Dès Chrome 64, Google veut mettre fin aux redirections non désirées et pourra frapper fort

La menace d'une nouvelle liste 25
Accès libre
image dediée
Navigateurs
Par
le jeudi 09 novembre 2017 à 09:09
David Legrand

Parfois, des sites redirigent leurs visiteurs, de manière volontaire ou non, vers des pages tierces sans que l'utilisateur ne le désire. Google a décidé de régler le problème dans Chrome et va mettre plusieurs barrières en place. Cela ira jusqu'à une liste empêchant l'ouverture de nouvelles fenêtres et onglets aux plus récalcitrants.

Nous avons tous visité un site qui nous a renvoyé vers une page nous alertant que nous avions un virus ou gagné un iPhone. Derrière cette mauvaise pratique, on retrouve une dérive du marché publicitaire actuel, entièrement automatisé, où les éditeurs ne savent plus vraiment ce qui est diffusé sur leurs pages.

Ainsi, des petits malins achètent des publicités et placent des scripts de redirection qui vous renvoient vers des pages qui cachent parfois des arnaques et autres annonces trompeuses. L'ampleur du phénomène est telle que de grands médias sont concernés. Et malgré les efforts entrepris, notamment avec un contrôle a posteriori des annonces diffusées, on retrouve encore des internautes qui se plaignent régulièrement sur Twitter :

Les redirections via une iFrame ou lors d'un clic, c'est fini

« 1 retour sur 5 que nous recevons des utilisateurs de Chrome sur ordinateur de bureau mentionne ce type de contenu non désiré » détaille l'équipe en charge du projet Chromium chez Google. De quoi les inciter à proposer une solution à travers le navigateur, qui va prendre la forme de trois mesures mises en place à partir de Chrome 64.

Dans cette version du navigateur, attendue pour fin janvier et actuellement dans le canal développeur, « toutes les redirections initiées depuis une iFrame tierce afficheront une barre d'information plutôt que rediriger l'utilisateur ». Pour rappel, Chrome 64 est aussi la version qui va mettre en place les nouvelles règles concernant la lecture automatique des vidéos. C'est également au début de l'année 2018 que le bloqueur de publicité maison fera son apparition.

Un petit script a été mis en place pour ceux qui veulent tester la fonctionnalité :

Autre problème détecté : la redirection de l'onglet principal lorsque l'utilisateur clique sur un lien. Dans ce cas, la page désirée s'ouvre dans un nouvel onglet mais celui qui est actif change alors d'URL sans que l'utilisateur le sache ou l'ait demandé. Une manière de contourner le blocage de dispositifs comme les pop-ups.

Cette fois, c'est à partir de Chrome 65 (attendu pour début mars) que cette action ne sera plus possible. Là aussi, une barre d'information sera affichée et la redirection empêchée. 

Certains sites ne pourront plus ouvrir de nouvelles fenêtres et onglets

Enfin, Google fait la liste des « expériences abusives », qui sont complexes à détecter de manière automatique, mais auxquelles l'équipe veut mettre fin. Il s'agit des faux boutons de téléchargement ou de lecture, les overlays transparents qui visent à forcer un clic non désiré, etc. Un sujet déjà évoqué par le passé mais qui trouvera une solution à partir de janvier.

Dès lors, le bloqueur de pop-ups empêchera les sites qui auront été détectés comme ayant ce genre de pratique d'ouvrir des nouvelles fenêtres ou onglets. Un rapport d'incident est ajouté dès maintenant à la Google Search Console afin de permettre aux éditeurs d'être alertés s'ils sont concernés et de prendre les mesures nécessaires. 

Si rien n'est fait dans les trente jours suivant l'alerte, le blocage sera mis en place.


chargement
Chargement des commentaires...