Radeon RX Vega 56/64 : les magasins les achètent plus cher que le tarif de vente annoncé par AMD

Pépouze 29
Accès libre
image dediée
Carte graphique
Par
le jeudi 31 août 2017 à 16:16
David Legrand

Depuis l'arrivée des premières Radeon RX Vega sur le marché, une chose étonne : les tarifs annoncés par AMD ne sont presque jamais respectés. La cause ? La politique tarifaire du constructeur qui accorde une remise importante à certains revendeurs uniquement. En France, seul LDLC est concerné.

Depuis lundi, les Radeon RX Vega 56 commencent à être disponibles chez les revendeurs français. Mais comme pour leurs grandes sœurs, les RX Vega 64, nous avons été interpellés par un autre élément : leur prix. Car dans la majorité des cas, nous sommes bien loin des 410 et 510 euros annoncés par AMD.

Nous avons donc cherché à en savoir plus, en interrogeant différents acteurs de la chaîne et en analysant la pratique tarifaire dans certains pays limitrophes, pour déterminer si ce cas est spécifique à la France ou non. L'occasion de découvrir un fait de taille : lorsqu'un revendeur achète une RX Vega, il se voit proposer un prix qui ne lui permet pas de les vendre au tarif public recommandé par le constructeur texan, même avec une marge nulle.

Un tarif de lancement, via une promotion

Lors de notre précédente analyse des Radeon RX Vega 64, nous avions évoqué un fait étonnant : LDLC est le seul revendeur à proposer un tarif correspondant à celui annoncé par AMD.

Cela passait par une réduction de 242 euros (tout de même) disponible seulement pour 137 pièces et jusqu'au 15 septembre. Une telle remise est aussi disponible dans le « Shop » de Hardware.fr... mais pas chez Materiel.net, deux filiales du groupe. Ailleurs, soit les produits n'étaient pas référencés, soit ils étaient affichés à un peu moins de 640 euros.

Promo AMD Vega LDLCRadeon RX Vega Tarifs Materiel.net
Une promotion disponible chez LDLC... mais pas chez Materiel.net

AMD fait bloc et tente de faire comme si de rien n'était

Interrogé sur le sujet, le service presse d'AMD s'est refusé à tout commentaire. Il nous a simplement été confirmé que les tarifs annoncés lors du lancement étaient bien ceux recommandés, et que LDLC les pratiquait sur le marché français. Précédemment, il nous avait été précisé que :

« La demande des Radeon RX Vega 64 continue de dépasser les attentes. AMD travaille de manière rapprochée avec ses partenaires pour répondre à cette demande. Nos stocks de lancement étaient composés du modèle Radeon RX Vega 64 positionné à $499, des Radeon RX Vega 64 Black Packs à $599, et des Radeon RX Vega 64 Aqua Packs à $699.

Nous travaillons avec nos partenaires pour réapprovisionner tous les SKUs des Radeon RX Vega 64 et notamment les cartes seules et les packs pour joueurs dans les prochaines semaines. Vous devriez voir arriver des stocks de Vega dans les jours à venir. »

Pour avoir une communication plus complète, il faut aller voir au niveau de la direction... et de Twitter. Raja Koduri, vice-président senior en charge du Radeon Technologies Group, s'est ainsi fendu d'une série de tweets ce mardi afin de livrer son sentiment sur les premiers retours sur les Radeon RX Vega.

Il y évoque, pêle-mêle, la disponibilité qui va être renforcée, le besoin d'analyser une architecture avec du recul ou le fait que les liens Infinity Fabric sont surtout optimisés pour les serveurs. « Vous verrez des versions optimisées pour le grand public dans le futur » promet-il.

Il met surtout en cause les premiers articles publiés dans la presse, qui n'ont pas (selon lui) compris le produit, alors que des analyses plus récentes seraient plus favorables, ajoutant au passage que « Vega10 a le meilleur ratio perf/watt que n'importe quel GPU dont j'ai le souvenir ». De quoi contredire assez directement les résultats relevés, notamment chez nos très sérieux confrères de Hardware.fr.

Pour le sujet qui nous occupe aujourd'hui, à savoir le placement tarifaire de Vega, il se contentera d'opter pour... une sorte de mini théorie du complot : « le bruit autour de la question du prix ne nous aide pas du tout. Je ne sais pas d'où cela vient, c'est surtout utile à nos concurrents ». Précisons au passage que nous n'avons, bien entendu, jamais été en contact avec les équipes de NVIDIA sur cette question. 

Des partenaires triés sur le volet, LDLC seul en France

Avec la mise sur le marché des Radeon RX Vega 56, nous attendions de voir si le scénario du prix factice, excepté chez un revendeur, allait se reproduire. Et cela a effectivement été cas... en pire. Chez Amazon, Cdiscount, Grosbill, ou Top Achat, il n'y a aucune carte. Chez Materiel.net, ou Rue du Commerce, on trouve des modèles de référence signés MSI ou Sapphire aux alentours de 520 à 540 euros. C'est au moins 100 euros plus cher que le tarif annoncé.

C'est surtout 100 euros plus cher que LDLC et le « Shop » de Hardware.fr, là aussi avec une remise spécifique et un code valable jusqu'au 23 septembre prochain. Il est question de 405,90 euros pour le modèle vendu seul, contre un peu plus de 520 euros pour le pack contenant Prey et Wolfenstein II. Par contre, aucun exemplaire ne semble encore en stock.

C'est donc bien un schéma qui se dessine, qui semble bénéficier à LDLC. Selon nos informations, c'est une décision délibérée d'AMD qui a sélectionné quelques partenaires au niveau européen. Certains pays ne sont pas du tout concernés, dans d'autres, on trouve cette pratique chez plusieurs revendeurs. Pour la France, LDLC est seul sur la liste.

Cela explique sans doute la différence faite pour Materiel.net, qui dans ses conditions générales de vente se présente comme « la propriété de la société Domisys », détenue depuis l'année dernière par LDLC. Alors que le « Shop » Hardware.fr, s'il est édité « par la société HardWare.fr » selon ses mentions légales, précise bien dans ses conditions générales de vente, dans la section Identité du vendeur, que « HardWare.fr est un nom commercial de la société GROUPE LDLC ».

Radeon RX Vega 56 TarifsRadeon RX Vega 56 Tarifs
Le « Shop » HFR affiche les tarifs d'AMD via une promo, mais n'a pas de carte / Materiel.net a des cartes... bien plus chères

LDLC est donc l'unique groupe à disposer d'une remise spécifique qui lui permet de vendre les Radeon RX Vega aux tarifs annoncés par AMD, mais doit le respecter. Les autres peuvent pratiquer le tarif qu'ils souhaitent... mais nous avons eu plusieurs confirmations du fait que leur tarif d'achat (hors taxes) était supérieur au tarif TTC recommandé par AMD.

Parfois, les constructeurs proposent une remise permettant de passer sous cette limite, mais dans tous les cas, une fois la TVA de 20 % ajoutée (sans marge), on se retrouve bien au-delà du tarif annoncé par AMD, ce qui explique les prix pratiqués, ou parfois même, l'absence de carte référencées sur les sites.

Une décision qui ne semble convenir à personne

Car avec l'interdiction de vente à perte en France (hors périodes de soldes) les concurrents de LDLC ne peuvent pas s'aligner. Chacun se retrouve donc dans un dilemme : LDLC doit vendre à un tarif très bas et écoule donc son stock sans possibilité d'en profiter à la hausse. Ses concurrents, eux, ont du mal à vendre leurs cartes proposées 100 euros plus cher. Ils doivent aussi faire face à la grogne des éventuels acheteurs, qui ne comprennent pas la situation.

Dès lors, certains préfèrent attendre que la situation se tasse et que l'exclusivité accordée à LDLC passe, afin que les choses puissent revenir à la normale. Ils espèrent aussi que la fin des promotions actuelles, annoncée pour la mi/fin septembre, signera l'arrêt de cet « avantage ». Pragmatique, un proche du dossier nous confie « si les modèles en stock ne sont pas vendus d'ici là, il restera toujours les soldes de janvier ».

Il faudra aussi voir quand les modèles personnalisés par les partenaires d'AMD, qui ne seront pas concernés par ce dispositif, seront mis sur le marché, et à quel tarif. Une chose est sûre, il n'est pas assuré que les RX Vega 56/64 se retrouvent en masse à 410/510 euros sur le long terme... bien au contraire.

ASUS Radeon Strix RX Vega 64
La Radeon Strix RX Vega 64 d'ASUS annoncée pour septembre

Quelle mouche a piqué AMD ?

Reste une inconnue : la raison qui a motivé ces deux décisions. Tout d'abord, concernant l'annonce d'un tarif incapable à tenir pour l'ensemble des boutiques, qui résulte d'un prix public TTC inférieur à celui auxquels elles achètent la carte. 

On imagine que cela a permis de bénéficier de conclusions plus favorables lors de la publication des premiers tests. Mais AMD devait bien se douter que la presse finirait par avoir le fin mot de l'histoire et n'allait sans doute pas apprécier de voir un constructeur annoncer un tarif qui ne correspond en rien à la réalité, en oubliant de préciser qu'il n'est valable qu'à travers quelques accords spécifiques et temporaires. 

Ensuite, concernant le cas français. Opter pour un unique revendeur pour proposer ce tarif, au détriment de tous les autres (les petites boutiques ne pouvant même pas commander de carte), est surtout une solution efficace pour se mettre tout le monde à dos.

Lorsqu'il faudra trouver des magasins pour proposer des APU d'ancienne génération, intégrer les produits maison dans les configurations de référence ou pousser des portables à base de processeurs Ryzen Mobile, AMD sera sans doute bien content de trouver ceux qu'il vient de snober en beauté.

Bref, on a bien du mal à comprendre la logique de la société, qui n'ajoute que de l'incompréhension à un lancement déjà bien difficile pour les Radeon RX Vega. Si cette génération restera sans doute dans les mémoires, il n'est pas assuré que cela soit pour le bien d'AMD, qui va devoir rapidement se ressaisir pour faire oublier de telles mésaventures.

Car une chose est sûre, Raja Koduri avait raison : face à cette situation, c'est la concurrence qui se frotte les mains.


chargement
Chargement des commentaires...