Le défi du projet Arcadie face à la nouvelle Assemblée nationale

CSVmania 27
Accès libre
image dediée
Services
Par
le jeudi 13 juillet 2017 à 17:02
Guénaël Pépin

Monté il y a plus d'un an, le projet Arcadie a dû reconstruire rapidement sa base de données de députés, arrivés en masse fin juin. Un travail de compilation renouvelé, qui doit s'accommoder des dernières évolutions politiques, alors que le site cherche encore un modèle économique pérenne.

Le 21 juin s'est ouverte la XVe législature de la cinquième République, marquée par un fort renouvellement des députés, pour partie nouveaux en politique. Autant de travail pour le projet Arcadie, destiné à compiler et vérifier toutes les informations liées aux parlementaires. Lancé fin 2015 par Tris Acatrinei, ancienne assistante parlementaire, il cherche encore à pérenniser son modèle économique et à s'ouvrir aux partis politiques au sens large (voir notre entretien).

L'intérêt principal du site est de retrouver facilement des données fiables, avec des recherches croisées sur une multitude de critères, dont le parti, les mandats, le rattachement financier ou encore le secteur d'activité.

C'est un travail de fourmi auquel se livre le site, qui croise de nombreuses sources, dont de nouvelles apportées par les partis eux-mêmes. D'autres s'y sont aussi attelés, comme Les Décodeurs du Monde (qui ont détaillé leur méthodologie) pour tirer un premier portrait de cette nouvelle Assemblée, où le parti présidentiel La République En Marche (LREM) détient la majorité absolue.

Des données à purger et retrouver, professions incluses

Contactée le 26 juin, une semaine après l'entrée en fonction des nouveaux députés, Tris Acatrinei avait déjà abattu une bonne partie du travail prévu, l'automatisation aidant. L'année d'élection, de naissance, les mandats, les circonscriptions et les informations liées, les plus rapides à obtenir, étaient déjà traitées. D'autres points, comme l'adresse parlementaire ou les groupes parlementaires, posent peu de soucis.

Sur 577 députés, quelques surprises existent tout de même, sur des choses simples. « La civilité, le nom, prénom, l'âge... Entre les listes du ministère de l'Intérieur et le site de l'Assemblée, ils n'ont pas le même nom de famille, le même prénom, voire les deux » s'étonne Tris Acatrinei.

D'autres informations ont été purgées, comme les commissions parlementaires, les organismes extra-parlementaires et les collaborateurs. « Il n'est pas du tout dit que les mêmes reviennent. À priori si, mais on ne sait jamais » commente la fondatrice du projet. Viennent à la fin les groupes parlementaires et les GDI (groupes d'intérêt institutionnels), au nombre et à la composition parfois complexes à déterminer. Les informations venant de l'Assemblée ou de sources publiques sont traitées en deux semaines, affirme notre interlocutrice.

En fait, le gros morceau concerne les professions des parlementaires, incomplètes. « Le questionnaire du ministère de l'Intérieur sur le sujet n'est pas le reflet de la réalité. Par exemple, Aurore Bergé était directrice conseil dans une entreprise de communication. Elle est indiquée comme cadre du secteur privé. Le premier est quand même beaucoup plus parlant. Quand je te dis directeur général d'administration, c'est plus parlant que fonctionnaire territorial » détaille notre interlocutrice.

Quelques métiers sont aussi particuliers comme les avocats : « Pour eux, je dois gérer le barreau, donc voir du côté du répertoire du Conseil national des barreaux (CNB) pour savoir qui est dans quel barreau, ceux en activité ou non ». Une activité laissée à la fin du passage en revue des nouveaux parlementaires, même si avocats et médecins seraient assez faciles à trier.


Conférence à Pas Sage En Seine 2017 sur la petite corruption du quotidien

Des différences entre partis

Côté partis, l'innovation viendrait d'En Marche, qui propose un site facilement parcourable, avec des fichiers dédiés à l'exploitation automatique des données. « Je suis vraiment aidée par En Marche, qui a mis en place des API. J'ai mis deux heures à chercher les informations avant qu'un abonné Twitter ne me le signale... Pas de commentaire » note-t-elle. Sur le sous-site dédié aux législatives, la plupart des députés disposent en outre d'une description avec quelques informations utiles.

Surtout, les parlementaires LREM, parti « start-up », seraient bien plus adroits sur LinkedIn que leurs collègues. « Énormément ont un profil LinkedIn. Autant tu peux raconter des bêtises ailleurs, autant ça se voit rapidement sur un tel profil. C'est non seulement plus répandu [chez LREM], mais ils ont compris à quoi ça servait », à savoir signaler sa carrière professionnelle et non ses mandats, comme des députés LR.  « Soit la politique est devenue un métier, auquel cas il y a un malaise, soit tu n'as rien compris à LinkedIn et c'est aussi un problème. »

Du côté du PS et de LR, qui ont vu le nombre de leurs députés fondre, trouver le rôle de chaque parlementaire (voire son affiliation) serait plus compliqué, avec des organigrammes ayant disparu des sites officiels. « Il doit me rester une soixantaine de parlementaires pour lesquels il me reste à déterminer la couleur politique et le mandat interne » nous affirmait la responsable du projet Arcadie une semaine après l'entrée des députés.

Des données qui ont parfois mis du temps à venir

Toutes ces informations, ce sont de nombreuses sources avec lesquelles jongler. Le gros du travail a commencé après le deuxième tour, une fois le verdict des urnes connu, avec pour base des fichiers publics. « Je ne me voyais pas m'attaquer à un fichier de 5 000 noms, surtout pour des gens dont je savais qu'ils feraient 1 % dans le meilleur des cas » commente Tris Acatrinei, qui s'est résolue à trier elle-même tous ces noms. La raison ? Le fichier du ministère de l'Intérieur a mis au moins deux jours à venir. 

Elle a donc conçu une base de travail locale avant les résultats, puis trié et exporté les données vers le site une fois les noms tombés. Une liste des parlementaires de la XVe législature sur Wikipédia a aidé au tri.

Ses outils sont classiques : Excel et LibreOffice (notamment pour le traitement des CSV) ainsi que Xenu, un logiciel de scraping de liens de sites avec export en fichier tabulé. De quoi grandement simplifier la récupération de la liste des comptes sur les réseaux sociaux et des sites web.

« J'ai toujours été un peu fainéante et il me manque quelques bases techniques. Ça ne sert à rien de faire son propre script en Python juste pour montrer son talent. La plupart du temps, les outils existants fonctionnent très bien. Il faut juste apprendre à s'en servir ! » estime-t-elle.

Cela pousse aussi à l'astuce : se fier à l'identifiant numéroté des députés sur le site de l'Assemblée pour déterminer leur ancienneté, ou encore passer par un fichier XML de l'institution pour obtenir les adresses email (qui ont changé de format pour partie) et l'historique parlementaire. « Maintenant j'ai les suppléants, que je ne mettais pas avant. C'est intéressant, parce que tu vois les anciens députés. Une trentaine ne se sont pas présentés sous leur nom, mais comme suppléant », notamment côté LR, constate le projet Arcadie.

Nouveaux députés, nouveaux usages ?

L'objectif de cette législature est d'explorer en profondeur les professions des députés. Des informations pas toujours fiables, donc, qui sont pour partie entre les mains de la Haute Autorité de la transparence de la vie publique (HATVP), connue pour parfois mettre plusieurs mois à publier des documents en sa possession.

Tris attend encore pour contacter les députés, pour récupérer les dernières informations manquantes. Il s'agit aussi d'éviter d'être utilisée comme simple outil politique. « Une chargée de communication d'un nouveau député, Modem, m'ennuie en voulant me commander sur l'adresse email à mettre. La plupart des politiques, les projets type civic tech les intéressent quand cela peut servir leur communication. C'est ce qui rend certains projets plus visibles que d'autres » nous déclare-t-elle, refusant ce type de demande.

Cette législature serait d'ailleurs plus marquée par la communication. « Un problème que je vois arriver est que nos députés vont arriver avec des chargés de communication, pas de vrais assistants parlementaires, connaissant l'Assemblée et son fonctionnement », ce qui mènerait déjà à des erreurs. « J'ai peur qu'on ait le même souci qu'avec le PS et les Verts sous la précédente législature : des gens qui font surtout de la communication plutôt que du travail de fond. »

Un avenir encore incertain

Au quotidien, Tris Acatrinei gère donc les modifications de fiches (avec un repérage automatisé au maximum), suit l'activité parlementaire sur Twitter et son blog et réfléchit à la suite. Depuis un an, le site compte les eurodéputés français dans ses listes et se prépare à l'arrivée des prochains sénateurs, en septembre.

Surtout, le site a changé de modèle économique : d'abord payant puis sur publicité, il vit désormais des dons des lecteurs, avec un objectif mensuel de 2 000 euros pour le moment. La progression est rapide mais l'objectif n'est pas atteint : 180 euros en janvier, 1 080 euros en février, 1 143 euros en mars, 1 300 euros en avril, 1 720 euros en mai et 1 647 en juin. Un montant déjà presque atteint à la mi-juillet.

« Tous les autres modèles économiques ont été explorés et n'ont pas fonctionné. J'ai 7 000 abonnés sur Twitter. Si chacun faisait un don mensuel d'un euro, le budget serait bouclé et j'aurais les moyens de concevoir la petite sœur sur les partis politiques » estime Acatrinei. Il s'agirait d'une base de données, contenant tous les partis politiques figurant dans le rapport des comptes de campagne et de la vie politique, encore avec des informations détaillées. Avant d'ajouter de nouvelles informations et de lancer des projets annexes, elle attend que l'objectif de dons soit rempli trois mois de suite.

« Si ce n'est plus possible financièrement pour moi de poursuivre, on arrête en passant le site en archive. On est dans une phase de césure où les gens ne comprennent pas que le web doit s'acheter aussi » déclare Tris Acatrinei, qui prépare déjà les archives de la précédente législature. Une autre piste, par la collaboration ponctuelle avec des médias, doit aussi aider à financer le projet, qui gagne en visibilité de mois en mois.


chargement
Chargement des commentaires...