« Déframasoftisons Internet » : Framasoft fermera progressivement 30 services

Retour aux sources 96
Accès libre
image dediée
Services
Vincent Hermann

Au risque de choquer une partie des utilisateurs, Framasoft vient d’annoncer la fin programmée de bon nombre de ses services. La nouvelle ne devrait surprendre personne : l’association veut seulement montrer des alternatives existantes. Entretien avec Pierre-Yves Gosset, son secrétaire général.

Framasoft l’a annoncé ce matin : une bonne partie des services proposés actuellement – 30 sur 38 – vont être graduellement fermés. Le tout dans une annonce tonitruante, assortie d’un titre jouant l’humour : « Déframasoftisons Internet ! ». Des arrêts très étalés dans le temps, à l’exception d’un seul : Framabee. Ce moteur de recherche, surnommé « Tonton Roger » et basé sur le métamoteur searx, est considéré – du propre aveu de Framasoft – comme un produit qui n’a plus de raison d’être.

Mais Framasoft, dont la réputation de « Google du libre » n’a cessé de grandir ces dernières années ne risque-t-elle pas de se mettre à dos les utilisateurs ? C’est justement en raison de cette situation que l’association souhaite passer à autre chose, tout en rappelant son cœur d’activité : montrer que les alternatives existent.

Pourquoi ces fermetures de services ?

Nous avons posé la question à Pierre-Yves Gosset. Il rappelle comment est née la situation actuelle, initialement souhaitée : « Nous avons lancé la campagne Dégooglisons Internet en décembre 2014. Nous avions prévu qu’elle durerait trois ans, avec un rythme de parution de dix nouveaux services par an, pour montrer qu’il était possible de vivre sans Google. La campagne a très bien marché : on carburait, mais on s’est rendu compte de certains problèmes ».

Quels problèmes ? « On nous a surnommé le Google du libre. C’était flatteur d’un côté, mais précisément ce que nous ne voulions pas. C’est difficile de dénoncer d’un côté l’aspect centralisateur de Google si c’est pour finalement mettre toutes ses billes chez Framasoft, alors que nous voulions simplement montrer qu’une autre voie était possible ».

Les chiffres actuels parlent d’eux-mêmes selon Pierre-Yves Gosset : « La campagne a été un succès. Mais aujourd’hui, on estime à environ 500 000 le nombre de personnes qui viennent tous les mois utiliser nos services ». Ce, malgré l’apparition des CHATONS (on en compte une soixantaine aujourd’hui), dont le rôle est justement d’implémenter ces services chez d’autres prestataires, selon une charte précise de respect de la vie privée.

Pas étonnant dans ce contexte que la campagne Contributopia ait justement changé de ton, poussant davantage la contribution – justement – l’esprit premier du libre. 

Entre ombre et maintenance lourde

Deux points embêtent particulièrement l’association aujourd’hui. Le premier est justement lié aux CHATONS : « On en est arrivé à un point où on fait de l’ombre aux autres. On essaye de montrer un chemin alternatif, on lance des initiatives, les gens suivent bien, mais la confiance que nous portent les utilisateurs se traduit en fidélité à nos propres services. On veut laisser de la place aux autres structures » explique Pierre-Yves Gosset.

L’autre problème est à la fois technique et budgétaire. « Nous ne sommes pas une startup, affirme le secrétaire général, nous n’avons pas 50 personnes que nous pouvons répartir facilement. Framasoft, côté technique, c’est un administrateur système et deux ou trois développeurs selon les périodes. Pas plus. ».

La situation s’est donc nettement complexifiée avec le temps : « 38 services, c’est une charge lourde en maintenance pour si peu de développeurs. Ils doivent assurer l’entretien de l’existant, corriger les bugs, répondre aux demandes, parfois ajouter des nouveautés, mettre à niveau l’infrastructure (nous sommes en cours de migration vers Debian 10 par exemple), sans parler d’autres projets, qui nous tiennent à cœur ».

Et les technologies impliquées sont nombreuses : Go, PHP, MySQL, PostGreSQL, NodeJS, etc. En tout, 11 langages et 5 types de bases de données, pour 83 serveurs et machines virtuelles. Autant d’instances qu’il faut surveiller, sauvegarder, mettre à jour, déboguer, etc.

« On se considère comme une AMAP du numérique » nous dit Pierre-Yves Gosset, « et nous avons atteint notre capacité maximale ». Pour autant, cette décision de fermer une grande partie des services n’est ni une surprise, ni brutale.

Services fermés : quoi et quand ?

Seul service dont la fermeture est imminente : Framabee. « Je pense que tout le monde sera d’accord avec ça, il peut partir en premier », plaisante le secrétaire. Il sera donc arrêté le mois prochain, sans date précise pour l’instant.

Le calendrier sera ensuite :

  • Mi-2020 : Framanews et Framastory
  • Début 2021 : Framapic, MyFrama, Framindmap (ancienne version), Framavectoriel et Framaclic
  • Mi-2021 : Framasite, Framawiki, Framaboard, Framanotes, Framabin, Framabag, Framacalc
  • Fin 2021 : Framabookin, Framaestro, Framemo, Framadrop, Framaslides
  • Frama.link, Framalistes, Framaspheres, Framapiaf : coupure des inscriptions et nouveaux contenus début 2021, pas de date de fermeture encore
  • Framateam, Framaforms, Framagit : coupure des inscriptions et nouveaux contenus mi- 2021, pas de date de fermeture encore

Dans tous les cas, chaque service affichera un message clair sur sa page d’accueil pour annoncer sa fermeture, qui laissera 9 à 18 mois aux utilisateurs pour se préparer. Entre les deux, il y aura une phase « restreinte » à partir de laquelle il ne sera plus possible de s’inscrire ou d’ajouter des données.

Ce qui laisse huit rescapés, en fait les huit services les plus utilisés actuellement selon Pierre-Yves Gosset : Framadate, Framapad, Framindmap (nouvelle version), Framagenda, Framadrive, Framavox, Framacarte et Framatalk. Rien ne garantit qu’ils seront préservés ad vitam aeternam, mais l’association n’envisage pour l’instant pas leur fermeture.

Notez que, dans le cas de Framadrive, le service restera sur les 5 000 comptes déjà créés. Aucune nouvelle inscription n’est prévue : « Le stockage coûte cher » explique le secrétaire.

Une longue phase de communication et d’adaptation

Pierre-Yves Gosset le sait, il va falloir communiquer longtemps et patiemment : « On prend notre temps, le gros des services ne va vraiment commencer à disparaître qu’en 2021. On va continuer à communiquer, expliquer et on donnera des alternatives à chaque fois ».

Qu’arrivera-t-il au code des projets ? « Il restera disponible bien sûr, les licences ne changent pas, c'est toujours du code libre. Il faudra cependant que d’autres le récupèrent à leur compte et contribuent ». Et les CHATONS ? « Eux aussi devront un peu s’adapter. Soit en reprenant les projets qui les intéressent, soit en surveillant si d’autres ne le font pas. La route est libre ».

Le risque, bien sûr, est que certains projets tombent dans l’oubli une fois Framasoft « parti », mais ce risque n’est pas spécifique à l’association.

La récupération des données sera possible dans la plupart des cas. Certains CHATONS pourraient simplifier ces opérations en créant des passerelles, mais la décision leur revient, s’ils estiment que le jeu en vaut la chandelle. « Dans certains cas, il faudra peut-être en passer par le copier-coller », admet Pierre-Yves Gosset.

Une phase d’adaptation que Framasoft tentera d’adoucir autant que possible, en espérant que les utilisateurs se rappelleront du message initial : inspirer. Pour autant, Pierre-Yves Gosset sait qu’il pourrait y avoir un retour de bâton : « Oui, on se doute que certains vont peut-être nous en vouloir, qu’on va casser des habitudes. Nous vivons essentiellement des dons, et les fermetures de services pourraient se traduire par une baisse ».

Et après ?

Les deux projets auxquels l'association tient actuellement sont PeerTube, dont nous avons parlé plusieurs fois, et Mobilizon. Le premier – pour rappel une alternative décentralisée à YouTube – s’est largement développé depuis ses premières bêtas et dispose notamment d’une ergonomie agréable, le rendant utilisable par les néophytes.

Mobilizon se veut une alternative aux évènements et pages Facebook. Une manière de s’organiser autour d’un évènement (anniversaires, sorties diverses, rassemblements et autres manifestations) sans devoir passer par l’un des GAFAM. Le service avait bénéficié d’une campagne de financement participatif au printemps dernier, couronnée de succès (plus de 58 000 euros sur les 50 000 demandés).

Une première bêta sera proposée le mois prochain, la version finale étant prévue pour le premier semestre 2020, selon les retours des utilisateurs et donc du travail à fournir. L’infrastructure sera fédérée et utilisera d’ailleurs ActivityPub (comme PeerTube), une recommandation du W3C, popularisée notamment par Mastodon (qui se veut, lui, une alternative décentralisée à Twitter). Ce projet est le premier chez Framasoft à avoir bénéficié dès le départ de deux designers (Marie-Cécile Godwin Paccard et Geoffrey Dorne) pour réfléchir à son expérience utilisateur (UX).


chargement
Chargement des commentaires...