L'Intérieur plaide pour une démultiplication de la vidéoverbalisation

L’œil avant les larmes 154
image dediée
Crédits : iStock/marcoventuriniautieri
Loi
Par
le vendredi 25 août 2017 à 16:30
Marc Rees

Pour juguler la problématique de l’insécurité routière, une sénatrice réclame de l’exécutif la généralisation de la vidéoverbalisation pour l’ensemble des infractions au Code de la route. L’exécutif est lui plutôt favorable à une démultiplication de ces caméras.

Le 6 juillet dernier, l'UDI Sophie Joissains a questionné le ministère de l’Intérieur sur le périmètre de la vidéoverbalisation. Cette faculté vise à sanctionner des infractions au Code de la route via des caméras installées sur la voie publique (voir notre dossier, à Saint-Etienne).

La parlementaire considère en particulier que le franchissement d’une ligne continue devrait entrer dans ce champ. « À Venelles, prend pour exemple cette sénatrice des Bouches-du-Rhône, les abords du passage à niveau n° 103, particulièrement dangereux, situé en pleine zone commerciale, ayant fait l'objet d'un accident mortel, sont équipés d'une caméra dôme et d'une caméra fixe. Un automobiliste qui s'obstine à franchir la ligne continue oblige les conducteurs qui le suivent à marquer un arrêt dangereux sur la voie ferrée ». Et celle-ci de réclamer une généralisation de ce procédé à tous les manquements aux règles du Code de la route. Pas moins.

Douze infractions pouvant être vidéoverbalisées

Lisez la suite : 70 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...