Le PDG de Radio France plaide pour « une redevance universelle et automatique »

Les Gallet ? Des R.O.I. 55
Accès libre
image dediée
Loi
Marc Rees

Cette année encore, le numéro un de Radio France, Mathieu Gallet, plaide pour une réforme profonde de la redevance audiovisuelle. Il demande cette fois une ponction « universelle et automatique » pour l’ensemble des foyers.

Hier, dans les colonnes du Journal du Dimanche, Mathieu Gallet a demandé instamment une réforme de la contribution à l’audiovisuel public afin d’ « en financer les indispensables mutations ».

Son idée ? Inspirée de l’Allemagne ou de la Suisse, elle consiste à prélever une redevance « universelle et automatique » dans chaque foyer français. « Et pour que l’argent n’aille pas renflouer les caisses de nos entreprises ou finisse plus banalement dans les poches de l’État, ajoute le PDG de Radio France, un fonds d’aide à la transition numérique et à la transformation des organisations serait spécialement créé ».

En février dernier déjà, il prenait l’exemple sur notre voisin d’outre-Rhin où un foyer paye 17,98 euros chaque mois, pour réclamer une réforme en France « lors de la prochaine mandature ».

L’année prochaine, si tout va bien

Pour cette année, cela semble perdu d’avance. Le projet de loi de finances pour 2018 prévoit une augmentation d’un seul euro de la ponction. Elle serait ainsi de 139 euros par foyer équipé d’un poste de télévision.

Devant la commission de la Culture du Sénat, qui n’a d’yeux elle aussi que pour le modèle allemand, la ministre de la Culture a décidé de lancer un chantier de réflexion sur cette réforme. « Nous avons lancé les travaux, a annoncé Françoise Nyssen. Ils aboutiront dans les prochains mois et je souhaiterais pouvoir m'exprimer lors du débat sur le projet de loi de finances pour 2019 sur ce sujet ». Une manière élégante de passer la patate chaude à la prochaine loi de finances pour faire patienter les impatients.

Un climat budgétaire contraint

Souci : dans le même temps, le climat est tendu pour Radio France. Les documents budgétaires pour 2018 prévoient une participation de l’entreprise publique « à l’effort de redressement des comptes publics, avec une baisse de 16 M€ de sa dotation par rapport à la loi de finances initiale (LFI) 2017, ce qui correspond à une diminution de 24,6 M€ par rapport à la dotation prévue pour 2018 dans le cadre du COM », le fameux contrat d’objectifs et de moyens pour les années 2015-2019. 

Les sept antennes (France Inter, Franceinfo, France Culture, France Bleu, France Musique, Fip, Mouv’), les 44 stations locales outre les quatre formations musicales (Orchestre national de France, Orchestre Philharmonique de Radio France, Maitrise et Chœur de Radio France) bénéficieront en principe d’une dotation de 596,3 M€ HT.

Les objectifs de Radio France

En parallèle, il est demandé à Radio France d’atteindre plusieurs objectifs, pas seulement en continuant à nourrir la nouvelle offre franceinfo. Les différentes antennes devront par exemple « accélérer le développement numérique pour renforcer l’accessibilité des contenus à tous les publics et proposer des modes de distribution en phase avec l’évolution des pratiques d’écoute ». En outre, RF devra « maîtriser la trajectoire financière et mettre en œuvre les mesures nécessaires pour permettre le retour à l’équilibre des comptes » dès l’année prochaine.


chargement
Chargement des commentaires...