EVE Online, ou le délicat exercice d'un changement de modèle économique

Can I bring my Drake ? 34
image dediée
Jeux video
Par
le mercredi 08 novembre 2017 à 08:30
Kevin Hottot

Il y a quelques semaines, CCP Games organisait EVE Vegas, une convention dédiée aux joueurs d'EVE Online, où sont présentées les nouveautés à venir sur le titre. Parmi elles, il était question d'une mutation importante du modèle économique, dont nous avons discuté avec le studio.

Après 14 ans d'existence, il était devenu temps pour EVE Online de retrouver un peu de sang neuf. L'an dernier, CCP Games a décidé d'ouvrir davantage l'accès au jeu avec la mise en place des clones Alpha. Ceux-ci permettent aux joueurs de découvrir gratuitement les bases du jeu, sans abonnement mensuel (de 10,95 à 14,95 euros par mois selon la formule choisie).

Une offre gratuite qui peine à trouver ses marques

Il n'est toutefois pas question de laisser faire tout et n'importe quoi à ces joueurs. Aujourd'hui, les clones Alpha ne peuvent piloter que certains vaisseaux (parmi les moins évolués) et n'utiliser qu'un nombre limité de modules pour équiper leur monture spatiale. Ainsi, les armes les plus performantes (Tech II) ne leur sont pas accessibles, ce qui leur donne un certain désavantage en combat, qui peut néanmoins être gommé par les aptitudes du joueur.  

CCP Games espérait ainsi amener un nouveau public vers son MMORPG, avec une offre plus séduisante qu'un essai gratuit sur 14 ou 21 jours. Et force est de constater que cela n'a que moyennement marché. Le nombre de joueurs connectés simultanément est ainsi passé d'une moyenne de 32 000 entre octobre 2015 octobre 2016, juste avant la mise en place de ce nouveau schéma, à 34 000 depuis la mise à jour de l'an dernier.

Par contre, la quantité de personnages nouvellement créés a connu un net rebond. Le jour de la mise en place des comptes gratuits, plus de 25 000 joueurs se sont inscrits. Aujourd'hui, ils sont encore plus de 3 000 chaque jour, contre moins de 2 000 auparavant. Le sang neuf afflue donc, mais peine à rester.

C'est ce qu'admet Julien « CCP Z » Dulioust, directeur de la monétisation chez l'éditeur islandais. « On a du mal à convertir les joueurs gratuits en abonnés, voire à les garder » nous lançait-t-il lors de la Games Connection à Paris la semaine dernière.

Comment garder les joueurs dans l'univers ?

Lisez la suite : 76 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...