D'iOS 11.3 à macOS 10.13.4 : cap sur la confidentialité, la batterie et les GPU externes

Comme disait Neo, l'important c'est le choix 13
Accès libre
image dediée
Crédits : MF3d/iStock
OS
Vincent Hermann

Apple a publié hier soir d’importantes mises à jour pour toutes ses plateformes. iOS 11.3, macOS 10.13.4, tvOS 11.3 et watchOS 4.3 fournissent une longue liste d’améliorations, tout en mettant l’accent sur la confidentialité des données. Revue de détails.

Avec la récente présentation de l’iPad 6, il était évident que les moutures finales des nouveaux systèmes ne tarderaient plus. Après six ou sept bêtas selon les plateformes, les utilisateurs peuvent les récupérer depuis les App Store, Réglages ou applications concernés.

Pour les utilisateurs disposant de plusieurs produits Apple, les téléchargements vont être nombreux, et potentiellement lourds. Sur macOS par exemple, même sur une machine à jour, la version 10.13.4 prend ses aises, avec 2,6 Go tout de même. Côté iOS, ce sont au minimum plusieurs centaines de Mo, selon l’appareil.

Commençons d’ailleurs par le système mobile, qui embarque de loin le plus grand nombre de nouveautés.

iOS 11.3 et les options promises pour la batterie

Cette nouvelle mouture (voir les appareils compatibles) du système doit d’abord répondre au scandale du « Battery Gate ». Rappel des faits : Apple diminue la fréquence des SoC dans les iPhone quand l’état de la batterie se dégrade. Une mesure destinée à empêcher l’appareil de se couper brutalement vers 20 ou 30 % de batterie restante, quand une poussée de puissance est réclamée.

 Les explications d’Apple tenaient la route : une batterie lithium-ion repose sur une chimie dont rien ne peut empêcher la dégradation progressive. Actuellement, ces équipements sont prévus pour environ 500 cycles complets de décharge/recharge, soit 18 à 24 mois d’utilisation en moyenne.

Mais les raisons données par Apple avaient beau être parfaitement valables, l’entreprise avait commis deux grosses erreurs. D’une part, ne pas expliquer davantage la mise à jour qui avait introduit ce changement : si elle estimait son choix légitime, autant être transparente à son sujet. D’autre part, le fonctionnement était imposé à l’utilisateur, sans option pour désactiver ce verrou de sécurité.

Découverte, médiatisation, scandale, recours collectifs, enquêtes : Apple a rapidement senti la tempête se lever.

ios batterieios batterie

iOS 11.3 fournit donc des améliorations en deux temps. Pour les iPhone SE, 6, 6s, 7, 8 et X, les réglages de la batterie comportent des informations supplémentaires : « Capacité maximum », qui renvoie un état général, et « Capacité de performance », qui signale un éventuel impact sur la rapidité de l’appareil. Quand la première se dégrade, l’autre est condamnée à suivre.

L’autre amélioration concerne le contrôle par l’utilisateur. Si la capacité de performance n’est plus optimale, l’iPhone peut déclencher sa « gestion des performance », mais seulement si l’appareil a rencontré au moins un arrêt brutal.

Détecté par le système, il entraine une diminution de la fréquence du SoC. C’est à ce moment que l’utilisateur verra l’option pour garder ses performances intactes. Attention cependant : l’option sera automatiquement réactivée à chaque arrêt inopiné de l’iPhone – ce qui arrivera nécessairement.

Ces améliorations, toujours estampillées « bêta », ne sont disponibles que pour l’iPhone, mais l’iPad a droit à une petite nouveauté dans ce domaine. iOS 11.3 préserve en effet « l’état de la batterie quand l’iPad est branché sur secteur pendant de longues périodes, comme lorsqu’il est utilisé dans un kiosque ou un système de point de vente, ou stocké dans un chariot de recharge ». Toujours bon à prendre.

Le reste des améliorations dans iOS

La nouvelle version du système améliore également différents autres points, notamment Safari. Le navigateur se renforce particulièrement sur la sécurité et la vie privée.

Par exemple, il ne remplit plus automatiquement les champs de formulaire : l'utilisateur doit les sélectionner manuellement, pour éviter certains comportements malveillants. Il avertit également lorsque des données de types bancaire et d'indentification sont envoyés sur une page non chiffrée, une attitude qui se généralise.

D'autres nouveautés devraient simplifier la vie des utilisateurs. Par exemple, le remplissage automatique des champs est disponible depuis les applications exploitant la WebView de Safari (il était plus que temps). De même, un article partagé via Mail depuis le navigateur sera automatiquement mis en forme via le mode Lecteur. Enfin, les dossiers de favoris présentent des icônes correspondant aux signets qu'ils contiennent.

L’App Store gagne pour sa part une fonctionnalité elle aussi attendue de longue date : la possibilité de classer les commentaires des applications de diverses manières : les plus utiles, plus favorables, plus critiques et surtout plus récents. Ce dernier classement permettra notamment de resserrer les avis sur les dernières moutures d’une application. Les notes ne sont en effet valables que pour la version en cours de l'application, contrairement au Play Store d’Android où elles se cumulent sur le temps. Deux informations font également leur apparition dans le panneau des mises à jour : la version et le poids de l’application.

On trouve plusieurs apports un peu partout dans le système : quatre animojis pour l’iPhone X (ours brun, dragon, tête de mort et lion), un retour au clavier numérique après la dictée vocale, une nouvelle section Clips vidéo dans Apple Music ou encore arrivée d’ARKit 1.5. Ce dernier permet désormais de placer des objets sur des surfaces verticales (seules les horizontales étaient prises en charge jusqu’à présent).

La détection d’images (comme les affiches de film) est également présente. On remerciera en outre Apple d’avoir modifié son application Podcasts afin que les contenus se lancent à nouveau d’un simple geste. Depuis iOS 11, il fallait entrer dans chaque podcast pour appuyer sur Lecture.

Finissons avec deux évolutions significatives. D’une part, la prise en charge du format FHIR par l’applications Santé. Traduction : elle pourra stocker le dossier médical du patient pour les hôpitaux et cliniques compatibles. Le dossier réunit sous une même égide tout ce qui touche au parcours médical du patient : prescriptions, allergies, vaccins (et leurs rappels), résultats d’examens divers et ainsi de suite.

ios confidentialité

D’autre part, l’affichage d’une alerte de confidentialité chaque fois qu’une application voudra accéder aux données personnelles de l’utilisateur sur l’appareil. L’alerte est symbolisée par un logo représentant deux bonshommes bleus se serrant la main. Apple en profite pour prévenir que des données comme « vos contacts, calendriers, photos, documents » et autres seront envoyées vers ses serveurs, « où elles seront stockées et sauvegardées en votre nom ».

Une manière de jouer la transparence, moins de deux mois avant la mise en œuvre du RGPD en Europe.

Enfin, on remarquera deux grands absents, promis pourtant pour iOS 11 : AirPlay 2 et Messages sur iCloud. Ils étaient bien présents pendant les bêtas du système, mais Apple précisait que c’était uniquement à des fins de tests. Les rumeurs évoquant un recentrage sur la fiabilité et les performances, il est probable que l’entreprise estime ne pas être prête.

iOS 11.3 se récupère depuis les réglages de votre appareil. Le téléchargement pèse plusieurs centaines de Mo, selon le modèle d’iPhone ou d’iPad et la présence des mises à jour précédentes. Les testeurs de bêtas n’ont rien à récupérer : la bêta 6 était la version finale.

macOS 10.13.4 : sécurité dans Safari, 64 bits et GPU externes

Sur Mac, le système apporte moins de nouveautés, mais la plupart sont de bon aloi. À commencer par Safari, qui incorpore les changements  déjà signalés, en plus d’autres plus spécifiques.

Par exemple, outre les classiques raccourcis CMD + 1 à 8 pour afficher directement les huit premiers onglets, CMD + 9 bascule directement vers le dernier (le plus à droite). Dans la barre des signets, un clic droit sur un dossier permet de classer par nom ou par adresse les marques-pages qu’il contient.

Le système commence aussi à signaler les logiciels qui seraient encore en 32 bits. Comme iOS 10 avant lui, macOS prévient l’utilisateur que ces vieilleries peuvent entrainer des problèmes de performances sur la machine. Une manière polie de signaler qu’elles n’auront plus longtemps le droit de vie sur la plateforme.

Rappelons à ce titre que depuis janvier, les nouvelles applications doivent être impérativement fournies en 64 bits pour validation sur le Mac App Store. À compter de juin, ce sera au tour des mises à jour de subir le même traitement. Quand macOS 10.14 sera présenté en juin lors de la WWDC, il est probable qu’Apple entérine le 64 bits obligatoire.

Pour ceux en ayant les moyens, macOS 10.13.4 officialise le support des cartes graphiques externes. Dans la note technique publiée par Apple, on peut voir les châssis et recommandés, ainsi que les GPU conseillés… tous d’AMD : Radeon RX Vega 56 et 64, Frontier Edition et Pro WX 9100. Il faut obligatoirement posséder un port Thunderbolt 3, l’accélération matérielle étant ensuite prise en charge pour toutes les applications OpenCL, OpenGL et Metal.

Notons également l’arrivée d’une fonctionnalité commune à iOS, mais que nous abordons ici : Business Chat. Elle n’est en effet disponible qu’en Amérique du Nord (et seulement en bêta) et permet aux entreprises d’entrer directement en contact avec leurs clients, via des fonctionnalités spécifiques (et uniquement après acceptation de l’utilisateur), déclenchées par exemple depuis le site officiel d’une enseigne. Comme Facebook ou Twitter, Apple veut devenir un maillon de la relation client.

Quant à AirPlay 2 et Messages dans iCloud, ils sont tout aussi absents de macOS 10.13.4 que d’iOS 11.3. Par contre, une nouvelle mouture 12.7.4 d’iTunes est également diffusée, avec un onglet dédié aux clips vidéo.

La mise à jour se récupère depuis le dernier onglet du Mac App Store. Attention, le poids en est important : sur un iMac à jour, le téléchargement était ainsi de 2,6 Go.

tvOS 11.3 et watchOS 4.3, des mises à jour plus discrètes

Les nouveautés dans les deux autres plateformes sont moins nombreuses, mais certaines tout de même très bienvenues.

tvOS aligne par exemple l’Apple TV de quatrième génération sur le modèle 4K pour l'adaptation automatique à la fréquence d'image des contenus. Seul le modèle le plus récent en était capable, depuis tvOS 11.2. Les autres apports ont déjà été vus ailleurs : alertes sur la confidentialité et section Clips vidéo dans Music.

L’installation de la nouvelle version se fait depuis les réglages de l’Apple TV.

Du côté de watchOS, on note un ajout attendu sans doute depuis longtemps par certains : le mode Table de nuit fonctionne aussi en position verticale. Il fallait jusqu’à présent coucher la montre, un choix bien peu pratique pour tous les acheteurs d’un support d’une autre marque. En outre, l’utilisateur peut appuyer sur le petit éclair de charge en cours pour afficher le pourcentage de remplissage de la batterie.

Ajoutons quelques autres petites améliorations, comme l’arrivée des anneaux d’activité dans le carrousel du cadran Siri, une animation légèrement différente pour l’ouverture des applications ainsi que le retour du lecteur musical pour contrôler Apple Music.

Le téléchargement et l’installation de watchOS 4.3 passent comme d’habitude par l’application dédiée sur iPhone.

Bientôt de plus amples contrôles sur les données synchronisées par iCloud

Comme nous l’indiquions ce matin dans LeBrief, Apple prépare également un important changement pour la gestion de ses comptes iCloud. En prévision de l’activation du RGPD le 25 mai, les utilisateurs européens – puis du reste du monde – auront début mai de nouveaux outils.

Les informations ont été dévoilées par Bloomberg, qui évoque la possibilité de télécharger une archive complète des données stockées par Apple. Le compte iCloud faisant le lien entre les services maison et les appareils, les informations sont donc potentiellement très nombreuses.

Outre cette archive, les utilisateurs pourront également modifier directement certaines informations les concernant, sans qu’on sache vraiment lesquelles pour l’instant. Le compte pourra être temporairement désactivé (les cas d’utilisation restent à définir) et Apple simplifiera la suppression complète.

Rappelons enfin que la WWDC, qui se tiendra du 4 au 8 juin, ce sera l’occasion pour Apple de lever le voile sur les grandes évolutions de ses plateformes. De nombreuses rumeurs actuellement vont dans le sens d’un recentrage de l’éditeur sur la fiabilité et les performances, au détriment de nouveautés qui seraient reportées d’un an.

Ce sera probablement l’occasion d’en remettre une couche sur la vie privée. Dans le sillage du scandale Cambridge Analytica, l’occasion sera trop belle, Tim Cook s’étant déjà fendu de quelques tacles envers Mark Zuckerberg.


chargement
Chargement des commentaires...