Les Yubikey Neo (NFC) compatibles avec les derniers iPhone, mais pas pour l'U2F

Pas merci Apple 10
En bref
image dediée
Accessoires
David Legrand

Si Apple a ouvert le support du NFC avec iOS 11 à partir des iPhone 7, c'est encore relativement incomplet. Ainsi, les clés de sécurité Yubikey peuvent être exploitées par les développeurs, mais pas encore via le standard U2F, pourtant de plus en plus utilisé.

Avec les dernières évolutions de ses iPhone, Apple a discrètement complété son support du NFC. Jusqu'à maintenant, la société utilisait la technologie sans contact de manière assez limitée, mais un « mode lecteur » est apparu avec iOS 11, supporté à partir des iPhone 7.

Apple supporte le NFC, mais de manière limitée

De quoi ouvrir la voie à certaines applications, notamment l'utilisation d'une clé de sécurité Yubikey Neo, qui fonctionne également à travers le NFC. Dans un billet de blog, Yubico détaille les possibilités, mais aussi les limitations imposées par l'implémentation d'Apple.

On apprend qu'il n'est ainsi pas question de supporter le standard U2F qui nécessite un accès en écriture. Pour le moment, seules les solutions Bluetooth, comme la clé Multipass de Feitian proposée aux alentours de 20 euros, peuvent donc convenir pour un usage mobile. C'est notamment pour cela que cette solution a été poussée par Google pour son programme de protection avancée.

Pas d'U2F, mais de l'OTP pour les développeurs iOS

Il est néanmoins possible pour les développeurs iOS d'utiliser les Yubikey Neo pour un dispositif de type OTP (mot de passe à usage unique). De quoi permettre de renforcer un peu plus les dispositifs de double authentification. On espère voir plusieurs services exploiter cette solution, mais rien n'est gagné.

En effet, cette solution est largement exploitable, tout comme l'U2F, sur Android depuis un moment, mais rares sont les services qui en tirent parti pour le moment. 

De son côté, Yubico peste (à raison) contre le manque d'ouverture d'Apple concernant le NFC et invite les développeurs à manifester leur mécontentement via la page de contact de la société ou son compte Twitter de support. Nous vous avons d'ailleurs préparé un tweet que vous pouvez partager d'un simple clic :


chargement
Chargement des commentaires...