Espace : coup dur pour la Chine, les limites de la réutilisation de SpaceX

On attend maintenant Ariane 6 2
image dediée
Crédits : Alexyz3d/iStock
Espace
Sébastien Gavois

Le premier lancement de la fusée chinoise Longue Marche-7A se solde par un échec, qui pourrait avoir de lourdes conséquences. SpaceX peut se réjouir du succès de sa mission Starlink… malgré des signes de fatigue sur sa fusée Falcon 9, qui avait déjà volé à quatre reprises. Deux salles, deux ambiances, ce qui nous rappelle que rien n’est jamais gagné.

Les enjeux étaient importants pour les deux « concurrents ». Sans parler d’échec – Falcon 9 a correctement inséré en orbite les 60 satellites Starlink – SpaceX commence à toucher les limites de la réutilisation de ses fusées. C’était tout de même la cinquième fois que celle-ci effectuait un aller-retour dans l’espace et elle a commencé à montrer des signes d’usure : un moteur a lâché pendant l’ascension et la récupération a échoué. 

Du côté de la Chine, il s’agissait du tout premier lancement de Longue Marche-7A, une variante de Longue Marche-7 qui n’a volé que deux fois jusqu’à présent. Ce lanceur fait partie de la nouvelle génération de fusées chinoises, partageant une partie de ses caractéristiques techniques avec les fusées Longue Marche-5 et Longue Marche-6.

Longue Marche-7A rate son premier vol, une enquête est en cours

Lisez la suite : 79 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...