Exposition aux ondes : 33 « points atypiques » dépassaient les 6 V/m en 2018

Chapeau de plomb et bottes en alu 21
image dediée
Crédits : triloks/iStock
Nouvelle Techno
Sébastien Gavois

En 2018, le nombre de « points atypiques » où l'exposition aux ondes dépassait substantiellement celle observée à l'échelle nationale a plus que doublé par rapport à 2017. Ils sont au nombre de 33, mais 15 ont d'ores et déjà été résolus. La première place revient à Lille avec pas moins de 23,1 V/m.

Depuis la « Loi Abeille » du 9 février 2015, l’Agence Nationale des Fréquences (ANFR) a la charge du recensement annuel des points atypiques, c'est-à-dire ceux où « le niveau d’exposition aux ondes radioélectriques est plus élevé ». Dans la pratique, le seuil minimum retenu est de 6 V/m.

En 2018, 33 points atypiques ont été identifiés, contre 15 seulement l'année précédente. La téléphonie mobile est toujours le premier contributeur avec 27 des 33 points, suivi par la radio FM et RNT (Radio Numérique Terrestre) dans 6 lieux. Dans la moitié des cas, une solution a été trouvée, tandis que des travaux sont toujours en cours dans 12 cas. 

1 % des mesures atypiques, jusqu'à 23,1 V/m dans le métro de Lille

Lisez la suite : 84 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...