Quand des réseaux Wi-Fi viennent perturber des prévisions météo

S’il ne pleut pas, il fera beau 43
image dediée
Crédits : Ig0rZh/iStock
Science
Sébastien Gavois

Ce n’est pas une nouveauté, le Wi-Fi dans la bande des 5 GHz peut affecter les détections des radars météo. Récemment, deux cas ont été soumis à l’ANFR. Les fautifs ont été trouvés et ils ont apporté des changements à leurs équipements. C’est aussi l’occasion de rappeler l’importance de la gestion dynamique des fréquences (DFS).

Il y a peu, deux cas de brouillage de radars météorologiques ont été soumis à l’ANFR. L’un se trouvait dans la commune de Plabennec dans le Finistère, l’autre à Saint-Nizier-d'Azergues dans le Rhône. Deux lieux diamétralement opposés, deux origines évidemment différentes, mais une même cause : le Wi-Fi dans les 5 GHz.

Les radars météo exploitent également cette bande de fréquences pour détecter « dans un rayon de plus de 100 km les zones de précipitations (pluie, neige, grêle) », explique l’Agence nationale des fréquences. Une partie de cette bande leur est d’ailleurs réservée.

Pour le reste, une partie des 5 GHz est d’usage libre… « ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas des règles à respecter » s’empresse de rappeler l’ANFR. Dans les deux cas du jour, c’est justement une utilisation non conforme qui était à l’origine des perturbations météo.

La vidéosurveillance d’une ville brouillait des prévisions météo

Lisez la suite : 79 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...