La 5G fixe à l'honneur au MWC 2019, de premiers hotspots mobiles arrivent

Toujours bridée à 200 Go par mois ? 8
Accès libre
image dediée
Crédits : koo_mikko/iStock
Smartphones MWC
Sébastien Gavois

La 5G fixe devrait progressivement remplacer les offres 4G proposées par les FAI, avec des capacités bien plus importantes. Huawei et Nokia profitent du MWC de Barcelone pour dévoiler leurs 5G CPE Pro et FastMile 5G. Des hotspots mobiles arrivent aussi chez Netgear, HTC et Huawei.

Sans aucune surprise, le MWC de Barcelone est le théâtre de nombreuses annonces autour de la 5G. Il y a bien évidemment des fabricants d'antennes, de cœurs de réseau et de modems, mais aussi de smartphones... alors qu'aucun vrai réseau 5G n'étant attendu avant des mois, lorsqu'il sera temps de découvrir les remplaçants de ces produits.

De plus, l'un des premiers usages actuellement mis en avant par les opérateurs n'est pas pour la téléphonie mobile, mais pour un usage fixe, en remplacement d'une ligne xDSL par exemple. De nombreuses sociétés se lancent aux États-Unis (notamment Verizon), tandis qu'Orange compte s'en servir pour compléter la fibre dans certaines zones en France.

Dans tous les cas, le message a été entendu par Huawei, HTC et Nokia qui profitent du MWC pour présenter leurs nouveaux modems. D'autres misent plutôt sur des usages en mobilité.

La 5G fixe pour désengorger la 4G fixe (et augmenter les débits)

Selon les principaux opérateurs, la 5G ne sera une réalité commerciale qu'à partir de 2020 dans l'Hexagone. D'autres pays sont en avance sur ce calendrier, mais il convient de faire attention aux termes employés. C'est notamment le cas aux États-Unis, oû certains n'hésitent pas à faire passer de la 4G(+) pour de la 5G

L'internet fixe en 5G est un usage régulièrement mis en avant. Il s'agit d'une évolution de la 4G fixe, avec des débits plus élevés pour l'utilisateur, mais surtout une capacité réseau bien plus importante pour les opérateurs. De quoi, du moins on l'espère, lever les restrictions imposées sur les offres 4G fixes : « fair use » de 200 Go chez Orange et SFR, baisse du débit après 200 Go en cas de « saturation de la cellule (antennes) » chez Bouygues Telecom.

Comme nous l'expliquait ce dernier en juillet, avec la 5G il ne faut pas s'attendre à une technologie de « rupture » comme ce fut le cas avec la 4G. « La valeur ajoutée client de la 5G pour le grand public va être initialement assez limitée [...] C'est plus un rajout de capacité », précisait un responsable technique de l'opérateur.

fréquences 5G

Du côté des modems, Qualcomm et Huawei proposent déjà des puces 5G (ils en sont même à la deuxième génération), alors qu'Intel vient d'annoncer que son XMM 8160 n'arrivera qu'au début de l'année prochaine. Le fondeur dispose par contre d'un atout dans sa manche : les produits équipés du XMM 7560 (4G à 1 Gb/s) pourront simplement être mis à jour, à condition que le produit ait été pensé dans cette optique bien évidemment.

Pour rappel, la 5G exploitera les fréquences actuelles de la 4G, mais aussi de nouvelles, notamment dans la bande des 3,5 GHz. Cette dernière a l'avantage de disposer d'une largeur de spectre disponible bien plus importante que les autres (2 600 à 700 MHz), tout en proposant une couverture équivalente aux 1 800 MHz.

Hotspot 5G (NSA et SA) avec Wi-Fi 6 chez Huawei 

Lors de sa conférence de presse, Huawei présentait son modem 5G fixe « le plus rapide du monde » : le 5G CPE Pro, qui avait déjà été évoqué en janvier. Il prend en charge les fréquences en-dessous des 6 GHz, mais via une puce Balong 5000 dévoilée il y a quelques semaines à la place de la Balong 5G01 de la version non Pro, présentée l'année dernière.

Hotpot 5G Huawei

Les deux sont compatibles avec la 5G NSA (Non Standalone) – qui s'appuie sur la 4G – et la 5G SA (Standalone), mais le débit théorique maximum passe de 2,3 à 4,6 Gb/s sur le nouveau modèle via les bandes en-dessous des 6 GHz. Lors d'un test sur un réseau 5G, le fabricant annonce avoir atteint 3,2 Gb/s. 

Ce boîtier propose également du Wi-Fi 6 (802.11ax), avec un débit maximum de 4,8 Gb/s ; de quoi permettre (à terme) à la 5G de s'exprimer avec tout son potentiel. Le routeur est également compatible avec le protocole HiLink de Huawei pour le contrôle des objets connectés

Une version « Win » du 5G CPE est également annoncée. Étanche à la poussière et à l'eau (certification IP65), elle propose une alimentation Power over Ethernet (PoE) et peut être installée en extérieur afin d'améliorer la qualité du signal. Pour rappel, plus les fréquences sont élevées, plus la portée et la pénétration dans les bâtiments sont limitées. 

Aucun prix ou date de disponibilité n'ont été confirmés pour le moment.

Hotpot 5G Huawei

Nokia répond présent, mais ne donne aucun détail

Nokia se positionne également sur ce marché avec sa gamme FastMile. Le constructeur ne donne par contre que très peu de détails si ce n'est que la 4G est supportée et que des produits pensés pour l'extérieur seront proposés. Le fabricant annonce par contre un débit maximum de 1 Gb/s... « seulement » ?

Pour rappel, ce seuil est déjà dans la ligne de mire en 4G par les opérateurs français. Pour Nokia, c'est « jusqu'à 25 fois plus rapide que la 4G », ce qui nous donne environ 41 Mb/s comme référence pour la 4G... soit le débit maximum de la H+ (3G HSPA+).

Le constructeur parle d'une compatibilité avec les normes de la 3GPP, mais sans préciser lesquelles : 5G SA et NSA sont-elles supportées ou seulement 5G NSA ? La question reste ouverte. Dommage également que le fabricant ne dise pas un mot sur le reste des caractéristiques techniques de son produit.

Le finlandais s'est déjà trouvé un partenaire pour tester ses produits en situation : l'opérateur australien Optus.  Lors de la conférence de presse de Nokia, Allen Lew (directeur général d'Optus) était monté sur scène pour vanter le partenariat. Rappelons que les équipementiers chinois (Huawei et ZTE) ont été bannis par les autorités australiennes.

Il ne fallait pas compter sur Allen Lew pour donner plus de détails techniques sur le modem. Il explique simplement que disposer d'un produit fini permet de tester sa commercialisation auprès de clients triés sur le volet et de procéder à des tests en situation. Le responsable de Nokia a ensuite passé la main pour présenter fièrement le 5G FastMile sur scène... dans l'indifférence générale (à partir de la 18e minute).

Nokia FastMile 5G

Des hotspots 5G mobiles chez HTC, Huawei et Netgear

En plus de la 5G fixe, les constructeurs proposent également des hotspots mobiles. Pour rappel, Netgear avait déjà présenté officiellement son produit au CES de Las Vegas, après une démonstration en octobre. Il exploite une puce Qualcomm Snapdragon X50 (5G NSA seulement) et peut atteindre 5 Gb/s sur les ondes millimétriques.

Lors du MWC, HTC lui répond avec son 5G Hub, mais celui-ci se rapproche bien plus d'un smartphone sans la partie téléphone que du simple hotspot mobile. Il intègre un modem Snapdragon X50, mais aussi un SoC Snapdragon 855 avec Android 9.1 Pie et un écran tactile de 5" (1 280 x 720 pixels).

Les débits en 5G sont de 2,63 Gb/s en téléchargement et de 287 Mb/s en upload au maximum. 4 Go de mémoire vive, 32 Go de stockage, du Bluetooth 5.0, un port USB 3.1 Type-C avec prise en charge de DisplayPort (Alt Mode) et Power Delivery, ainsi qu'une batterie de 7 660 mAh complètent l'ensemble.

Du Wi-Fi 5 (802.11ac) est présent, ainsi que du Wi-Fi 802.11ad (sur les 60 GHz) pour des connexions très proches et plus rapides. Le débit n'est par contre pas précisé. Vingt terminaux peuvent se connecter en Wi-Fi 5, contre quatre en 802.1ad.

Dans son communiqué, HTC annonce que son hotspot est prêt pour le Wi-Fi 6 (802.11ax), mais le constructeur n'en fait pas mention sur sa fiche produit. Un point qu'il faudra surveiller.

HTC 5G Hub


chargement
Chargement des commentaires...