Open Data : inquiétudes autour d’un « mouvement de repli »

Cadastrophe 12
image dediée
Loi
Xavier Berne

Trois ans après l’élan donné par la loi pour une République numérique, de nombreux acteurs de l’Open Data s’inquiètent d’un « mouvement de repli » en matière d’ouverture des données publiques. Un glissement perçu comme insidieux. Explications. 

« Où en est-on de l'Open Data en France ? » La réponse à cette question, posée le 8 novembre dernier par les auteurs d’une tribune parue dans Les Échos, semble bien compliquée.

À en croire un récent classement de l’OCDE, notre pays serait en effet parmi les leaders mondiaux de l’ouverture des données publiques, puisque arrivant en seconde position, juste derrière la Corée du Sud.

« Un cap important a été franchi avec l'adoption de la loi pour une République numérique, le 7 octobre 2016, qui prévoit la mise à disposition gratuite de certaines données du secteur public », reconnaissent d’ailleurs les signataires de cette tribune, parmi lesquels figurent Danièle Bourcier, directrice de recherche au CNRS, Esther Mac Namara, qui fut membre de la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA), Bertrand Gervais, cofondateur d’Handimap, Nicolas Bustamante, de la start-up Doctrine, ou bien encore Christian Quest, qui a récemment claqué la porte de la mission Etalab, en charge d’accompagner les administrations dans leurs démarches d’ouverture de données publiques.

Embrayant : « De nombreuses collectivités territoriales ouvrent depuis plusieurs années déjà leurs jeux de données concernant les services publics, le budget, l'urbanisme, la vie culturelle, etc. Les informations rendues disponibles sont utilisées par des associations et des entreprises pour déployer des solutions favorisant le bien être au quotidien, mais aussi l'engagement citoyen, l'accessibilité et l'attractivité des territoires. »

Cependant, les auteurs de la tribune dénoncent à mots feutrés un « ralentissement dans la mise en œuvre de l'ouverture dans certains secteurs, qui pourrait à terme limiter les bienfaits de l'Open Data, au détriment des citoyens ». Si leur texte reste assez vague, plusieurs signataires n’ont pas hésité à nous dire tout haut ce que certains pensaient tout bas.

« On sent tous que ça se délite »

Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...