Toshiba et Western Digital s'écharpent autour d'une usine de NAND

La cour de récré 8
image dediée
Crédits : fakezzz/iStock
Société
Par
le lundi 07 août 2017 à 12:02
Kevin Hottot

Le conflit entre Toshiba et Western Digital vient de connaître un nouveau tournant. Le géant nippon refuse désormais de livrer les puces NAND qui seront produites par une usine qu'il co-détient, sous prétexte qu'il veut y investir seul. 

Le bras de fer entre Toshiba et Western Digital continue de s'intensifier. Aux dernières nouvelles, le groupe japonais accusait son ex partenaire de concurrence déloyale et lui réclamait à ce titre 1,1 milliard de dollars de dommages. Une accusation que le groupe américain a eu bien du mal à digérer, étant donné qu'il reproche justement à Toshiba de piétiner les termes d'un accord signé par sa filiale SanDisk, concernant la cession de coentreprises dans le domaine de la production de puces NAND. 

Avis de tempête

Les relations entre les deux entreprises sont encore loin de se réchauffer, comme en témoignent les derniers agissements de Toshiba. Le fabricant japonais a décidé d'investir unilatéralement 195 milliards de yens (environ 1,5 milliard d'euros) dans l'équipement de la salle blanche de la future usine Fab 6, co-détenue par Toshiba et Western Digital. 

Ces fonds doivent permettre à cette usine de produire des puces BiCS Flash (3D NAND à 96 couches). Problème, selon Toshiba, « l'entreprise a négocié avec SanDisk en vue d'un investissement conjoint dans le matériel de production, mais n'a pas pu trouver d'accord ». Conséquence directe : le groupe nippon ne veut fournir aucune puce sortant de cette usine à son partenaire.

Ambiance Western

Lisez la suite : 63 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...