« Contrat pour le web » : Tim Berners-Lee établit neuf principes essentiels de protection

Pour les hommes mortels destinés au trépas 16
image dediée
Web
Vincent Hermann

Sous l'impulsion de Tim Berners-Lee, plus de 150 acteurs ont signé une charte promouvant certaines valeurs fondamentales. Neuf principes étayés de dizaines de clauses précises, pour défendre autant que pour réparer un web que beaucoup estiment menacés par des gouvernements et des entreprises.

« Le Web a été conçu pour rassembler les gens et rendre les connaissances librement disponibles. Cela a eu une influence très positive sur le monde, et sur la vie de milliards de personnes. Pourtant, de nombreuses personnes n’ont toujours pas accès à ses avantages et, pour d’autres, le Web entraîne des coûts inacceptables ».

Tim Berners-Lee, considéré comme le créateur du web tel qu’on l’utilise aujourd’hui, revient à la charge sur la défense de son « bébé ». Estimant que « chacun a un rôle à jouer dans la protection de l’avenir du Web », il propose un « Contrat pour le web » contenant neuf principes, répartis en trois lots de trois avec chacun une cible : les gouvernements, les entreprises et les citoyens. Chacun pour agir à son niveau.

Dans une interview à The Guardian, il explique que ces principes sont vitaux, à la fois pour protéger les intentions premières du web et réparer les erreurs actuellement commises. Sa plus grande crainte ? Que ce lieu de partage de connaissances et d’ouverture sur le monde se transforme en « dystopie numérique ».

Dans sa forme actuelle, le Contrat est le résultat de plus d’un an de travail de 80 organisations aux profils très différents.

Le rôle majeur des gouvernements

Lisez la suite : 92 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...