 % ». Mais également que « 570 personnes âgées sont décédées au total, dont plus de la moitié (314) dans le Haut-Rhin », sans que l'on sache pour autant combien sont (in)directement liés au Covid-19.

Et ce, quand bien même, précisait l'ARS, « dès les premiers jours de l’épidémie, des mesures de prévention et de protection ont été prises par les directions des EHPAD pour préserver la santé des résidents. »

L'ARS estime que, dans le Haut-Rhin, le Covid-19 pourrait avoir causé 314 décès dans les EHPAD en plus des 437 dans les établissements hospitaliers, sur le seul mois de mars. Le total – sans compter ceux à domicile (nous y reviendrons) – serait alors 72 % supérieur à celui dans les hôpitaux. Un ratio ne pouvant être appliqué à d'autres départements.

Dans son point épidémiologique du 2 avril 2020, l'ARS avait à ce titre souligné que, pour la semaine du 16 au 22 mars 2020, le niveau de mortalité toutes causes confondues avait été qualifié d'« excès exceptionnel de décès » selon le barème du projet européen EuroMomo (pour European monitoring of excess mortality for public health action).

coronavirus covid-19 euromomo

1 020 décès au 27 mars 2020, deux fois plus que les années précédentes

Le 27 mars 2019, l'Insee n'en avait en effet répertorié, de manière dématérialisée, que 444, et 527 le 27 mars 2018, soit 33 % de moins que les décès finalement constatés pour l'ensemble du mois. En effet, toutes les mairies ne sont pas équipées. Ainsi, les données consolidées par l'Insee répertorient 590 décès en mars 2019, contre 700 en mars 2018.

Dans son tableau répertoriant le nombre de décès transmis de manière dématérialisée par les mairies équipées, l'Insee en a d'ores et déjà comptabilisé 1 020 en date du 27 mars 2020, avec une courbe de mortalité exponentielle. Il faudra attendre pour connaître ceux définitifs pour 2020, qui seront forcément supérieurs à ce chiffre.

coronavirus covid-19 insee

Si la tendance des 7 derniers jours de relevé (57,8 morts par jour) se confirme sans plus d'augmentation, le bilan de mars 2020 devrait être de 1 251 morts. En y appliquant le ratio de 33 % des années précédente aux 1020 déjà enregistrés, on arriverait à un total de 1 356 morts. Une valeur qui sera très probablement inférieure à la réalité.

Ainsi, le Covid-19 a donc d'ores et déjà doublé la mortalité dans le Haut-Rhin pour ce seul mois de mars 2020. L'insee rendra public ce vendredi les chiffres dématérialisés pour l'ensemble du mois, et ceux consolidés sans doute avec quelques jours manquants, du fait d'un « délai maximal de transmission de 8 jours, auquel il faut rajouter un délai de saisie ».

Données décès comparatif Haut Rhin Covid-19

S'il y a eu plus d'avis de décès que de décès en mars 2019, c’est en raison d’avis correspondant en partie à des décès datant de février. A contrario, le fait qu'il y ait (bien) plus de décès remontés à l'Insee que d'avis publiés dans la presse au 27 mars 2020 témoigne de la (sur)mortalité (in)directement due à la pandémie.

La préfecture du Haut-Rhin vient à ce titre d'expliquer que la mortalité y a « plus que doublé en mars 2020 en raison de l’épidémie de coronavirus », à mesure que 1 309 décès y auraient été enregistrés, contre 590 l’année précédente, et que « certains jours il a été enregistré 70 décès contre 20 une année auparavant ».

Les personnes décédées du Covid-19 à domicile ne sont pas encore répertoriées

Le taux de létalité, correspondant à la proportion de décès liés à une maladie ou à une affection particulière, par rapport au nombre total de cas atteints par la maladie ou concernés par la condition particulière, devrait par ailleurs et encore s'aggraver.

C'est en effet ce que laissait entendre Christophe Lannelongue, directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) du Grand Est, pour qui « dans le Haut-Rhin, où l'épidémie s'est plus largement diffusée, l'impact du confinement sera fort mais différé. » Évoquant le travail de modélisation des effets du confinement en vigueur depuis le 17 mars effectué par l'ARS, il estime que « ce n'est pas avant quelques semaines [entre le 15 et le 25 avril], qu'on verra l'impact de ces mesures sur le système de santé. »

La mortalité devrait donc d'ici là continuer à augmenter, même si la courbe de progression du nombre cumulé de décès dus au coronavirus laisse entendre qu'elle pourrait se tasser. Plusieurs personnes – dont l'auteur de cet article – se sont étonnées du nombre « cumulé » de décès, passé de 437 à 418 le 2 avril sans que Santé public France ni l'ARS n'ait semble-t-il répondu depuis à ce sujet :

Décès cumulés Haut Rhin Covid-19

Une courbe trompeuse, au demeurant. Non seulement parce qu'elle ne prend pas en compte les personnes décédées du Covid-19 dans les EHPAD, mais également parce qu'elle ne comptabilise pas non plus ceux qui en meurent à domicile.

Aucune donnée n’est disponible pour le Haut-Rhin. S’il est évidemment impossible de transposer la situation d’une ville/région à une autre, cela permet de tâter le terrain. En Seine-Saint-Denis, le nombre de décès a ainsi bondi de 63 % entre le 21 et le 27 mars par rapport à la semaine précédente, selon l’Insee.

« Je signe en ce moment trois à quatre permis d'inhumer par jour », a expliqué au micro d'Europe 1 Sylvine Thomassin, maire de Bondy, qui raconte qu'avant l'épidémie, le rythme était plutôt de trois à quatre permis par semaine. Sollicitée par l’AFP, la direction de la santé dit « ne pas avoir d’explication dans l’immédiat » quant à ces chiffres, d’autant plus étonnants que le nombre de décès à l’hôpital est plus faible en Seine-Saint-Denis que dans les autres territoires d’Ile-de-France.

Les entreprises de pompes funèbres contactées par l’AFP évoquent de « nombreux cas de morts à domicile et dans les maisons de retraite ». « On est tous complètement débordés, je n’ai jamais vu ça ! C’est catastrophique. Même la canicule de 2003, c’est incomparable », témoigne un patron du secteur.

298 décès à Mulhouse entre le 16 et le 29 mars, contre... 9 l'an passé

Car si on a beaucoup entendu parler des personnels soignants débordés, les entreprises de pompes funèbres le sont aussi. Le patron de l'une d'entre elles, à Mulhouse (dans le Haut-Rhin), a expliqué à l'AFP avoir pris en charge son premier défunt du Covid-19 le 13 mars. Deux semaines plus tard, il s'était occupé de 178 décès, contre 60 environ « en temps normal ».

Le nombre de prises en charge aurait aussi plus que triplé chez les pompes funèbres Kittler, à Lutterbach, une commune de la banlieue de Mulhouse, précise l'AFP, et a été « multiplié par deux » aux pompes funèbres Schaub à Wittelsheim, au nord-ouest de Mulhouse. À Mulhouse, un adhérent de la CPFM, « première fédération patronale du secteur funéraire », explique de son côté que l’année dernière, il avait à gérer 10 à 15 décès par semaine.

La semaine dernière, il en comptabilisait jusqu’à 36 en une journée. Libération rapporte pour sa part qu'à Mulhouse, 298 personnes sont mortes entre le 16 et le 29 mars. Un an plus tôt, seuls 9 étaient décédés dans la même période. « Les corbillards font la queue devant l’hôpital pour aller chercher les corps. Le crématorium reçoit un cercueil toutes les demi-heures », expliquait fin mars au Monde Florence Fresse, déléguée générale de la Fédération française des pompes funèbres. 

Face à l'augmentation du nombre de décès dans le Haut-Rhin, « l'un des premiers foyers de l'épidémie de coronavirus », le préfet vient d'annoncer la réquisition d'un entrepôt « dépositoire pour accueillir les cercueils des personnes défuntes dans l'attente des cérémonies d'inhumation ou de crémation » et « garantir le respect et la dignité des défunts ».

Une mortalité en trompe-l'œil

Plusieurs enquêtes et études portant sur des clusters espagnols et italiens révèlent que le taux de surmortalité constaté est de deux à quatre fois plus important que le nombre de décès officiellement attribués au Covid-19, comme le remarquait cet article de The Economist (basé, en partie, sur notre précédente enquête).

coronavirus covid-19 economist

La province de Bergame, en Italie, a ainsi officiellement attribué 2 060 décès au Covid-19, mais également enregistré 5 400 actes de décès, six fois plus que l'an passé (900)... La surmortalité y serait donc de 4 500 décès (in)directement dus au coronavirus. Dans d'autres villes italiennes, le nombre de décès répertoriés en 2020 est six, huit voire dix fois plus important que celui enregistré en 2019.

Notre enquête évoquait par ailleurs un taux de mortalité des personnes âgées probablement très sous-estimé. Les données transmises par Santé publique France à l'Institut national d'études démographiques (Ined) révèlent que 95 % des personnes décédées du Covid-19 dans les hôpitaux avaient plus de 60 ans, 82 % plus de 70 ans, 57 % plus de 80 ans et 18 % plus de 90 ans, alors qu'ils ne représentent que 27, 15, 10 et 1,4 % de la population française.

coronavirus covis-19 silver vieux

Ce, alors que l'on passait en sept jours seulement de 3 523 personnes décédées dans les seuls établissements hospitaliers (le 31 mars) à 10 328 décès (le 7 avril), dont « au moins » 3 237 dans les établissements, services sociaux ou médico-sociaux (ESSMS, dont font partie les EHPAD), soit 31 % de la totalité des décès répertoriés à ce jour.

Un chiffre encore provisoire, avait par ailleurs expliqué Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, lorsque les ESSMS n'avaient déclaré « que » 1 416 décès, nombre d'entre eux n'ayant pas encore transmis les chiffres de la (sur)mortalité enregistrée. 

Étrangement, le site de Santé publique France annonçait, ce lundi 6 avril, 8 911 décès dus au Covid-19, dont 6 494 enregistrés dans les centres hospitaliers, et 3 079 dans les ESMS, soit... 9 573 décès cumulés (dont 32 % hors hôpitaux). Il s'agissait probablement d'une erreur de calcul, le chiffre de 8 911 correspondant à l'addition des 6 494 décès enregistrés dans les hôpitaux avec les 2 417 morts enregistrés la veille dans les EHPAD.

Ce mardi 7 avril, le site de Santé publique France avançait par ailleurs ce même chiffre cumulé de 10 328 décès, mais également 4 047 (et non 3 237) décès dans les ESMS, sans que l'on comprenne donc si la mortalité enregistrée soit de 10 328 ou bien de 11 138, sinon que « la hausse de 820 décès observés en plus est liée à un probable retard de saisie et que nous sortons d'un week-end », a expliqué Jérôme Salomon dans son point de presse quotidien. Contactée, l'agence ne nous a pas répondu.

Il n'en reste pas moins que le nombre de décès attribués au Covid-19 a donc été multiplié par trois en sept jours depuis que Santé public France a commencé à recenser ceux ayant eu lieu dans les EHPAD et ESMS... chiffre qui omet encore cela dit le « chiffre noir » des décès dus au coronavirus ayant eu lieu à domicile, ainsi que celui des « victimes collatérales » qui, pour ne pas encombrer le système de soin notamment, n'ont pas téléphoné aux urgences et sont morts d'AVC, entre autres.

Les EHPAD, « premières victimes de l'austérité budgétaire »

Dans sa note consacrée aux EHPAD, le Conseil scientifique Covid-19 relevait que l’Insee estime à plus de 1,5 million le nombre des personnes dites dépendantes. Les établissements publics et privés pour personnes âgées comptent près de 750 000 lits au sein de 7 200 établissements. 160 000 personnes handicapées sont par ailleurs accueillies dans des établissements spécialisés, 80 000 adultes et 80 000 enfants présentant des handicaps sévères.

Au regard du risque épidémique, notait le Conseil scientifique, « les établissements pour personnes âgées présentent en outre deux particularités ». Ils accueillent d'une part des populations à risque : « l’âge avancé tout comme les polypathologies associées sont des facteurs de risque de survenue de forme grave du COVID19 [et que] la létalité est élevée dans les tranches d’âge supérieures à 75 ans ». D'autre part parce que « l’hébergement collectif favorise les contaminations dès qu’une personne résidente est infectée dans l’établissement », ce pourquoi les personnes résidant en EHPAD ont depuis été confinées dans leurs chambres.

Cette situation expliquerait, au moins en partie, pourquoi le taux de létalité de ce coronavirus serait donc (au moins) deux fois plus important selon le nombre de décès jusqu'alors attribués au Covid-19 (sans que l'on sache pour autant combien lui sont, directement ou indirectement, liés), en tout cas dans le Haut-Rhin.

Selon l’Insee on est pour rappel passé de 444/527 décès en mars 2019/2018 à un minimum de 1 020 au 27 mars 2020, et alors que n'ont toujours pas été recensées les personnes décédées du Covid-19 à domicile.

« On a l’habitude d’être confrontés à la mort dans les Ehpad, témoignait un médecin dans un article du Monde consacré au « cauchemar collectif » que vivent ceux qui travaillent dans les EHPAD « décimés par le coronavirus » . Mais un ou deux décès par mois, c’est déjà beaucoup. Là, c’est tous les jours. Et on pressent que le nombre va augmenter. C’est terrible. »

« Le ministère nous a dit au début de la crise de porter le masque uniquement au contact des patients malades ou suspectés. Cette directive intenable a généré la crainte de contaminer chacun de nos résidents. Une culpabilité qui nous ronge », confie par ailleurs un directeur d’établissement du centre de la France.

« L’exécutif se prépare à une « tragédie » dans les Ehpad », titrait Mediapart le 1er avril, évoquant une « situation dramatique », mais également le fait que « le nombre de décès dus au Covid-19 est largement sous-estimé ». Depuis, le nombre de décès a (enfin) commencé à être décompté. 

« On sait que les décès survenus à l’hôpital représentent probablement une faible part de la mortalité », avait de son côté indiqué le directeur général de la santé, le 24 mars. Non contents d'avoir été initialement délaissés, aux débuts de la pandémie, au motif que les établissements hospitaliers risquaient d'être submergés, les EHPAD souffrent également d'avoir été les « premières victimes de l'austérité budgétaire » ces dernières années. Et ils le paient cher.

Au nom de la « dignité des personnes âgées », l'urgentiste Patrick Pelloux avait co-signé une pétition, en janvier 2018, réclamant « des moyens pour nos EHPAD », au motif qu'ils rencontraient « de graves difficultés mettant en jeu la santé des résidents et des personnels soignants ». Elle avait été signée par près de 700 000 personnes.

La ministre de la Santé avait alors considéré que les difficultés des EHPAD étaient dues à « un problème de management ». Comme pour irriter encore un peu plus ses interlocuteurs, Agnès Buzyn avait même déclaré : « Tout n'est pas qu'une question d'argent (…). Dans certaines structures, notamment publiques, on sent que la capacité managériale n’est pas au rendez-vous ».


chargement
Chargement des commentaires...