PeerTube : le « YouTube décentralisé » passe en bêta publique

La version finale avant la fin de l'année 34
Accès libre
image dediée
Services
Vincent Hermann

La solution de diffusion vidéo P2P PeerTube est désormais disponible en bêta publique. Les utilisateurs intéressés peuvent monter leurs propres instances ou partir à la découverte de l’interface cliente. Faisons le point sur ce projet qui n’en est encore qu’à ses balbutiements.

PeerTube vise à créer une sorte de Youtube décentralisé. C’est par ce descriptif d’ailleurs qu’il a été poussé par Framasoft. Comme nous l’expliquait en novembre Pierre-Yves Gosset, délégué général de l’association française, l’idée était de faire connaître le projet via l'instance maison Framatube – qui l’exploite – dans un premier temps, puis de mettre l’accent sur PeerTube ensuite.

Maintenant que le code entre dans sa phase de bêta publique, l’association invite l’ensemble des intéressés à se pencher sur ses capacités, à monter des instances, à les fédérer, ou simplement à utiliser le service pour visionner les vidéos.

L’association prévoit une version 1.0 finalisée vers la fin de l’année. Mais d’ici là, les travaux seront encore nombreux. Tour de piste des capacités actuelles, des évolutions prévues, des priorités à donner et des questions qu’un tel service décentralisé pose à ses concepteurs.

Entre pair-à-pair et fédération

PeerTube doit permettre à n’importe qui de monter sa propre instance de diffusion. Elle peut être placée sur un serveur personnel ou chez un hébergeur, notamment l’un des CHATONS. Ces instances sont des dépôts de vidéos initialisant leur lecture. Mais puisque l’on parle d’une infrastructure décentralisée, pas question de fonctionner comme un YouTube.

PeerTube se sert du client open source WebTorrent pour la diffusion. Si vous lisez une vidéo, vous en émettez des « morceaux » vers les internautes la regardant en même temps. Plus une vidéo a de succès, plus elle est relayée par ce maillage, tant que l’onglet du navigateur reste ouvert. Un cas classique de réseau pair-à-pair donc. Si vous êtes en revanche la seule personne à la visionner, tout repose sur le serveur contenant la vidéo.

Le créateur d’une instance est roi en sa demeure. Il édicte ses propres règles, propose ce qu’il veut, aux conditions générales qu’il souhaite. Il peut accompagner ses vidéos de descriptifs, de liens et d’informations générales. Certains contenus peuvent être publics et d’autres privés. Créer une instance installe en outre une interface web avec une adresse, à partir de laquelle les internautes pourront venir voir les contenus.

Les instances peuvent également se servir du protocole ActivityPub pour se fédérer, une recommandation du W3C utilisée notamment par Mastodon. Une instance A peut par exemple déclarer un lien avec B. Si B l’accepte, les contenus de l’un seront référencés chez l’autre. En d’autres termes, plus les instances sont fédérées, plus le moteur de recherche sera capable de renvoyer des résultats.

Bien sûr, l’objectif n’est pas de fédérer l’intégralité des instances. De nombreuses raisons peuvent pousser le créateur d’une instance à rester isolé ou à ne la fédérer qu’avec quelques autres. La principale est sans doute que les instances sont pour la plupart thématiques (en tout cas pour l'instant).

Conférenciers gesticulants, Mind Palace, Datagueule, ThinkerviewColibris ou encore la Quadrature du Net ont ainsi ouvert des instances. Intérêt immédiat : toute association ou structure, quelle qu’elle soit, peut créer son instance thématique et promouvoir ses contenus, souvent en rapatriant d’ailleurs les vidéos déjà présentes sur YouTube. L’autre avantage évidemment, c’est qu’elle gère ses contenus comme elle l’entend, et non en obéissant aux règles d’une grande entreprise, Google en l’occurrence.

Rien de compliqué pour l’utilisateur… qui est prévenu

L’internaute, lui, ne verra rien de très complexe, si l’on passe sur l'anglais, seule langue disponible pour l’instant pour le projet. Quand il arrive sur la page d’une instance, il découvre une interface claire avec une grille de vidéos. Le modèle est appliqué à toutes les instances, il y a donc peu de risques de se perdre.

Lorsqu’il clique sur une vidéo, le temps d’attente dépend des conditions. Si la vidéo est peu consultée, elle peut mettre un peu de temps à démarrer. Dans le cas contraire, le nombre de sources favorise un lancement rapide, mais tout dépend comme toujours des conditions du réseau pour les différents maillons de la chaine.

PeerTubePeerTube

Depuis l’arrivée de la bêta publique, PeerTube affiche également un message d’avertissement en bas de page lors du visionnage d’une vidéo : « Le système de partage utilisé par cette vidéo implique que des informations techniques sur votre système (comme l’adresse IP) peuvent être accessibles publiquement ».

Comme nous l’explique Pierre-Yves Gosset, il n’y a pas de solution miracle ici : le protocole WebTorrent laisse passer ces informations. De fait, si PeerTube laisse « n’importe qui faire n’importe quoi », il peut bien entendu y avoir des conséquences juridiques. Si l’internaute consulte des vidéos affublées d’un copyright, il peut se faire flasher par la Hadopi. PeerTube étant un projet libre, open source et n’étant pas rémunéré pour son utilisation, il devrait être lui-même raisonnablement à l’abri.

Vers la version finale et au-delà

Maintenant que la bêta publique est lancée, le développeur principal du projet, Chocobozzz, se concentre sur la version finale, prévue avant la fin de l’année. La liste des priorités n’est pas encore établie. Pierre-Yves Gosset évoque une réunion à la mi-avril, où seront prises des décisions.

Parmi les pistes évoquées, l’inévitable maturation du code, pour en augmenter la stabilité et les performances, et plus globalement la fiabilité. Cette dernière sera cruciale pour les tests de passage à l’échelle : mesurer le comportement de PeerTube aussi bien sur l’augmentation du nombre d’instance que sur la taille de ces dernières. Comment se comportera par exemple le logiciel sur un serveur contenant un million de vidéos ?

Autres sujets de réflexion, l’insertion de sous-titres, l’éventuelle protection par un mot de passe, l’internationalisation du logiciel ou encore la création d’une infrastructure de plug-ins. Ces derniers permettraient alors d’étendre les fonctionnalités de PeerTube, mais le projet est à plus long terme.

L’association se pose également la question de la rémunération, un sujet régulièrement soulevé par les utilisateurs selon le délégué général. Actuellement, la seule possibilité est d’insérer les informations – comme un lien vers Patreon – dans le champ descriptif de la vidéo.

À plus longue échéance se posera la question de la « fédération universelle ». PeerTube utilisant le même protocole que Mastodon, les scénarios d’usage pourraient se multiplier. Pierre-Yves Gosset évoque d’ailleurs une véritable « terra incognita ». Outre les habituelles publications automatiques de « pouets » sur Mastodon selon les actions, d’autres rapprochements pourraient être envisagés, mais tout reste à inventer.

Le projet devrait donc encore beaucoup évoluer au cours des prochains mois, surtout quand les priorités auront été définies. Chocobozzz ayant renouvelé son contrat chez Framasoft jusqu'à fin décembre, le développement va pouvoir continuer à plein régime. Après quoi, comme nous l'a confirmé le délégué général de Framasoft, ce sera à la communauté de jouer. Ce devait être déjà le cas au terme des six premiers mois, mais PeerTube aura finalement un peu plus de temps pour préparer ce cap important.


chargement
Chargement des commentaires...