Fibre : l'Arcep demande aux acteurs « d'intensifier leurs efforts »

Caresser d'une main, fouetter de l'autre 21
image dediée
Téléphonie
Sébastien Gavois

L'observatoire trimestriel du marché haut et très haut débit de l'Arcep est l'occasion de « prendre le pouls » de l'accès à l'internet fixe en France. La fibre optique affiche toujours une santé de fer, aussi bien sur les abonnements que les déploiements. L'Arcep demande tout de même aux professionnels d'accélérer encore le mouvement.

Le régulateur des télécoms vient de mettre en ligne son observatoire du marché fixe sur le haut et très haut débit pour le premier trimestre. L'occasion de faire le point sur la fibre, mais aussi de comparer ses informations avec celles du 7e observatoire du très haut débit (édition 2019) d'InfraNum, alias la Fédération des Entreprises Partenaires des Territoires Connectés (ex-Firirp).

Alors que les industriels du secteur se félicitaient récemment d'être « certains » de tenir l'objectif de « 80 % en fibre optique en 2022 » du plan France THD, le régulateur leur demande d'encore d'« intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu’ils se sont fixés ». Ambiance...

Le premier trimestre de l'année confirme sans aucune surprise « la progression continue du nombre d’abonnements et du déploiement de la fibre optique de bout en bout (FTTH) ». L'Arcep fait le point sur les déploiements d'Orange et SFR dans les zones d'AMII et améliore son outil Cartefibre qui propose une vue prévisionnelle des déploiements de la fibre en France. 

 9,5 millions d'abonnements THD, 5,3 millions en FTTH

Lisez la suite : 80 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...