Dynamic Local Mode, October 2018 : AMD revoit les performances de ses Threadripper WX à la hausse

La patience paie 15
Accès libre
image dediée
Processeurs
David Legrand

Au lancement de ses nouveaux processeurs haut de gamme, le constructeur avait annoncé que des améliorations viendraient avec le temps, notamment grâce à l'évolution de Windows 10. C'est désormais le cas, voici ce qui va changer.

Lorsque nous avions analysé les Ryzen Threadripper WX, il apparaissait clairement que plusieurs points méritaient l'attention d'AMD, de ses partenaires et des développeurs. La bonne nouvelle, c'est que ces appels ont été entendus depuis le lancement mi-août et la réaction aura finalement été assez rapide. 

On se souvient en effet du correctif apporté aux pilotes de NVIDIA, améliorant les performances dans les jeux pour des processeurs avec un très grand nombre de cœurs. Un élément qui avait pénalisé AMD dans les chiffres livrés par la presse au moment de l'annonce de ses puces. Il en était de même avec certains titres comme Far Cry 5, lui aussi patché depuis.

Dès lors, on se demande pourquoi le constructeur n'avait pas anticipé et mieux communiqué sur ces problèmes à l'époque, afin d'éviter de voir son produit critiqué sur de mauvaises bases. Il en va de même du comportement de Windows 10, qui nous avait été présenté comme imparfait au regard de la constitution de ces puces, ce qui n'a été que peu relevé.

Notre état d'incompréhension perdure lorsque l'on voit qu'AMD décide de communiquer sur des évolutions importantes... un vendredi soir à 21h (12h heure locale), en marge d'une annonce mineure. Preuve que si les processeurs de la marque se sont grandement améliorés avec la génération Ryzen, il y a encore bien des progrès à faire sur le reste.

Dynamic Local Mode : révolution pour les Threadripper WX

AMD a décidé de terminer par cette information dans le billet de blog publié hier soir, commençons donc par elle : le Dynamic Local Mode ne sera pas disponible avant le 29 octobre prochain. Il sera proposé à travers une nouvelle version de l'outil Ryzen Master dans un premier temps, puis à terme via les pilotes destinés aux Ryzen Threadripper WX.

L'idée est de répondre à un problème de fond causé par l'architecture même de ces processeurs. Composés de quatre puces Ryzen classiques, seules deux sont liées à des contrôleurs mémoire (voir ci-dessous). Dès lors, deux modes de fonctionnement sont possibles pour les systèmes d'exploitation : local (NUMA) ou distribué (UMA).

Dans le premier cas, le processeur est vu par l'OS comme des blocs (nœuds NUMA) disposant chacun de leurs cœurs et de leur mémoire (ou pas). Une solution qui permet une latence réduite en évitant qu'un thread exécuté sur un cœur lié à un contrôleur mémoire ait besoin d'aller chercher des informations via un contrôleur situé dans une autre puce.

Dans le second cas, le processeur est vu comme un bloc unique disposant de l'ensemble de ses cœurs et de sa mémoire, chacun pouvant être utilisé sans distinction. Ce qui permet d'obtenir une meilleure bande passante et de plus larges accès si nécessaire, mais la latence pourra être plus ou moins importante, pénalisant certaines applications.

  • AMD Ryzen Threadripper WX
  • AMD Ryzen Threadripper WX
  • AMD Ryzen Threadripper WX
  • AMD Ryzen Threadripper WX

Ce choix peut donc avoir des impacts plus ou moins négatifs selon les cas. Pour AMD, deux catégories d'applications peuvent être distinguées selon leur comportement. Il avait donc été décidé d'activer par défaut un accès distribué (UMA), puisqu'il affiche de bons résultats dans la plupart des applications destinées aux stations de travail.

Mais dans les jeux (à quelques exceptions près), c'est l'inverse : le mode local (NUMA) affiche de meilleurs résultats grâce à la latence réduite. AMD recommande donc de l'activer pour jouer. Cela passe par Ryzen Master ou l'UEFI de la carte mère, avec un même défaut dans les deux cas : il faut redémarrer la machine.

Mais comment peut-on imaginer que l'utilisateur qui était en train de travailler sur un rendu 3D va relancer son système pour gagner quelques FPS lorsqu'il a décidé de jouer ? C'est là que le Dynamic Local Mode (DLM) montre son intérêt.

Un service qui adapte l'utilisation du CPU aux besoins des applications

Dans la pratique, cette fonctionnalité prend la forme d'un service tournant constamment en tâche de fond dans Windows 10. Il analyse les threads en cours d'exécution et les trie du plus gourmand en ressource CPU à celui qui en nécessite le moins. Les premiers sont envoyés en priorité vers les cœurs qui bénéficient d'un accès direct à un contrôleur mémoire.

Il n'est donc pas question de passer d'une organisation UMA à NUMA à la volée, mais bien de tenter de trouver un compromis entre un fonctionnement par défaut qui reste distribué, et le besoin de certaines applications, comme les jeux, de bénéficier d'un accès local tant que cela est possible. Et ainsi reprendre l'avantage de l'organisation en nœuds NUMA.

Ce mode sera donc désormais activé par défaut. L'utilisateur pourra bien entendu le désactiver dans ses services ou via Ryzen Master s'il le décide. Côté performances, AMD assure que les résultats sont au rendez-vous, avec des gains de 10 % à près de 50 % selon les cas. Surtout dans certains jeux comme Battlefield 1.

Concernant Linux, aucun détail n'a été fourni pour le moment.

Ryzen Master DLM

Vers une intégration native du DLM ?

Mais l'on imagine que l'objectif à terme pour le constructeur est qu'un tel comportement puisse être intégré nativement aux OS. Et donc de travailler sur le fonctionnement du noyau Linux, mais aussi avec les équipes de Microsoft.

Si la mise à jour October 2018 améliore déjà « la stabilité des systèmes s’appuyant sur 64 ou davantage de processeurs logiques et notamment le Ryzen Threadripper 2990WX » selon AMD, on n'en saura pas plus sur les changements de cette mouture en la matière. Il faudra donc surveiller les prochaines évolutions de Windows 10 avec attention.

Disponibilité des Ryzen Threadripper 2920X et 2970WX

Enfin, notez que les deux références les plus accessibles des Ryzen Threadripper de seconde génération arrivent chez les revendeurs. Elles devaient l'être en octobre, le timing serait donc tenu ? 

Non, puisque dans la pratique, aucune boutique ne les référence pour le moment. AMD précise qu'ils sont attendus pour le 29 octobre, là aussi. Pour rappel, il s'agit des versions avec 12 ou 24 cœurs « seulement », le premier n'est donc pas concerné par DLM ou les soucis évoqués précédemment, puisque seuls les dies liés à un contrôleur mémoire sont utilisés. 

Côté tarifs, ils sont annoncés à 649 dollars pour le 2920X, contre 1 299 dollars pour le 2970WX. Selon nos précédentes estimations, cela devrait donner des montants aux alentours de 699 euros et 1 399 euros sur le marché français.

AMD Ryzen Threadripper 2nd GenAMD Ryzen Threadripper 2nd Gen


chargement
Chargement des commentaires...