Avec Bartolomeo, l'ESA et Airbus veulent dynamiser l'exploitation commerciale de l'ISS

Non, rien à voir avec One Piece 15
image dediée
Crédits : 3DSculptor/iStock
Nouvelle Techno
Par
le vendredi 09 février 2018 à 16:30
Sébastien Gavois

Et si l'avenir (après l'horizon 2024) de la Station Spatiale Internationale passait par des partenariats privé/public ? C'est en tout cas l'hypothèse émise par plusieurs spécialistes. En attendant, l'ESA et Airbus vont louer dès l'année prochaine des emplacements à l'extérieur du laboratoire Columbus, avec une « vue imprenable ».

Pour décrire simplement la Station Spatiale Internationale, le CNES explique qu'il s'agit d'un « gigantesque Lego de 400 tonnes ». Son assemblage en orbite a débuté il y a maintenant 20 ans et son exploitation se poursuit encore aujourd'hui avec la présence permanente d'astronautes à bord. Comme son nom l'indique, l'ISS est le fruit de la participation de plusieurs pays issus de différents continents.

L'année prochaine, elle recevra une nouvelle plateforme Bartolomeo (elle se fixera sur le laboratoire européen Columbus). Elle proposera un service « tout-en-un » à des acteurs publics et privés afin d'y installer des charges pour mener des expériences ou prendre des photos de la Terre par exemple.

Airbus (en partenariat avec l'ESA) se chargera de la mise en orbite, de l'installation et fournira une connexion à 10 Gb/s aux clients intéressés. Cette ouverture vers les acteurs privés est importante pour l'ISS dont le financement au-delà de 2024 n'est pas forcément assuré à l'heure actuelle. 

Les coûts de fonctionnement très importants de l'ISS

Lisez la suite : 85 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...