En Mayenne, des Freebox sur un futur réseau public d'Orange

Il y a moyen de Mayenner 53
Accès libre
image dediée
Crédits : kynny/iStock
FAI
Guénaël Pépin

Chargé de déployer la fibre rurale en Mayenne, Orange a conclu un accord local avec Free pour qu'il y propose ses Freebox. Une première entre les deux opérateurs, qui doit paver le chemin à d'autres collaborations, alors que le propriétaire de la Freebox se rapproche des réseaux publics.

Demain, Stéphane Richard et Xavier Niel se rendront à Laval pour annoncer un partenariat inédit dans son genre. Orange a obtenu la conception du réseau d'initiative publique (RIP) de la Mayenne, sur lequel Free s'est engagé à fournir sa box. C'est la première fois que le « trublion » annonce ses offres sur un réseau construit par l'opérateur historique.

Le département prévoit de couvrir 110 000 lignes en fibre d'ici 2022, en une seule phase. Ce déploiement, sur les 64 % de logements les plus ruraux du département, a un coût estimé à 182 millions d'euros. Il est financé en partie par le département et l'État. C'est l'essence du plan que présentait la collectivité à Bercy en 2015.

Le reste du territoire (le plus peuplé), soit les agglomérations de Laval et de Château-Gontier, est traité à part. D'un côté par le réseau public Laval THD initié en 2011 (délégué à Orange), de l'autre par l'opérateur historique. En zones rurales, il aurait joué « un beau coup » en embarquant Free dans le futur réseau public.

Pas (encore) d'accord national entre Orange et Free

Selon Ouest France, pour attribuer le contrat de son réseau public, le département a exigé d'Orange qu'il ne soit pas le seul à y fournir ses offres. La collectivité se prémunit ainsi d'un problème habituel de ces réseaux, que les fournisseurs d'accès nationaux boudent encore beaucoup. Orange a donc sauté sur l'occasion pour relancer Free, qui a accepté d'y fournir ses Freebox.

Habituellement, quand un grand FAI (autrement dit Bouygues Telecom, Free, Orange ou SFR) fournit ses box sur le réseau public d'un département, la commercialisation suit un accord national entre l'opérateur qui construit le réseau et celui qui y fournit ses box. Selon nos informations, il n'est pas pourtant encore question d'accord national entre les groupes de Stéphane Richard et de Xavier Niel.

« C’est strictement limité à la Mayenne » nous répond officiellement Free. L'opérateur s'est donc laissé convaincre sur ce département. « La première fois est toujours la plus compliquée » note une personne au fait des négociations, qui les estime tout de même rapides. La difficulté était de trouver le bon moment.

Par la suite, « il sera difficile pour Free de dire oui en Mayenne et non ailleurs, à conditions industrielles similaires » estime notre interlocuteur. D'autant que les deux groupes sont habitués à travailler ensemble, notamment sur les zones moins denses, où Orange déploie plus de 80 % des lignes pour les quatre opérateurs nationaux... au grand dam de SFR

Des accords en pagaille, une commercialisation fragile

Depuis l'été 2016, les annonces d'accords nationaux entre constructeurs de réseaux publics et fournisseurs d'accès se sont multipliées. Bouygues Telecom ouvrait le bal avec Axione (filiale de Bouygues Énergies), suivi en novembre par Free pour les 2,2 millions de lignes que prévoit de poser l'entreprise.

L'engagement de Free a ouvert les vannes, la société refusant jusqu'alors de fournir ses Freebox sur le moindre réseau tant qu'une plateforme nationale avec tous les RIP n'était pas mise en place. Aujourd'hui, les travaux sur cette fameuse plateforme peinent encore à donner des résultats. Les FAI ont donc pris le parti de signer avec les opérateurs qui ont à leur charge plus d'un million de lignes, sur plusieurs réseaux publics.

Bouygues a depuis enchainé les signatures avec Altitude Infrastructures (2,3 millions de lignes prévues), Covage (1,6 million après le rachat de Tutor) et TDF.

Pour mémoire, les réseaux publics sont ceux que les opérateurs privés déploient pour le compte d'un département ou d'une région. Orange, SFR Collectivités ou encore Covage construisent et/ou exploitent le réseau pour le compte de la collectivité territoriale, avec l'obligation qu'il soit ouvert à l'ensemble des fournisseurs d'accès qui veulent y fournir leurs box. Cela dans les zones rurales que les opérateurs nationaux ne couvrent pas à leurs frais, se concentrant sur les zones urbaines rentables.

Pourtant, ces FAI sont encore réticents à fournir leurs offres sur les réseaux publics qu'ils n'exploitent pas eux-mêmes, pour des raisons techniques et commerciales. L'accord entre Orange (l'un des principaux déployeurs de RIP) et Free devrait contribuer à faire bouger les lignes.

Sur le département, des discussions auraient été engagées entre Orange et d'autres FAI nationaux que Free, sans qu'elles n'aboutissent pour le moment. Contactés, Orange et le département de la Mayenne n'ont pas encore pu nous répondre sur le sujet. 

Nous aurons l'occasion de revenir sur l'attribution de ce réseau public après son officialisation demain.


chargement
Chargement des commentaires...