eSIM : après Orange, SFR se lance et Bouygues Telecom se prépare… Free sera-t-il dernier ?

Carte virtuelle, frais réels 49
Accès libre
image dediée
Téléphonie
Sébastien Gavois

2020 sera-t-elle l’année de l’eSIM en France ? Si Orange s’est réveillé dès l’été dernier, ce n’était pas encore le cas de SFR et Bouygues Telecom. Mais le premier vient de sauter le pas, le second fera de même au printemps. C'est finalement Free Mobile, toujours muet sur le sujet, qui sera le dernier à s'y mettre.

Apple est sans aucun doute l'un des principaux promoteurs de l’eSIM, ayant joué un grand rôle dans sa démocratisation. Cela fait maintenant plus de cinq ans (dès octobre 2014) que le fabricant a lancé son « Apple SIM » en même temps que les iPad Air 2 et mini 3. Il faudra attendre mars 2016 pour qu’elle arrive en France avec l’iPad Pro de 9,7".

Après les montres, les smartphones

La marque à la Pomme a ensuite ajouté une eSIM dans ses smartphones à partir de ses iPhone Xs (Max), avec un accueil plutôt froid de la part des quatre opérateurs nationaux en France. En septembre 2018, Bouygues Telecom, Orange et SFR nous affirmaient ainsi travailler sur le sujet, mais sans donner la moindre précision sur le calendrier ni sur les offres.

Ils mettaient alors en général en avant le coût de l'évolution de leurs infrastructures pour gérer l'identification via les eSIM plutôt que les dispositifs classiques. Sans parler ensuite des procédures d'abonnement. 

Finalement, les montres connectées – Galaxy Watch de Samsung et Apple Watch – étaient les premières à en profiter avec les  options Multi-SIM Appels & Internet eSIM dès septembre 2017 chez Orange et Montre Connectée en juin 2019 chez SFR ; pour 5 euros de plus par mois dans les deux cas.

Après des mois d’attente, Orange a sauté le pas début juin 2019 pour les smartphones Apple, sans aller plus loin depuis, par exemple en proposant des offres pour PC avec eSIM 4G. Qu’en est-il aujourd’hui chez nos grands opérateurs nationaux ? Si les choses bougent enfin, ils n’ouvrent toujours pas complètement les vannes.

L'eSIM, une révolution... en théorie

Pour rappel, une eSIM est un élément sécurisé prenant place directement sur la carte mère du smartphone, sous la forme d'une toute petite puce. Elle fonctionne donc comme une SIM classique et permet de vous authentifier pour lier votre appareil à votre ligne, mais sans avoir besoin d'insérer une carte physique.

Cela introduit plusieurs différences fondamentales, le principal étant que les opérateurs perdent le lien physique qu'ils avaient avec leur client (la SIM), qu'ils n'ont plus à envoyer (ce qui est parfois facturé jusqu'à 10 euros). Changer d'opérateur ne nécessite donc, en théorie, rien de plus qu'une modification logicielle. Plus simple, plus rapide.

Sans doute trop pour certains qui y voyaient une manière de faciliter encore un peu plus le passage d'un opérateur à un autre dans une période où le churn était déjà fort, favorisé par les promotions incessantes. Dans la pratique, tout a donc été fait pour que tous les avantages de l'eSIM ne puissent pas pleinement s'exprimer. 

iPhone et Galaxy Fold chez Orange, pour les anciens clients

Chez Orange, la procédure détaillée sur cette page est assez restrictive : « Si vous êtes déjà client Orange ou Sosh, vous pouvez faire une demande d'activation d'eSIM. Il suffit d'en faire la demande depuis votre espace client ou Orange et Moi (uniquement pour les particuliers). Vous devez ensuite télécharger l'eSIM sur votre iPhone ou Samsung Galaxy Fold ».

L’été dernier, Orange avait affirmé à plusieurs de nos confrères qu’il serait possible de souscrire directement à une offre eSIM pour les nouveaux clients avant la fin de l’année 2019. Force est de constater que ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui. Le passage d’une SIM vers une eSIM (ou l’inverse) est d'ailleurs toujours facturé 10 euros. 

Orange rappelle que les Pixel 3 et 3XL de Google « sont compatibles eSIM mais la fonctionnalité n’est pas accessible en France ». Concernant les smartphones Android – dont le Galaxy Fold de Samsung est pour le moment le seul représentant – « l’eSIM n’est pas compatible avec les services nécessitant une carte SIM NFC ». 

Du côté d’Apple, les iPhone Xs, Xs Max, Xr, 11, 11 Pro et 11 Pro Max sont compatibles. Aucune offre n'est proposée pour ceux qui disposeraient d'une eSIM au sein de leur PC via l'application intégrée de Windows 10 par exemple. 

  • eSIM Orange
  • eSIM Orange
  • eSIM Orange
  • eSIM Orange
  • eSIM Orange
  • eSIM Orange

SFR permet à son tour de passer à une eSIM

La marque au carré rouge est le deuxième opérateur à sauter le pas, comme on peut le voir sur cette page : « Depuis le 14 janvier 2020, vous pouvez changer votre carte SIM pour la eSIM de SFR ».

Les clients RED by SFR peuvent aussi en profiter dans les mêmes conditions. Là encore, cette offre est réservée aux anciens clients. Pour les nouveaux, c’est « possible », en deux étapes : « pour bénéficier de l'eSIM, vous devrez tout d'abord commander une carte SIM puis demander le changement en eSIM » ; chaque demande étant facturée 10 euros.

SFR précise que tous ses clients grand public disposant d’un forfait mobile (sauf La Carte, Multisurf, Connecté Partout et Internet Partout) avec un smartphone compatible eSIM peuvent en profiter. La liste des terminaux compatibles est exactement la même que pour Orange. Là encore, le passage d’une SIM vers une eSIM (et vice-versa) est facturé 10 euros.

L’opérateur ajoute que « si vous avez une eSIM et souhaitez l'utiliser sur un autre mobile compatible, vous devez commander une nouvelle eSIM depuis votre Espace Client SFR »... avec de nouveau 10 euros de frais. Bref eSIM ou SIM, les 10 euros de frais perdurent, le fait que la gestion soit entièrement logicielle n’y change rien.

  • SFR eSIM
  • SFR eSIM
  • SFR eSIM
  • SFR eSIM

Bouygues Telecom au printemps, Free Mobile aux abonnés absents

Enfin, Bouygues Telecom est aussi sur les rangs : « Nous serons présents sur cette technologie et travaillons activement à cette fonctionnalité prévue pour le printemps 2020 », explique l’opérateur sur son site d’assistance. Les smartphones compatibles sont là encore exactement les mêmes, mais aucun détail supplémentaire n’a été donné pour le moment.

Sera-t-elle ouverte à tous les clients, anciens ou nouveaux, facturée, ouverte aux offres pour smartphones comme pour tablettes, PC ou les objets connectés ? Impossible à dire pour le moment. 

Alors qu'on pensait que l'innovant trublion Free Mobile serait l'un des premiers à sauter le pas, c'est finalement le seul qui n’a pour le moment rien communiqué à ce sujet. Interrogé par nos soins, l’opérateur n’a pas donné suite pour le moment. Sera-t-il le dernier à se lancer ? Ou bien va-t-il coiffer Bouygues Telecom au poteau, prenant l’avant-dernière place ?

Quoi qu'il en soit, les intérêts concrets de l'eSIM sont encore très légers pour les clients, qui ne devraient pas se précipiter, les opérateurs étant de toutes façons assez discrets sur le sujet. Mais peut être que le régulateur, l'Arcep, finira par se saisir de cette question et finisse par demander aux différents acteurs d'être plus ouverts sur la question.


chargement
Chargement des commentaires...