Limeil-Brévannes : la folle histoire des clients K-Net débranchés par SFR

Installez-vous et faites le plein de popcorn 54
image dediée
Crédits : Deagreez/iStock
FAI
Sébastien Gavois

Les contrats de 63 abonnés K-Net (FTTH) ont été résiliés car SFR a démonté et emporté des équipements de leur opérateur, qui utilisait « illégalement » son réseau. Pour démêler le vrai du faux, nous nous sommes entretenus avec les trois parties : Limeil-Brévannes (qui souhaitait récupérer le local où se trouvait les équipements), K-Net et SFR. 

Pour bien comprendre cette histoire, il faut remonter en 2013. À cette époque, la commune de Limeil-Brévannes et la société Kwaoo ont conclu « un accord d'accès au réseau fibre optique » de la ville d'une durée de 20 ans. Par la suite, K-Net s'est substitué à Kwaoo.

Ce contrat comportait notamment une offre IRU (ou DIU pour droit irrévocable d'usage) de 20 ans du NRO (Nœud de raccordement optique) au PTO (Point de Terminaison Optique), une offre d'hébergement au NRO et au PM (Point de Mutualisation), ainsi qu'une offre de lien de collecte NRO-PM. Bref, de quoi proposer un accès à internet à des habitants de la commune.

« À l’issue de la première phase de déploiement du réseau, le réseau a été gelé par la municipalité. Nous pouvions entretenir les clients existants, mais pas plus », explique K-Net à ses clients, dans une lettre qu'il nous a transmise. Ce qui explique d'ailleurs le faible nombre d'abonnés au FTTH par K-Net sur la commune.

En juin 2017, le réseau FTTH est vendu à SFR...

Le 22 juin 2017, après un changement d'équipe dans le conseil municipal, la municipalité décide de vendre son réseau passif en fibre optique (FTTH) à SFR. Il s'agit donc des fibres qui étaient utilisées par K-Net pour raccorder ses clients. Les ouvrages de génie civil ne sont pas concernés, la commune en reste propriétaire.

De plus, cet accord avec la marque au carré rouge comprend « le déplacement des matériels et équipements du local communal », notamment ceux de la Maison du Pharmacien, que la municipalité souhaite récupérer. C'est d'ailleurs sur ce point que va se jouer le drame du jour.

Mais avant de crier au scandale, il est important de bien suivre le déroulement des faits. Nous en avons discuté avec la municipalité de Limeil-Brévannes, Alan Garcia (directeur technique de K-Net) et Jean-Claude Brier (délégué regional Altice France IdF)

... mais le contrat avec K-Net reste actif jusqu'en novembre 2018

Lisez la suite : 87 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...