Intelligence artificielle : décortiquons les 235 pages du rapport de Cédric Villani

Même pas un seul dessin ! 34
image dediée
Crédits : Henrik5000/iStock
Nouvelle Techno DOSSIER
Sébastien Gavois

La mission de Cédric Villani sur la stratégie nationale et européenne en matière d'intelligence artificielle touche à sa fin. L'épais rapport fait pas moins de 235 pages, que nous avons analysées dans ce dossier en trois parties. La question des données, carburant indispensable des IA actuelles, occupe une place de choix.

L'intelligence artificielle est un sujet porteur, autant par les craintes (lire notre dossier) que les espoirs qu'il suscite. La France occupe une place de choix dans le monde de la recherche, avec plusieurs scientifiques à la tête de groupes d'envergure mondiale. L'un des plus médiatiques est certainement Yann LeCun, patron de l'IA chez Facebook, épaulé depuis peu par un autre français : Jérôme Pesenti.

En janvier 2017, Thierry Mandon, alors secrétaire d'État à l'Enseignement, s'en offusquait. Il évoquait un secteur de la recherche « en grand danger » en France, avec des centres « pillés » : « Les chercheurs sont débauchés par des sociétés qui ne sont pas françaises et qui ont le bon goût de ne pas payer d'impôt en France » affirmait-il lors de la conférence #FranceIA (lire notre compte rendu).

Des missions sur l'IA comme s'il en pleuvait 

À l'image des voitures autonomes, la question de l'intelligence artificielle prend du retard dans l'Hexagone, malgré la multiplication des rapports sur le sujet. S'ils sont nécessaires pour poser les bases, il n'est pas utile de les multiplier comme les petits pains. Début septembre, le gouvernement confiait une mission sur l'intelligence artificielle à Cédric Villani : mathématicien, lauréat de la Médaille Fields en 2010, et député LREM de l'Essonne.

Un de plus après ceux des derniers mois/années ? Pour rappel, FranceIA, l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiquesle Comité économique et social européen et la CNIL se sont déjà penchés en détail sur la question de l'intelligence artificielle. 

Cédric Villani veut proposer des actions, du concret... 

Cédric Villani avait déjà annoncé que son rapport n'était « ni une prédiction sur ce qui va se passer [...] ni une liste de projets à soutenir [...] ni une liste de recommandations générales ». Son but est de proposer des actions : « Comment organise-t-on des filières, lesquelles et qui s’en charge ? Faut-il en passer par la loi ? ».

Lors d'un passage au Sénat en octobre dernier (lire notre compte rendu), Mounir Mahjoubi abondait dans ce sens : il s'agissait de « présenter des orientations pratiques sur les débats qu'il est urgent de mener, mais aussi sur les enjeux d'investissements industriels qu'il aura considérés, à la suite de ses auditions, comme étant majeurs ». Selon Mahjoubi, mettre en œuvre les propositions précédentes serait trop coûteux ; il faut donc procéder à des « décisions stratégiques à hauteur de nos capacités stratégiques et d'investissement ».

Maintenant qu'un site dédié baptisé AI for Humanity a été mis en ligne et que le rapport est disponible (une conférence sera  diffusée en direct demain matin), les promesses sont-elles tenues ?

Notre dossier sur le rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle :

Un rapport de 235 pages, comprenant « 10 messages clés »

Lisez la suite : 75 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...