Ce rapport qui invitait Macron à ouvrir des « données d’intérêt général »

DIG-zag 5
image dediée
Crédits : Jwyg - Flickr (CC BY-SA 2.0)
Loi
Xavier Berne

Next INpact a réussi à se procurer un rapport commandé sous le précédent quinquennat par Emmanuel Macron et Axelle Lemaire au sujet des « données d’intérêt général ». Certaines de ses préconisations pourraient inspirer la nouvelle majorité.

Emmanuel Macron a profité de son discours sur l’intelligence artificielle, le 29 mars dernier, pour préciser ses ambitions en matière d’ouverture des données publiques. Et parfois même privées. Le chef de l’État souhaite notamment faciliter « la création de plateformes de partage de données entre acteurs publics et privés, avec une logique sectorielle ».

Le président a expliqué vouloir « créer le cadre » propice à ce que les entreprises « aillent plus loin dans leurs pratiques de partage et de valorisation de leurs données ». L’objectif affiché : favoriser l’innovation et la productivité. « À l’image des réseaux, la valeur des jeux de données croît plus que proportionnellement, on le sait, à leur taille », s’est justifié le locataire de l’Élysée.

« Nous ferons donc œuvre de pédagogie et de soutien à toutes les initiatives privées d'ouverture et d'échange pour que naisse, dans tous les secteurs, une économie ouverte de la data – du secteur bancaire pour les données de transactions à l'agriculture pour l'efficacité des pesticides, en passant par les données de test de véhicules autonomes », a esquissé le chef de l’État.

De quoi relancer les débats autour des données dites d'intérêt général, situées à la frontière entre « public » et « privé » (transports, santé...).

Une approche sectorielle des « données d’intérêt général »

Lisez la suite : 86 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...