Radio numérique DAB+ : 24 stations retenues par le CSA

On dab dans ses mains 52
Accès libre
image dediée
Crédits : robuart/iStock/ThinkStock
Loi
Marc Rees

Le CSA a sélectionné la liste des candidats à la suite de l’appel lancé pour le déploiement de la radio numérique terrestre (DAB+). En plus des radios publiques, 18 radios ont été retenues.

Le Digital Audio Broadcasting est « une technologie de modulation et de transmission numériques de la radio » détaille le CSA. La norme DAB+ choisie finalement par la France utilise la bande autrefois occupée par la télévision analogique. Meilleur son, continuité, nouvelles stations, flux audio enrichis avec des données numériques, les messages dithyrambiques n’ont jamais cessé sur le site de l’autorité indépendante. 

Le DAB+ occupe la bande 174-223 MHz, sans empiéter sur la FM (87 et 108 MHz). Les auditeurs pourront donc toujours utiliser la radio avec les équipements actuels.

Sur le terrain règlementaire, le 27 décembre 2017, le CSA avait publié une feuille de route. Le DAB+ était déjà déployé à Paris, Marseille et Nice sur un total de 14 multiplex. Le conseil annonçait alors un nouvel appel aux candidatures avec la volonté de couvrir un jour l’ensemble de la métropole.

Première étape importante, 2021. Une année marquée par la diffusion en DAB+ « dans les 47 bassins de vie les plus peuplés de métropole ». Selon ses pronostics d’alors, « à cet horizon, 70 % de la population recevrait au moins une fréquence « étendue » et 47 % de la population française une ou plusieurs fréquences locales ».

24 radios, dont celles du groupe Radio France

L’appel fut lancé le 25 juillet 2018 avec différents engagements de couverture selon un nouveau calendrier étiré sur huit ans. À l’instar des chaînes de TV, des conventions sont prévues avec chaque candidat afin d’imposer des obligations spécifiques.

Aujourd’hui, après avoir reçu 40 dossiers de candidatures, le CSA a révélé la liste des 24 radios appelées à couvrir à terme l’ensemble du territoire métropolitain. Profitant d’une fenêtre spéciale, le gouvernement a émis une demande de réservation prioritaire au profit du groupe Radio France (France Inter, France Culture, France Info, France Musique, FIP et Mouv’).

En plus de ces six radios, 18 candidats ont été sélectionnés par le Conseil :

  1. Air Zen (SARL Air Zen Radio)
  2. BFM Business (SAS Business FM)
  3. BFM Radio (SAS Newco G)
  4. Chérie (SAS Chérie FM)
  5. Europe 1 (SAM Lagardère Active Broadcast)
  6. Fun Radio (SA SERC)
  7. Latina (SAS Latina France)
  8. M Radio (SARL M Radio DAB)
  9. Nostalgie (SAS Radio Nostalgie)
  10. NRJ (SAS NRJ)
  11. Radio Classique (SAS Radio Classique)
  12. RFM (SAS RFM Entreprises)
  13. Rire et Chansons (SAS Rire et Chansons)
  14. RMC (SAM Radio Monte-Carlo)
  15. RTL (SAS RTL France Radio)
  16. RTL 2 (SA SODERA)
  17. Skyrock (SA Vortex)
  18. Virgin Radio (SAS Europe 2 Entreprises)

« Le Conseil supérieur de l’audiovisuel délivrera les autorisations à l’ensemble de ces éditeurs dans les prochaines semaines » prévient l’autorité indépendante. « Réparties sur deux multiplex, les radios disposeront alors d’un délai de deux mois pour désigner les opérateurs techniques chargés de l’exploitation de ces multiplex ».

Selon le calendrier mis à jour, d’ici 2026, 60 % de la population métropolitaine sera couverte et au moins 90 % des autoroutes. Avant cela, les émissions en DAB+ vont véritablement débuter au premier trimestre 2020 avant d’être étendue. « L’année 2020 marquera également le démarrage de la couverture des zones métropolitaines de moindre densité, ainsi que la préparation du déploiement du DAB + en Outre-mer ».

Des obligations pour les fabricants

Du côté des équipements, en décembre 2018, le même CSA a constaté la couverture de plus de 20 % de la population française. Très exactement 21,3 % le 11 décembre dernier. Un seuil dépassé grâce aux 26 multiplex diffusant à Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Strasbourg.

Conformément à la loi relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle, ce franchissement enclenche de nouvelles obligations pour les fabricants d’appareils qui doivent rendre compatibles tous les terminaux neufs « dédiés à titre principal à la réception de services de radio et capables d'afficher des contenus multimédias ». Les autoradios profitent d’un régime à part puisque concernés à partir de juin 2020.


chargement
Chargement des commentaires...