Caméras, drones, micros... Quand Saint-Étienne rêve de tranquillité urbaine

Big Maire ou Big Brother ? 64
Accès libre
image dediée
Crédits : AzmanL/iStock
Loi
Marc Rees

La Quadrature du Net a obtenu tout un lot de documents concernant le projet de Safe City rêvé par la ville de Saint-Étienne. Une ville intelligente, en passe d’être ultra sécurisée... jusqu’à flirter avec un univers orwellien.

La mode des « smart cities », ou villes intelligentes et sécurisées, s’empare depuis plusieurs mois de Saint-Étienne. La ville a en effet pour ambition de coupler tout simplement des capteurs sonores à des caméras de « vidéoprotection » installées çà et là dans les rues.

L’idée est de traquer les moindres bruits urbains qui sortiraient des sentiers battus : coups de feu, explosions et bris de vitre, mais aussi cris, bruits d’appareil électroportatif (perceuse, meuleuse, perforateur), klaxons, voire le « pshittttt » de bombes aérosol, tous cités par la police municipale.

« L’intelligence des capteurs permettra de générer une alerte selon une procédure de comparaison de l’évènement sonore avec une table de comparaison des anormalités sonores » expliquent très sérieusement les instigateurs du projet.  Les caméras seraient en capacité d’orienter leur pupille électronique vers le bruit suspect, voire de délivrer un message d’alerte à l’endroit de la population. 

Ce n’est pas tout. Outre ces caméras directionnelles munies d’oreilles sensibilisées à l’anormalité, les équipes ont envisagé l’usage de drones dépêchés sur place. Une opération de « levée de doute », selon le markéting sécuritaire ambiant, toujours en liaison avec le centre de supervision urbain de la police municipale. 

Son > caméra > drone > police municipale

Il s’agit cette fois d’« éviter une mobilisation de moyens non nécessaire ». Ce drone équipé d’une caméra serait « envoyé sur le site afin de qualifier l’urgence et le type d’intervention ». Visualisation à distance, déploiement de moyens d’intervention adaptés… Un scénario digne d’un film de SF. « En cas de fuite de protagonistes, le drone permettra un suivi et un guidage des forces au sol » rêvent d’ailleurs les auteurs du projet.

Ces éléments ont été révélés dans un luxe de détails par une demande « CADA » effectuée victorieusement par la Quadrature du Net. Dans ses filets, des centaines de pages afférentes à ce dispositif. On y découvre que les capteurs sonores seront branchés sur les feux tricolores ou les sites municipaux. Il a été un temps envisagé de les intégrer au mobilier urbain, au domaine public, dans les parcs et même… dans le sol.

Une expérimentation est en tout cas menée dans le quartier Tarentaise-Beaubrun-Couriot (5 rues, une place, un parc) sur les six premiers mois de l’année 2019. Elle ne porte pas sur l’usage de drone, visiblement abandonné pour l’instant.

Une application de reporting

Elle a pour objet de jauger la faisabilité tant technologique que juridique du projet. Un autre programme est à l’étude, non concerné pour l’instant : une application mobile de reporting permettant à chaque citoyen de faire remonter à la police municipale l’existence d’un « problème » quelconque. Le traitement serait alors « le même que celui fait pour les remontées par capteurs sonores », avec une possible levée de doute par drone, si du moins cet outil revenait au premier plan.

« La question d’une utilisation plus efficiente des solutions numériques dans les dispositifs de sécurité des territoires est prépondérante tant au niveau local, national qu’international, s’enchante l’une des pièces du dossier « CADAfié ». En effet, améliorer la détection des évènements et diminuer le temps de mobilisation des forces disponibles pour leur traitement est l’un des challenges que traitent les technologies mondiales ».

De la tranquilité urbaine

Sur le terrain marketing, le versant sécuritaire est poliment placardisé au profit d’un champ lexical plus paisible. Des mots très doux. Ce projet de « tranquillité urbaine » a pour acronyme S.O.F.T  pour Saint-Étienne Observatoire des Fréquences du Territoire, Sensors of Town, Sound of Town voire Sky of Town, selon les ébauches.

L’initiative pourrait faire tache d’huile. Dans le flot des documents communiqués, plusieurs correspondances sont à relever notamment entre le maire de Saint-Étienne et celui de Compiègne, Philippe Marini, sénateur LR jusqu’en 2015. Le premier espère rallier à sa cause d’autres collectivités pour « peser de manière plus importante auprès du gouvernement ».  L’espoir ? Faciliter le déploiement de drones « pour lutter contre l’insécurité ».

saint etienne marini soft

Marini a été d’une oreille attentive. « Actuellement, écrit-il le 21 janvier 2019, ce projet est en phase de consolidation en lien avec les services du premier ministre et du ministre de l’Intérieur ».

saint etienne marini soft

Le rêve d'une ville sans bruits anormaux

Aux yeux de la Quadrature du Net, qui s'inquiète de la question des données personnelles et de la passivité de la CNIL, l’analyse est beaucoup moins paisible : « on retrouve ici l’idéal, partagé par toutes ces expérimentations « Safe Cities », de la surveillance complète de l’espace public, à l’aide notamment de multiples outils dits « intelligents » ayant pour but de détecter chaque bizarrerie, chaque anormalité afin de les analyser et faciliter leur rapide annihilation ».

Pour l’association, « c’est le rêve d’un quartier sans cris, sans bruits anormaux ou trop forts, sans tags : un quartier silencieux et débarrassé de toutes les extravagances humaines. »


chargement
Chargement des commentaires...