Windows 10 : le passage de l'April Update n'aura pas été de tout repos

Peut mieux faire 78
image dediée
Crédits : ALLVISIONN/iStock
OS
Vincent Hermann

La sortie de l'April Update a laissé de mauvais souvenirs chez une partie des utilisateurs. Une mise à jour majeure n’est jamais un évènement banal, en dépit de ce que les éditeurs peuvent en dire. Cette fois pourtant, il semble que la casse ait été plus importante.

Tous les six mois, une nouvelle version de Windows 10 est proposée aux utilisateurs. La diffusion via Windows Update n’est pas globale. Elle commence par les machines détectées comme les « plus compatibles » puis, la télémétrie aidant, progresse vers les autres. Il s’écoule toujours de six à huit semaines en moyenne avant que Microsoft ouvre totalement les vannes.

Cette progression limite le nombre de problèmes à gérer en même temps pour l’éditeur. Comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire, toute mise à jour majeure d’un système est conséquente. Qu’il s’agisse d’Apple, Google ou de Microsoft, tous aiment laisser filtrer l’idée que l’acte est anodin. Il n’en est rien, et les problèmes peuvent être pénibles, voire bloquants.

C’est particulièrement vrai avec la mise à jour 1803, aussi appelée April Update (voir notre dossier). Elle est arrivée en retard, pour la première fois dans l’histoire du système. Il s’est écoulé deux semaines avant que la diffusion ne commence, alors qu’elle aurait dû débuter le 10 avril (Patch Tuesday). Les rumeurs faisaient état d’un bug de dernière minute, suffisamment sérieux pour bloquer l’envoi chez les utilisateurs.

Ce n’était pas le seul problème conséquent non détecté durant la phase de test, via le programme Windows Insider.

Un gros problème avec Avast

Lisez la suite : 85 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...