Les institutions européennes implorent Facebook d’autoriser leurs publicités transnationales

De l’ingérence 92
image dediée
Crédits : luchezar/iStock
Loi
Marc Rees

Facebook a provoqué une certaine colère des trois institutions européennes. Commission, Conseil et Parlement ont adressé un courrier au réseau social pour qu’il accepte leurs publicités d’intérêt général à l’échelle européenne. À ce jour, les règles actuelles les limitent à la Belgique.

La Commission européenne avait édité en janvier dernier un code de bonne pratique pour aider les plateformes à traquer les fausses informations. Elle invitait dans le même temps les signataires (Google, Facebook, Twitter et Mozilla) « à intensifier leurs efforts » contre ces contenus sensibles en période électorale. 

Afin de se prémunir contre ces campagnes, Facebook a ainsi décidé depuis quelques semaines de mettre en place une série de règles en Europe, inspirées de ses pratiques aux États-Unis. 

Accusé par l’UE d’être trop laxiste, en référence aux interférences durant les élections américaines de 2016, Facebook indique désormais qu’« en cas d’élections générales ou nationales dans l’Union européenne (…) les partis politiques et les candidats en campagne pour ces élections devront faire une demande d’autorisation publicitaire et placer des avertissements portant la mention « Financé par » sur toutes leurs publicités, et ce, jusqu’à la fin de la période électorale ».

Restrictions sur les publicités transfrontalières

Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...