Droit d’auteur : quand Pascal Nègre craint la « censure aveugle, automatique, systématique »

Pascal Reda 77
Accès libre
image dediée
Crédits : Marc Rees Licence CC-BY-SA 3.0
Loi
Marc Rees

Une tribune de Pascal Nègre dans une phase de respiration démocratique au Parlement européen touchant au droit d’auteur… Une intervention classique, où on aurait anticipé sans mal le sens de sa prose. Sauf que l’intéressé fait état de ses inquiétudes, d’une crainte de « censure aveugle, automatique, systématique ». Pas moins. 

Souvenez-vous. En 2007, aux prémices d’Hadopi, Pascal Nègre, en roue libre, ne voulait s'interdire aucun sujet, même ceux faits de gros rouge qui tache. « À un moment donné, il faut un vrai débat » nous expliquait-il sous les dorures de la Rue de Valois avant de rêver de filtrage des contenus par les fournisseurs d’accès, de radars pour alpaguer les internautes... L’artillerie lourde, mode Grosse Bertha.  « Ce sont là des vraies questions. C’est aujourd’hui trop facile de pirater », s’énervait-il face à un Internet baignant dans la vague P2P.  

Pour ses positions, le président de la Société civile des producteurs phonographiques, numéro un d'Universal Music France avait été quelques années plus tôt couronné d’un délicieux Big Brother Awards. En 2003, ce prestigieux prix lui fut remis pour avoir exigé, dixit les organisateurs, « que la loi oblige les fournisseurs à dénoncer les "pirates" ainsi qu’à filtrer et censurer les contenus, le tout sans intervention judiciaire ». 

Depuis, le personnage a quelque peu changé de cap professionnel. Il fut viré par Vincent Bolloré en 2016 comme un malpropre. Depuis juin de la même année, il anime « Pascal Nègre fait ses numéros » sur RFM, où il accueille chaque week-end des personnalités du monde de la musique. Difficile de changer de came lorsqu’on est accro. 

Comment débarquer dans une soirée vegan avec une côte de bœuf

Les débats actuels autour du projet de directive, derrière lesquels les sociétés de gestion collective et syndicats font bloc, lui ont finalement donné l’opportunité de prendre une petite revanche. Celle d’endosser le rôle de l'intrus débarquant à une soirée vegan entre amis, avec sous le bras une côte de bœuf sanguinolante.

Dans cette tribune au Monde, sa plume acerbe est trempée dans la bile de l’article 13. « Cet article, dans sa rédaction actuelle, impose à toute plate-forme de détecter et de bloquer systématiquement toute mise en ligne par un utilisateur d’un contenu potentiellement protégé par le droit d’auteur (pas uniquement de la musique), sauf lorsqu’un accord de licence a auparavant été conclu avec l’ayant droit ou ses représentants », résume-t-il. 

À ses yeux, nouvelle version, ce mécanisme risque de générer une « censure aveugle, automatique et systématique ». Une direction qu’il juge aujourd'hui inopportune, dangereuse, inutile puisque le piratage serait en déclin. 

Des barrières juridiques contre l'avènement de nouveaux artistes

Déjà, se souvient-il, la gestion des contenus existe déjà sur YouTube avec Content ID. N’importe quel ayant droit peut donc bloquer un contenu, ou partager sa monétisation. Ensuite, « avant d’être une star, un artiste commence comme un amateur éclairé en mettant en ligne sa création afin de voir les réactions du public et de commencer à créer sa communauté de fans ». L'exemple tout trouvé : Kendji Girac, dont la popularité a débuté avec une simple reprise de Maitre Gims à la guitare, sur la plateforme chère à Google.

Pour Nègre, « il ne faut surtout pas de barrières juridiques qui à terme pourraient trop compliquer voir empêcher ces premiers pas artistiques d’être exposés. Sinon tout le processus de création permettant l’émergence de la prochaine génération d’artistes sera mis à mal ».

Pascal Nègre, Julia Reda et Jérémie Zimmerman ont-ils passé des vacances ensemble non loin de Fessenheim ? Plutôt qu'une industrialisation du filtrage, obstacle aux jeunes pousses, il demande au contraire à ce que l’on tire parti « de l’opportunité d’Internet ». « La rémunération des artistes est un sujet qui me tient à cœur. Notre industrie n’est pas figée et je sais que certains défenseurs de l’article 13 sont bien intentionnés. Mais cet article ne permettrait pas d’aller de l’avant, au contraire, il nous ferait reculer. »

Quand Rogard moque les divisions, Nègre multiplie les baffes 

Sa tribune a jeté un petit froid sous les dorures uniformes des ayants droit. L’inévitable Pascal Rogard, directeur de la SACD, a évidemment été de son petit commentaire piquant : « Ce qu’il y a de bien avec le monde de la musique c’est l’unité de la profession. On s’attend à toutes positions et on [n’] est jamais déçu. Bon vent aux uns et aux autres ». Ce à quoi, le viré d’Universal en 2016, revanchard en 2018, a rétorqué : « On prend exemple avec le cinéma et la chronologie des médias ». Un thème qui patine depuis des années où les professionnels du secteur se déchirent pour des histoires de gros sous…

Pascal Negre Pascal Rogard


chargement
Chargement des commentaires...