Raspberry Pi Imager : que vaut l'outil d'installation officiel ?

Etcher à la framboise 11
Accès libre
image dediée
Applications TEST
David Legrand

Vous ne savez pas comment installer Raspbian ou un autre OS sur un Raspberry Pi, ni quel outil utiliser pour y parvenir ? Désormais, la fondation propose sa propre solution, poussée sur sa page de téléchargement. Elle se veut simple à prendre en main, avec peu d'étapes à suivre. Nous l'avons testée.

Depuis des années, la fondation Raspberry Pi distribue un système d'exploitation, basé sur la distribution Linux Debian, spécifique à ses SBC (Single Board Computer) : Raspbian. D'autres sont mis en avant comme LibreELEC, OSMC, PiNet, RISC OS, Ubuntu Core/Server/Mate, Windows 10 IoT Core, Mozilla WebThings, etc.

La fondation Raspberry Pi veut simplifier la vie de ses utilisateurs

Dans tous les cas, le principe « d'installation » est le même : l'utilisateur récupère une image qu'il doit transférer sur une carte SD ou un périphérique de stockage USB. Il suffit ensuite de relier ce dernier à un Raspberry Pi et de le démarrer.

Mais voilà, les outils à utiliser selon les systèmes sont différents, les procédures parfois complexes. Ce n'est donc pas simple à expliquer aux utilisateurs débutants. Plutôt que de se reposer sur un outil multiplateforme comme balenaEtcher, ce qu'a choisi de faire Tails par exemple, l'équipe a travaillé sur un outil clé en main.

C'est ainsi qu'est né Raspberry Pi Imager. Il a été construit sur la base d'un outil populaire, sans en reprendre les multiplies fonctionnalités (et donc complexités). L'objectif était en effet d'avoir une application permettant d'obtenir une carte SD prête à utiliser en quelques clics, utilisable par n'importe qui. Il doit donc remplacer NOOBS, qui est toujours disponible.

Mais que vaut-il dans la pratique ? Nous l'avons testé pour nous faire une idée.

Un outil multiplateforme, ou presque

Raspberry Pi Imager est bien entendu open source, diffusé sous licence Apache 2.0. Il se repose sur Qt pour son interface graphique, des outils de balena pour la gestion du stockage, fat32format sous Windows, etc. Premier regret, il se récupère sous forme de fichier d'installation et non comme application portable. 

Sous Linux, il n'est proposé que pour Ubuntu, en paquet .deb. On aurait tout de même apprécié que ce soit précisé ou même qu'il soit distribué comme package pouvant être installé sur d'autres distribution. Espérons que ce sera le cas par la suite.

On peut également espérer que différentes distributions l'adaptent et l'intègrent à leurs dépôts officiels.

Raspberry Pi ImagerRaspberry Pi Imager

Formatage et récupération de l'EEPROM en plus du transfert d'image

Sa « nouveauté » lui vaut quelques alertes. Ainsi, il a affolé SmartScreen de Microsoft lors de son téléchargement via Edge ou son lancement sous Windows. Cela ne doit pas vous affoler, il faut juste que ces outils prennent connaissance de l'application avant de la considérer comme légitime et ne plus afficher ces messages.

Une fois lancé, l'application affiche une petite fenêtre où l'on constate que tout est pour le moment en anglais. Il faudra là aussi un peu de temps avant que des traductions soient proposées. On retrouve une organisation qui n'est pas sans rappeler celle de balenaEtcher, à une différence près : la première étape consiste à choisir un système d'exploitation (OS). 

En réalité, c'est un peu plus compliqué que cela, puisque l'on peut certes choisir de récupérer Raspbian ou LibreElec, mais aussi une image de votre choix ou accéder à des fonctionnalités tierces comme le formatage du périphérique et la récupération de l'EEPROM de démarrage en cas de corruption. Une possibilité spécifique au Raspberry Pi 4.

Le fichier est d'ailleurs désormais distribué par la fondation, qui détaille la procédure à suivre.

Raspberry Pi ImagerRaspberry Pi Imager

Un fonctionnement perfectible

Par défaut, c'est l'image Desktop de Raspbian qui est proposée. On peut également choisir sa version Lite ou Full. Une préférence qu'il est impossible de modifier ou de sauvegarder d'une session à l'autre, dommage. On apprécierait aussi que plus d'images tierces soient proposées directement dans l'outil, ce qui pourra peut-être venir avec le temps.

Pour le moment cette liste est distribuée sous la forme d'un fichier JSON contenant pour chaque élément un nom, une description, l'URL d'une icône et de l'image à télécharger, sa taille (compressée ou non), sa date de publication et l'empreinte SHA-256 de son contenu une fois extrait. Une dépendance à un fichier externe qui n'est pas sans danger. 

Autre regret : le téléchargement se fait avec un « cache » limité. Ainsi, à chaque fois que vous effectuez le transfert d'image sélectionnée dans la liste, elle est stockée dans un fichier nommé lastdownload.cache dans les données relatives à l'application (AppData\Local\Raspberry Pi\Imager\cache dans le compte utilisateur).

Ainsi, si vous transférez toujours la même image, elle ne sera pas systématiquement retéléchargée. Si vous en changez régulièrement, ce sera le cas. Ce ne sera pas un problème pour ceux qui ont la fibre, mais là aussi on aurait apprécié un mode de fonctionnement plus efficace, proposant par exemple de sauvegarder ou non l'image en fin de procédure.

Il est donc toujours préférable de la récupérer manuellement et de n'utiliser l'outil que pour la phase de transfert.

Raspberry Pi ImagerRaspberry Pi Imager

Un bon outil pour le non initié

Reste que Raspberry Pi Imager est assez simple à prendre en main, fonctionnel, et relativement complet. On peut certes pointer quelques manques, mais c'est un bon début. 

La fondation devrait d'ailleurs multiplier de telles initiatives en faveur des non-initiés. Car quelques points de tension existent toujours à l'installation d'un premier Raspberry Pi, comme réussir à identifier son IP sur le réseau local, intégrer les paramètres du réseau Wi-Fi et un début de configuration dès le transfert de l'image, etc.

C'était d'ailleurs l'un des objectifs de Pi Bakery dont Imager s'inspire. On s'attend d'ailleurs à ce que l'outil évolue rapidement et que la communauté s'en empare pour le rendre plus complet. 


chargement
Chargement des commentaires...