Très haut débit : pour NomoTech, le satellite restera une technologie d'appoint

Toujours pas de Fortnite par satellite 12
image dediée
Crédits : BlackJack3D/iStock
FAI
Guénaël Pépin

Le groupe télécom, derrière le fournisseur d'accès Ozone, compte sur le futur satellite d'Eutelsat pour supprimer la limite de données mensuelles de ses offres. Il ne voit pourtant pas de conquête des zones rurales par cette technologie, confrontée à la 4G fixe et mobile, et bientôt la 5G.

Saturé sur un tiers de la France pendant plus d'un an, concurrencé en zones rurales par le très haut débit radio, comptant moins de 100 000 abonnés dans l'Hexagone, le satellite doit s'adapter pour rester pertinent. Ces dernières semaines, nous avons mené un grand comparatif des offres satellite, peu avant que skyDSL ne supprime la limite mensuelle de consommation de données de certains forfaits.

Le lancement d'un nouveau satellite par Eutelsat, qui promet le très haut débit pour 2021, devrait remettre cette technologie dans la course, alors que tout le monde espère obtenir de la fibre à terme.

Pour NomoTech, groupe spécialisé dans les réseaux d'initiative publique, le très haut débit radio et propriétaire du fournisseur d'accès Ozone, le satellite n'est pas voué à conquérir les campagnes. À cause de ses contraintes techniques et du développement d'autres technologies, comme la 5G fixe. Entretien avec Philippe Le Grand, PDG du groupe et militant des technologies radio.

Pour les lieux sans autre technologie viable

Lisez la suite : 87 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...