Le satellite Microscope confirme l'universalité de la chute libre avec « une précision inégalée »

Le danger, ce n'est pas la chute mais l'arrivée ! 93
image dediée
Crédits : CNES
Nouvelle Techno
Par
le lundi 04 décembre 2017 à 12:00

Dans l'espace, le satellite Microscope confirme la théorie de la relativité générale d'Einstein avec une précision de 14 chiffres après la virgule. Pas de révolution donc pour le moment, mais les analyses continuent afin d'aller encore plus loin et, peut-être, ouvrir la voie à une théorie du tout.

En avril 2016, après plusieurs années de retard, le satellite Microscope (MICROSatellite à traînée Compensée pour l'Observation du Principe d'Équivalence) décollait à bord d'une fusée Soyouz depuis la Guyane pour une mission de deux ans. 

Direction l'espace à une altitude de 710 km environ afin de tester l'universalité de la chute libre. Ce principe est simple, bien qu'un peu déroutant au premier abord : « dans le vide, tous les corps tombent avec la même vitesse, quelle que soit leur masse ou leur composition » explique le CNES.

En filigrane, rien de moins que confirmer ou mettre en défaut la Relativité générale proposée par Albert Einstein il y a plus d’un siècle, excusez du peu... « Du principe d’équivalence découlera la théorie de la relativité générale selon laquelle la gravitation n’est plus une force qui s’exerce depuis un objet vers un autre, mais une déformation de la structure même de l’espace-temps », complète Thibault Damour de l'institut des Hautes Études Scientifiques de l'université de Paris-Saclay.

Les enjeux sont donc importants et les scientifiques étudient ce principe depuis des centaines d'années (bien avant qu'Einstein n'en fasse l'un des piliers de la Relativité générale). Les premiers résultats de Microscope sont tombés aujourd'hui même : ils confirment pour le moment cette hypothèse « avec une précision inégalée ». Ils font l'objet d'une publication dans Physical Review Letters.

Les physiciens à la recherche du Graal : une théorie universelle

Lisez la suite : 83 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...