Renseignement téléphonique : Google doit clarifier d'urgence ses règles publicitaires

Non mais allô ! 18
image dediée
Crédits : querbeet/iStock
Justice
Marc Rees

Une entreprise toulousaine a obtenu de l’Autorité de la concurrence une décision conservatoire. Elle contraint Google à adopter des règles plus intelligibles et transparentes encadrant les publicités en ligne au profit des services de renseignements en ligne.

En mai 2018, Amadeus a saisi l’Autorité de la concurrence, doigt pointé sur Google Ireland Limited et Google LLC. L’entreprise, installée à Toulouse, exploite un service de renseignement téléphonique, à tarification majorée.

Épaulé par une ribambelle de petits sites, il est mis en avant sur Google, via des campagnes Ads qui engloutissent 70 % du chiffre d’affaires de la structure. Elle avait par exemple réalisé 12 476 548 euros de C.A. en 2017, pour un bénéfice de 1 385 234 euros, avec plus de 9 millions d’euros de dépenses publicitaires.

Seul hic, après avoir travaillé de près avec cette entreprise, Google a suspendu plusieurs comptes Google Ads d’Amadeus « en raison de déclarations trompeuses » ou parce qu’ils présenteraient « des cas graves ou récurrents de non-respect de nos règles en matière de publicité ».

L’instruction de l’Autorité de la Concurrence a révélé que Google a été alerté par les pouvoirs publics en 2017 de certaines pratiques publicitaires contraires aux règles de son service en ligne. En mars 2018, les comptes sont finalement réactivés, mais non les annonces au motif qu’elles reposent sur une « vente d’articles gratuits ».

Des comptes suspendus pour ventes d'articles gratuits ou de contournement

Lisez la suite : 78 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...