L'Arcep nous détaille sa consultation sur l'attribution des nouvelles fréquences 5G

Une de plus ? 0
image dediée
Crédits : cokada/iStock
Téléphonie DOSSIER
Sébastien Gavois

Avant la procédure d'attribution des fréquences 5G, le régulateur des télécoms lance une nouvelle consultation pour recueillir les attentes des acteurs du marché, puis définir une stratégie. L'Arcep nous détaille les choix et orientations possibles, ainsi que la position de la France face à ses voisins européens.

Comme prévu par la feuille de route sur la 5G du gouvernement, l'Arcep vient de lancer sa consultation publique pour l’attribution de nouvelles fréquences 5G dans la bande des 1,4 GHz, 3,5 GHz et 26 GHz. Le but est de préparer la méthode d'attribution (enchères ou autres), qui sera définie l'année prochaine. L'enjeu est important puisqu'il s'agit du futur de nos réseaux mobiles, avec une commercialisation prévue à partir de 2020 par les opérateurs.

Lors d'un entretien, Sébastien Soriano (président de l'Arcep) et Pierre-Jean Benghozi (membre du collège de l'Arcep) nous détaillent les questions auxquelles le régulateur espère trouver des réponses. Ils évoquent également avec nous les objectifs de cette consultation, ainsi que la position de la France vis-à-vis de ses voisins européens

« C'est une première étape. On consulte les acteurs sur la disponibilité de la bande de fréquence, la manière d'y faire cohabiter les différentes technologies ; c'est un enjeu très important », nous déclare Sébastien Soriano. Avec deux sujets prioritaires : à qui attribuer les fréquences et pour faire quoi ?

Notre dossier sur l'ultime consultation 5G de l'Arcep :

5G : l'Arcep lance une consultation... une de plus ?

Alors que certains pays ont déjà lancé les procédures d'attribution, un point nous interpelle : encore une consultation de l'Arcep sur la 5G ? Pour rappel, Il y en a déjà eu en janvier 2017 (de nouvelles fréquences pour le très haut débit dans les territoires, pour les entreprises, la 5G et l’innovation), mai 2018 (libération de la bande 26 GHz) puis en juillet dernier (utilisation future des bandes 26 GHz et 1,5 GHz dans la perspective des réseaux 5G).

Sébastien Soriano nous explique qu'elles ont des statuts différents : « Jusqu'à présent, les consultations portaient essentiellement sur la libération des fréquences. Elles étaient assez techniques sur la manière dont on redistribue à ceux qui utilisent les fréquences actuelles. Maintenant on rentre vraiment sur la vision marché et comment on va attribuer les fréquences aux opérateurs et aux verticaux. On est dans un processus qui se cristallise ».

Comprendre le marché pour coller à ses attentes

Lisez la suite : 82 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...