GnuPG se détourne des serveurs de clés SKS et favorise WKD

Il faut toujours anticiper 8
Accès libre
image dediée
Sécurité
David Legrand

Après la découverte d'un problème important dans la mécanique de distribution des clés par les serveurs SKS, l'écosystème autour de GPG s'active. Outre les mises à jour, tout le monde se tourne désormais vers l'initiative Web Key Directory (WKD), en développement depuis plusieurs années. 

Début juillet, un défaut du protocole OpenPGP était découvert, suite à l'empoisonnement de certificats. « Quiconque tente d'importer un certificat "empoisonné" dans une installation OpenPGP vulnérable la bloquera très probablement d'une manière difficile à déboguer » prévenait alors Robert J. Hansen (rjh).

Première étape : se débarrasser du bug

Seule solution, ne plus importer de clés depuis des serveurs SKS, en attendant qu'une solution de fond soit trouvée. Pour rappel, ils servent principalement à trouver la clé attachée à une identité : nom, adresse e-mail, pseudo, etc. Dès lors, comment faire pour les échanger ? 

Revenir aux basiques, mais également miser sur l'une des solutions actuellement en cours de développement, à en croire les premiers échanges sur le sujet et la réaction de GnuPG.

L'équipe de développement a en effet publié une nouvelle version 2.2.17, GPG4Win a suivi peu de temps après avec sa version 3.1.10. Quelques bugs sont corrigés en complément d'une coupure avec les serveurs de clés. Toutes les signatures importées par ce biais sont désormais ignorées.

Une option à ajouter au fichier gpg.conf permet de revenir en arrière pour ceux qui acceptent de prendre le risque :

keyserver-options no-self-sigs-only,no-import-clean

Le bug en cas d'import de blocs trop importants pour pubring.kdbx ne devrait plus être rencontré.

Seconde étape : passer à l'ère WKD

Comment faut-il donc s'échanger les clés ? On peut bien entendu passer par un téléchargement direct depuis le serveur d'un utilisateur, mais il faut connaître l'adresse du fichier, en vérifier la provenance et la conformité. 

C'est là que Web Key Directory (WKD) entre en scène. Consciente depuis un moment que les serveurs de clé constituent un problème qu'il faudra résoudre, l'équipe de développement de GnuPG travaille sur cette alternative introduite publiquement avec la mouture 2.2 en août 2017. Protonmail l'utilise depuis fin 2018.

Pour faire simple, il s'agit de permettre à chacun de stocker des clés liées à son domaine dans un emplacement dit « well known » (« bien connu »), puis leur vérification de manière automatisée. Il faut bien entendu passer par un serveur profitant du chiffrement des échanges via TLS (ce qui est assez simple avec Let's encrypt). 

D'autres méthodes sont explorées, comme l'enregistrement DNS, qui semble être la solution utilisée par Posteo. Car l'objectif est que chacun puisse s'en servir à son échelle : les particuliers, les entreprises pour leurs employés ou un fournisseur de webmail qui peut ainsi proposer la clé publique de tous ceux à qui il fournit un compte. 

Dans tous les cas, nous ne pouvons que vous inciter à diffuser votre clé publique par ce biais via votre serveur.


chargement
Chargement des commentaires...