Made by Google : Pixel 3, tablette Slate, Home Hub et Chromecast 3

À commenter sur Google+ 41
Accès libre
image dediée
Obj. Connectés
Guénaël Pépin

Google renouvelle sa gamme matérielle, en suivant le chemin d'Amazon sur les écrans connectés pour la maison, et en insistant sur la photographie et la sécurité pour son smartphone Pixel 3. Le Chromecast a droit à une mise à jour mineure, pour le moment indisponible en France.

Google a débuté cette édition 2018 de sa conférence Made by Google par une classique séance d'autocongratulation. De l'enthousiasme pour l'appareil photo du Pixel 2 au succès de ses ordinateurs pour étudiants, en passant par Google Play Protect, la société aligne ses victoires.

Cette fois, elle promet l'intersection entre intelligence artificielle, logiciel et matériel. Bien entendu, toujours pour promouvoir la sécurité et le bien-être, quelques heures après la révélation d'une faille dans Google+, découverte en mars et cachée jusque là.

Un Google Home Hub avec écran de 7 pouces

Le groupe a ensuite expédié la révélation des smartphones Pixel 3, de la tablette Pixel Slate et de son « écran intelligent », le Google Home Hub, conçu sur le modèle de l'Amazon Echo Show et du Facebook Portal+. Autant de produits déjà découverts ces dernières semaines, au fil de « fuites » qui ont fait le bonheur des youtubeurs spécialisés.

Avec son écran tactile de 7 pouces, le Home Hub est conçu pour être placé sur une table de chevet ou de cuisine, pour répondre aux questions d'une enceinte connectée avec Google Assistant. Un « Bonjour » au Home Hub répondra par exemple avec la météo et la liste de courses. Les éléments sont personnalisés via la reconnaissance de la voix du propriétaire. Contrairement à Facebook et son Portal+, Google n'a pas intégré de caméra à son écran. Il sera disponible en quatre coloris.

GoogleGoogle

Le Home Hub intègre la Home View, un centre domotique fonctionnant notamment avec les produits Nest du groupe. L'application Home sur smartphone est (une énième fois) remaniée pour fournir les mêmes fonctions.

1,2 milliard de photos sont mises en ligne tous les jours sur Google Photos. L'application sur Home Hub sélectionnera les plus belles (selon le service), en excluant par exemple les floues.

L'écran est en précommande à 149 dollars et sera proposé en magasins physiques le 22 octobre aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Australie (aucune date encore pour le reste du monde). Six mois de l'abonnement YouTube Premium sont offerts.

La Pixel Slate, tablette sous Chrome OS

La nouvelle tablette, descendante de la Pixel C, est cette fois fournie sous Chrome OS. L'interface du système a été revue pour l'écran tactile, en conservant « une expérience de bureau complète ». L'écran de 12,3 pouces (293 ppi) utilise une « technologie personnalisée ».

La caméra frontale dispose d'un mode Portrait et est conçue, assure Google, pour les discussions vidéo. Bien entendu, la société insiste aussi sur le bien-être, entre autres via les applications multimédia à la Netflix.

Côté logiciel, le groupe remet une couche de protection antivirus intégrée et de mises à jour transparentes, en tâche de fond. En clair, Chrome OS est censé être un système sûr par conception, un argument habituellement trouvé chez Apple. Google décline son marketing « Titan Security » : le bouton d'allumage intègre un lecteur d'empreinte, comme bien des ordinateurs sous Windows, Microsoft poussant lui-même Windows Hello.

La société propose aussi le Pixel Slate Keyboard, avec folio à hauteur ajustable, et un stylet. La tablette sera commercialisée à partir de 599 dollars avec un Celeron, 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. Il en coûtera 1 599 dollars pour l'édition avec Core i7, 16 Go de RAM et 256 Go de stockage.

Comptez 199 dollars pour le clavier et 99 dollars pour le stylet. L'ensemble sera vendu en ligne et dans des boutiques aux États-Unis, en Australie et au Canada.

  • Google conférence
  • Google conférence
  • Google conférence
  • Google conférence
  • Google conférence
  • Google conférence

Un Pixel 3 enfin proposé en France

Le Pixel (XL) 3 cède à la mode de l'écran prenant la majorité de la façade avant. Il est de 5,5 pouces sur le modèle standard  et de 6,3 pouces sur le Pixel XL (avec une encoche iPhonesque). Les deux modèles intègrent un Snapdragon 845, 4 Go de RAM et le Bluetooth 5.0. Il sont certifiés IP68.

Le son des enceintes, en face avant, est promis plus puissant de 40 %. Mais c'est toujours sur les qualités photographiques de son appareil que Google insiste. Les modèles précédents ont gagné plusieurs prix en la matière. La société se permet même ici une publicité comparatives avec l'iPhone Xs, sur une photo en basse luminosité.

Google suit les traces d'Apple en misant sur un Pixel Visual Core, une puce dédiée au traitement photo, que le groupe vante comme plus puissante que la concurrence. L'intérêt serait double : des traitements plus rapides et restant sur le smartphone, sans passer par ses habituels serveurs distants.

Le Pixel 3 inaugure aussi la fonction Top Shot, pour déclencher automatiquement des prises de photo alternatives à celle de l'utilisateur en HDR+, pour obtenir le « bon » moment. Un mode Photo Booth permet, lui, le déclenchement automatique au sourire ou à une mimique amusante.

Google conférenceGoogle conférence

Autre fonction : Night Sight est censée éviter l'utilisation du flash sur l'appareil photo, en exploitant bien sûr de l'intelligence artificielle. Pour sa part, Playground permet d'ajouter des personnages (dont des super héros) dans ses clichés.

Le groupe annonce aussi Call Screen. La fonction peut remplacer l'utilisateur en cas de numéro inconnu, demandant ce que la personne veut, puis transcrit la réponse. « Vous n'aurez plus jamais à parler à un télémarketeur ! » s'enthousiasme le mastodonte de la publicité en ligne.

Une nouvelle puce de sécurité « Titan M » est aussi intégrée, pour protéger les identifiants, les données d'applications et sécuriser le chiffrement du stockage.

Côté accessoires, un nouveau chargeur sans fil Qi apparaît : le Pixel Stand. Plaçant le téléphone à la verticale, il active quelques fonctions, comme l'allumage progressif de l'écran avant l'alarme le matin ou un écran de veille utilisant des photos issues de Google Photos.

Le Pixel 3 est annoncé en précommande pour 799 dollars dès le 18 octobre, avec six mois de YouTube Music Premium offerts. Il arrivera dans un second temps dans une dizaine de nouveaux pays... dont la France. Il en coûtera 859 euros dans l'Hexagone pour le modèle 5,5 pouces, et 959 euros pour le Pixel XL de 6,3 pouces.

Il est en précommande chez trois opérateurs (Bouygues Telecom, Orange et SFR), chez Boulanger, chez Fnac-Darty et sur le Google Store.

Un nouveau Chromecast discret, des écouteurs

Mise en ligne mais oubliée de la conférence, la clé de streaming Chromecast 3 arrive aussi sur le Google Store américain, pour 35 dollars. Les différences avec les versions précédentes sont difficiles à cerner. Selon Google, cette nouvelle mouture serait  15 % plus rapide, ce qui permet la lecture en 1080p à 60 images par seconde, contre 720p à 60 ips ou 1080p à 30 ips précédemment.

Il ne dépassera tout de même pas cette définition. Le Chromecast Ultra reste donc la seule version de la clé en 4K Ultra HD. Cette 3e génération gagne aussi la capacité du Chromecast Audio, pour une lecture multi-room synchronisée avec d'autres appareils. Le Store français ne référence toujours que la v2.

Pour accompagner le Pixel 3, Google ajoute aussi les Pixel Buds, des écouteurs Bluetooth avec fonction de traduction, sur le modèle des AirPods. Comme les écouteurs d'Apple, ils coûtent 179 euros.

Globalement, Google livre ici une conférence rapide, sans grands détails ni enthousiasme. Son marketing a bien compris le besoin de parler de sécurité et de confidentialité, la « Titan Security » couvrant désormais sa sécurité matérielle au sens large. Un minimum après la faille de sécurité tout juste révélée dans Google+, masquée des autorités et internautes pendant six mois.


chargement
Chargement des commentaires...