Framasoft lance les Pages Framasite, pour faciliter la création de sites monopages

What you see is what you get 28
Accès libre
image dediée
Services
Vincent Hermann

Framasoft propose depuis hier une préversion de son nouveau service : les Pages Framasite. Il permet de réaliser facilement une page web unique, à l’aide d’outils simplifiés presque entièrement pilotés à la souris. Pierre-Yves Gosset, délégué général de l'association française, en profite pour lancer un appel à la communauté.

Nouveau venu dans la galaxie de services de Framasoft, Pages Framasite est disponible pour le moment en préversion, signalant que des bugs peuvent encore apparaître (et nous en avons rencontré). Le but est de fournir aux associations un moyen simple de créer rapidement une page web, qui peut être de plusieurs types.

Le résultat est à la portée de n’importe qui, l'équipe ayant particulièrement travaillé la facilité d’utilisation. On définit un pseudonyme, on donne une adresse email, un mot de passe puis on passe directement aux renseignements sur le site que l’on veut créer : page web unique (le nouveau service), wiki ou blog (lancés en octobre).

Les outils proposés s’adaptent alors au choix de l’utilisateur. Pour notre exemple, nous avons sélectionné la page web unique, probablement le choix prioritaire de bon nombre d’utilisateurs. Une fois le compte administrateur défini, on renseigne quelques informations sur son site, comme le nom, un petit descriptif ainsi que quelques mots-clés.

framasiteframasiteframasite

Quelques clics et un peu de texte

La suite ne dépend que de l’utilisateur. Dans la plus pure tradition WYSIWYG, il ne reste plus qu’à concevoir son interface de site monopage. Une structure préétablie est proposée, à chacun ensuite à l’internaute de la modifier à volonté. Chaque élément est modifiable via un clic, les sections peuvent être déplacées, les textes réécrits, les images remplacées, des modules ajoutés, etc.

Une galerie de thèmes permet de changer l'ambiance colorée du site. Il en existe assez pour répondre aux principaux besoins, mais les utilisateurs gardent la maitrise des couleurs. Ils pourront ainsi partir d'un thème existant mais en faire varier une ou plusieurs teintes, selon les goûts.

framasiteframasiteframasite

Les Pages n'ont beau être qu’en préversion, on sent rapidement qu’un effort particulier a été mis sur l’ergonomie : la prise en main est immédiate. Les icônes et boutons sont là où on les attend et, en dépit de quelques bugs dus à sa jeunesse, le service tient ses promesses.

Bien qu’il ne puisse pas convenir à tous les usages par son extrême simplicité, il devrait convenir aux besoins de beaucoup, notamment tous ceux qui souhaitent assurer une présence sur le web sans passer par un outil plus complexe comme Wordpress. Cette facilité ne fait pas forcément de Framasite un service simpliste pour autant.

Le panneau d’ajout de modules montre que l’association a déjà eu de nombreuses idées : texte court avec image défilant par effet parallaxe, bouton avec lien configurable, carrousel ou galerie d’images, présentation de produits, introduction de CV, présentation de l’équipe, formulaire de contact, compétences sous forme de points, cartes animées, objectifs, timeline ou encore carte géographique, pour indiquer par exemple l’emplacement de locaux.

Les modules sont nombreux et disposent chacun d’une présentation spécifique. L’orientation du service est d’ailleurs assez claire dans le choix proposé : association souhaitant présenter sa mission et indiquer son emplacement, petite entreprise voulant promouvoir ses principaux produits, étudiant recherchant un stage, artisan voulant afficher son savoir-faire. Les exemples ne manquent pas.

framasiteframasiteframasite

Une matière brute, Framasoft espère l’aide de la communauté

Nous nous sommes entretenus avec Pierre-Yves Gosset, délégué général de Framasoft. Il nous explique que Framasite, dans sa forme actuelle, est presque un accident. Le service existait déjà, mais était basé sur Grav, une solution de type CMS flat-file, c’est-à-dire de gestion de contenu sans recourir à une base de données.

C’est l’intervention d’un stagiaire, Robin, qui a modifié la course du service. Framasoft souhaitant avant tout un produit très simple d’utilisation – ce que n’est pas Grav d’après le délégué – décision a été prise de confier à Robin le développement d’un nouveau CMS simplifié en un seul mois.

Le résultat est disponible en préversion depuis hier. Notez que ce nouveau projet, nommé PrettyNoemieCMS, n'est utilisé que pour le monopage. Grav reste utilisé pour les blogs et les sites multipages. Les wikis sont basés sur Dokuwiki.

Mais l’avenir de Framasite est une autre paire de manches. « Nous n’avons aucune date à donner pour une version finale. Robin a fini son stage et, dans l’idéal, nous aimerions que la communauté s’empare du projet pour le finaliser et l’enrichir. Pourquoi pas dans le cadre de Contributopia » nous indique Pierre-Yves Gosset. Pourquoi pas l’association elle-même ? « Parce que nous avons déjà 32 autres services à maintenir ».

Le responsable en profite d'ailleurs pour revenir sur la mission de Framasoft « qui n’est pas de proposer un bouquet de services en l’état ». L’association veut montrer d’autres voies et encourager la coopération et les contributions. Un message qu'elle rappelle inlassablement, à chaque nouvelle initiative du type Degooglisons Internet ou Contributopia.

Pas de limites pour l'instant, tant que l'internaute a des besoins légers

Cela signifie-t-il qu’à l’instar des autres services, Framasite sera limité en inscriptions ? « Nous ne prévoyons pas de limite pour l’instant. Nous pensons être tranquilles jusqu’à plusieurs dizaines milliers de framasites. Nous verrons au-delà ».

Il faut signaler tout de même que les Pages ne pourront pas répondre à tous les besoins, particulièrement si une page venait à être trop fréquentée : « C’est vrai que si une page devait atteindre les 50 000 visites par jour, nous préviendrions probablement son auteur pour lui expliquer que le service ne peut pas répondre à ses besoins. Il en faut pour tout le monde ». Même chose d’ailleurs dans le sens inverse : « Nous préviendrons aussi ceux dont les pages ont été complètement inactives sur une longue période, par exemple 12 mois » explique le délégué général.

En attendant, Framasite est exploitable par tous ceux qui pourraient en avoir besoin. Même s’il ne s’agit que d’une préversion, elle est suffisamment stable pour assurer sa mission, les conditions d’utilisation demandant simplement de respecter les lois en vigueur. Pas question donc d’appel à la haine ou d’apologie du terrorisme.


chargement
Chargement des commentaires...