Très haut débit : l'État dévoile une (nouvelle) stratégie pour rassurer

Équilibrisme sans filet 42
image dediée
Crédits : kynny/iStock
FAI
Par
le mercredi 27 décembre 2017 à 09:10
Guénaël Pépin

Le gouvernement relance une série de promesses sur le très haut débit, en impliquant les collectivités dans un nouveau repartage du territoire entre réseaux fibre privés et publics. La transparence est au cœur du discours, malgré des négociations à huis clos sur le mobile et des détails manquant sur les réseaux radio pour l'Internet fixe.

Moment « État stratège » à la Conférence des territoires de Cahors à la mi-décembre. Le gouvernement y a présenté ses objectifs pour la couverture fixe et mobile, plus de deux mois après celle de ses axes de travail, fin septembre.

Le dernier trimestre a été celui des tensions dans le secteur télécoms : l'État veut prouver qu'il tient les rênes, les opérateurs mettent en balance leurs contraintes d'investissements avec l'aménagement du territoire, et les collectivités font tout pour ne pas être les sacrifiés du « new deal » que négocient les deux premiers. Les discussions portent sur le mobile, à l'approche du renouvellement des licences pour les fréquences dans les prochaines années.

En parallèle, les collectivités ont tenté de protéger les réseaux d'initiative publique (RIP), censés couvrir les zones rurales oubliées par la fibre des opérateurs privés. Le sénateur Patrick Chaize, aussi président de l'Avicca (une association de collectivités), a déposé une proposition de loi protégeant ces réseaux publics d'ingérences externes, en premier lieu de la menace de SFR de fibrer tout le pays, y compris face aux collectivités ; un discours abandonné depuis.

De son côté, l'autorité des télécoms (l'Arcep) a publié ses décisions sur la fibre, en renforçant légèrement les contraintes d'Orange, qui domine encore les déploiements et la commercialisation du nouveau réseau. Alors que les négociations entre État et opérateurs semblent encore incertaines, l'exécutif a voulu rassurer, en détaillant son plan pour couvrir la France en très haut débit dans les cinq prochaines années.

Des bégaiements sur le déploiement de l'Internet fixe

Lisez la suite : 84 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...