L'effet du RGPD sur les trackers des applications Android, selon Exodus Privacy

Joyeux anniversaire ! 25
image dediée
Sécurité
Guénaël Pépin

Il y a pile un an, Exodus Privacy publiait son outil d'analyse d'applications Android, en quête de mouchards jusqu'ici invisibles. L'association diffuse aujourd'hui des statistiques et un large lot de données sur les conséquences du RGPD sur ces trackers, six mois après son entrée en application.

Le 24 novembre 2017, Exodus Privacy révélait son projet au grand jour, après trois mois de travail dans l'ombre. Nous l'avions suivi à l'époque. L'association cherche des références à des outils de pistage connus dans le code des applications Android, récupéré depuis le Google Play Store.

L'ensemble est présenté dans un site complet, par application, trackers ou sous forme de statistiques. L'annonce d'Exodus avait été menée en partenariat avec Le Monde et le Yale Privacy Lab, montrant l'ampleur de l'infestation de ces applications par des mouchards souvent invisibles.

Le projet est né du scandale Teemo, du nom d'un mouchard intégré à de nombreuses applications françaises, suivant à la trace leurs utilisateurs. Une affaire qui s'est conclue début octobre par une mise en conformité de l'entreprise avec le droit sur la protection des données, sous la contrainte de la CNIL.

Pour fêter son anniversaire, l'association analyse l'évolution de ces trackers après l'arrivée du Règlement général sur la protection des données (RGPD), qui doit améliorer la protection de la vie privée en Europe depuis le 25 mai.

 Sur le top 85 mondial, pas de changement pour la moitié

Lisez la suite : 81 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...