Ces services qui jettent l'éponge face au RGPD

Game over, try again? 120
image dediée
Crédits : Gwengoat/iStock
Securité
Guénaël Pépin

Les fermetures et blocages d'internautes se multiplient à l'approche d'une meilleure protection des données personnelles en Europe. Brandi par certains comme un épouvantail, il sert parfois de prétexte pour couper des activités gênantes pour d'autres raisons.

Branle bas de combat sur la vie privée. Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) entre en application demain. Le service de sauvegarde d'articles Instapaper vient d'annoncer une fermeture temporaire pour les Européens, le temps de se conformer au texte, voté il y a deux ans. Aucun changement n'est détaillé dans l'email envoyé aux utilisateurs, sans date de retour en ligne.

Cette fermeture restera en principe temporaire. Ce ne sera pas le cas pour d'autres sociétés, qui ont prévenu de l'arrêt de leur activité dans l'Union européenne, estimant le risque trop grand. Des jeux vidéo, des boutiques et des spécialistes du pistage publicitaires abandonnent ainsi le Vieux continent.

Pour rappel, le RGPD partage de nombreux principes avec la loi CNIL, tout en apportant de nouvelles obligations et de nouveaux droits. L'une des principales nouveautés réside dans le rehaussement des sanctions (jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires mondial) et l'application de ces règles hors de l'Union européenne. Dans de nombreux cas, les entreprises qui ne peuvent pas se conformer au règlement violent sans doute déjà la loi CNIL de 1978 et la directive de 1995 sur la protection des données.

Dites adieu à certains jeux vidéo

Lisez la suite : 83 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...