La Hadopi s’alarme de l'essor des Box Kodi avec extensions dédiées au piratage

Kodi la mouche 104
image dediée
Crédits : Hadopi.fr
Hadopi
Par
le vendredi 01 septembre 2017 à 18:00
Marc Rees

Dans une note confidentielle adressée à plusieurs sociétés de gestion collective, la Haute autorité a détaillé le versant technique des Box dites Kodi. Avec des  « add-ons », elles peuvent devenir un nid à consommation de contenus « pirates ».

Ce n’est pour l’heure qu’une note technique, plutôt dense, mais à partir de laquelle la Hadopi entend alerter les principaux concernés d’un risque à venir. Ce n’est pas tant le lecteur multimédia libre (et neutre) Kodi (autrefois XBMC) qui l’interpelle, mais davantage une myriade d’add-ons accessibles sur Internet.

Menace sur le modèle économique des chaînes payantes

En effet, prévient ce document de 30 pages, si certaines extensions sont destinées à personnaliser par exemple l’interface du logiciel, d’autres « souvent les plus populaires permettent d’accéder à des sources de contenus disponibles sur le web ». Sont citées 1Channel, Glow movies HD, Go Movies, Icefilms, Much Movies, Much Movies HD, Istream, ou encore Exodus, Velocity, SALT, ZEN, Specto et Phoenix.

Dans ce lot, des extensions puisent des contenus non autorisés sur les réseaux P2P, d’autres sur les sites de streaming, ou à partir de retransmissions de programmes télévisés en direct avec des flux provenant de Canal+, SFR Sports ou HBO.

Certes, « les add-ons dédiés au piratage pour Kodi, relativise la Hadopi, se contentent la plupart du temps de lire des contenus qui sont déjà disponibles illégalement sur Internet. Ces extensions ne sont donc pas destinées à contourner directement des mesures techniques de protection afin d’accéder illégalement à des plateformes de vidéo à la demande licites ou à des flux télévisés originaux ».

Néanmoins, à son goût, « le modèle économique des chaines payantes de cinéma ou de sports, de même que celui des offres de vidéo à la demande, sont gravement menacés ». Canal+, SFR Sport, OCS, beIN SPORTS, myCANAL, Netflix, Amazon Prime Video seraient tous concernés.

Des systèmes prêts à pirater

Lisez la suite : 76 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...