L’État brandit fièrement des engagements flous sur la fibre, un nouvel observatoire 4G

Engagé, mais pas trop 15
image dediée
Crédits : France THD
FAI
Guénaël Pépin

Le sort de 14 millions de lignes est scellé. Orange et SFR s'engagent à couvrir 92 % des agglomérations moyennes d'ici 2020 et la totalité fin 2022. Des promesses suivies par l'Arcep, déjà circonspecte sur les dossiers reçus. Avec le gouvernement, l'autorité annonce aussi un suivi trimestriel des déploiements de la 4G, avec un premier point.

Nouveau tour d'annonces du gouvernement sur le très haut débit fixe et mobile. Cette fois, le contrôle des déploiements est à l'honneur, avec un premier point sur la fibre (reprenant des données existantes) et un nouvel observatoire de la 4G, censée recouvrir la majorité du territoire fin 2020.

L'occasion d'annoncer en grande pompe de nouveaux engagements en zones moins denses, près de 14 millions de lignes qu'Orange et SFR fibrent pour l'ensemble des opérateurs privés. Elles se situent entre les zones très denses (les 106 communes les plus peuplées) et 43 % de la population que les collectivités ont la charge de fibrer elles-mêmes (zones d'initiative publique). Réparties en 2011 et sujets de bien des batailles, elles sont désormais contraintes par le régulateur, l'Arcep.

Un changement bienvenu, plus de cinq ans après le lancement du plan France THD, qui montre pourtant ses premières limites. Cette nouvelle répartition, censée éviter les doublons des réseaux fibre, n'empêcherait pas la pose de deux fibres sur un million de lignes. Surtout, le gouvernement a validé des chiffres nationaux, sans détail local ni calendriers de déploiements précis.

L'État accepte deux ans de retard sur un million de lignes

Lisez la suite : 89 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...