ProtonCalendar : la bêta de l’agenda chiffré manque cruellement de fonctions

Évènements isolés 22
image dediée
Services
Vincent Hermann

ProtonMail lançait fin octobre la bêta de sa révision 4.0. L’éditeur avait promis qu’une préversion d’un calendrier chiffré arriverait, dont acte. Nous l'avons pris en main : si l’essentiel est là, la route est encore longue.

L’orientation des produits fournis par ProtonMail est claire : la préservation des données utilisateurs. Les communications se font sur la base d’un chiffrement de bout en bout, c’est-à-dire s’effectuant avant de quitter la machine. À la manière d’un Signal pour la messagerie instantanée, l’éditeur ne peut pas lire les messages.

ProtonMail va cependant un peu plus loin et chiffre également une partie des métadonnées. Ces dernières sont pour rappel les informations périphériques d’une communication. Elles ne permettent pas de savoir ce que vous avez dit, mais à qui vous avez parlé, à quelle heure le message a été envoyé, etc.

Sur la base de cette volonté de chiffrer autant d’informations que possible – sans trop affecter la facilité d’utilisation – ProtonMail avait annoncé que les contacts subiraient le même traitement, mais surtout que d’autres produits seraient lancés pour former un ensemble cohérent. Outre un stockage distant de type « Drive » toujours en développement, on attendait donc le calendrier, dont la bêta est maintenant disponible aux utilisateurs munis d’un compte payant, quel qu’en soit le niveau.

Comme pour la préversion de ProtonMail 4.0, nous avons pris en main le nouveau venu.

Une création d'évènements réussie, mais...

Lisez la suite : 82 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...