Bitcoin perd du terrain sur Ethereum, estime une étude de Coindesk sur les blockchains

ETH no sunshine 61
Accès libre
image dediée
Crédits : Tsokur/iStock
Crypto-monnaie
Par
le mercredi 07 juin 2017 à 16:20
Kevin Hottot

Coindesk a publié un épais rapport faisant le point sur les crypto-monnaies et leur marché à la fin du premier trimestre 2017. Sur les trois premiers mois de l'année, de nombreux évènements sont venus chambouler leur valorisation, en bien comme en mal.

Début janvier, nous avons publié un article célébrant le retour de la valeur du Bitcoin au-dessus de la barre des 1 000 dollars. Un retour symbolique, puisque la première fois que la crypto-monnaie avait atteint ce seuil, elle avait alors subi la pire crise de son histoire, avec l'affaire Mt.Gox. Cette dernière avait causé une chute brutale du cours autour des 200 dollars, avant que les banques ne s'intéressent à la blockchain. 

En l'espace de quelques mois, le paysage des crypto-monnaies (ou cybermonnaies comme le suggère la Commission générale de terminologie et de néologie) a brusquement évolué. Les analystes du secteur les plus optimistes pariaient sur un Bitcoin à 2 200 dollars fin 2017, tandis que les plus prudents évoquaient plutôt 1 500 dollars. Au moment où nous écrivons ces lignes, un bitcoin vaut 2 840 dollars.

La valeur des crypto-monnaies a explosé au premier trimestre

Dans un épais rapport présenté lors de la conférence Consensus 2017, Coindesk est revenu sur les mouvements qu'ont connu les cybermonnaies au premier trimestre. Si du côté de bitcoin, les variations sont restées contenues avec une hausse de 10,2 % sur trois mois, de 963 à 1062 dollars, d'autres ont connu des changements bien plus significatifs. 

Ainsi, en trois mois, la valeur d'un ether (la crypto-monnaie forgée sur la blockchain Ethereum) est passée de 8,26 dollars à 48,02 dollars, soit une progression de 481 %. Dash a encore fait mieux avec une hausse de 518 %, à 69,60 dollars. Les crypto-monnaies plus anciennes n'ont par contre pas eu la côte, comme en témoigne la croissance de 35 % de Litecoin, à 5,89 dollars. Zcash, à qui nous avions consacré un dossier, a vu son cours grimper de près de 300 % sur cette période.

State of Blockchain Q1 17State of Blockchain Q1 17 

La valorisation totale des cybermonnaies en circulation est donc passée de 18,5 milliards de dollars début janvier à 25,7 milliards au 31 mars. À titre indicatif, elle est de 101 milliards de dollars au moment où nous rédigeons ces lignes, dont 46 milliards pour Bitcoin et 24 milliards pour Ethereum.

Bitcoin n'est plus seul au monde

L'un des enseignements de l'étude de Coindesk concerne la fin de l'hégémonie de bitcoin sur le marché des cybermonnaies. Au début de l'année, la valorisation de l'ensemble des BTC en circulation correspondait à plus de 90 % de celle de l'ensemble des crypto-monnaies disponibles.

Petit à petit, avec l'émergence de nouvelles alternatives comme Ethereum qui offrent divers avantages par rapport à Bitcoin (smart contracts, taille de bloc variable...) ou Zcash (confidentialité des transactions renforcée)... cette domination tend à s'amenuiser. Fin mars, la valorisation des bitcoins en circulation est passée sous la barre des 70 % du total. Aujourd'hui, il est même question de seulement 45 % environ.

La hausse du coût des transactions en bitcoin inquiète

Il faut dire que ces dernières semaines, la blockchain de Bitcoin fait face à un nouveau problème : sa saturation. En effet, avec l'essor de l'utilisation des crypto-monnaies, le nombre de transactions via cette chaîne a explosé, passant d'un peu plus de 50 000 par jour fin 2013 à 287 000 en moyenne sur le premier trimestre 2017. Le hic, c'est que les blocs de transaction ont une taille fixe, 1 Mo et que donc le nombre de transactions gérables chaque jour n'est pas extensible à l'infini. 

La loi de l'offre et de la demande étant ce qu'elle est, le prix à payer pour introduire une transaction dans la chaîne à lui aussi bondi. Si début 2016 il suffisait en moyenne de glisser une fee de moins de 0,10 dollar pour trouver sa place dans un bloc, sur le premier quart de 2017 la moyenne est passée à 0,62 dollars et a continué de grimper ces dernières semaines. Aujourd'hui, pour s'assurer qu'une transaction passe en moins d'une demi heure, il faut verser environ 1 mBTC, soit 2,8 dollars au cours actuel. 

State of Blockchain Q1 17

Un problème dans le cas d'une petite somme à payer en bitcoin, comme lors de l'achat d'un jeu sur Steam. Sur un titre à 30 dollars, le coût de la transaction vient gonfler la note de presque 10 %. De quoi sérieusement remettre en question l'intérêt de ce moyen de paiement pour de telles sommes. Sur des transactions plus importantes, de l'ordre du millier de dollars, Bitcoin reste toutefois une alternative viable aux virements internationaux, ou au paiement par carte bancaire.

Cette hausse fait toutefois quelques heureux : les mineurs. En effet, les frais versés par les utilisateurs s'additionnent à la récompense de base obtenue pour le minage d'un bloc. Ils récupèrent donc des sommes un peu plus coquettes à chaque bloc, ce qui rend leur activité encore un peu plus rentable. 

Ethereum tire son épingle du jeu

Sur ce point, Ethereum fait beaucoup mieux, et c'est l'un des facteurs de cette envolée. En moyenne, la blockchain d'Ethereum a enregistré 58 000 transactions par jour au dernier trimestre, avec des pointes au-dessus de 80 000 sur les dernières semaines de mars et 214 000 opérations le 31 mai, contre 20 000 il y a un an. Le tout, avec des frais inférieurs à 0,03 dollar par transaction... mais ça c'était avant. 

State of Blockchain Q1 17

Malgré l'augmentation de la taille moyenne des blocs (Etherum adaptant leur taille en fonction du nombre de transactions à traiter), le coût moyen d'une transaction a lui aussi nettement augmenté, et s'établit aujourd'hui autour de 0,77 dollar. Cela reste significativement moins cher que pour Bitcoin, mais ce n'est pas négligeable non plus.

Néanmoins, ces coûts plus faibles, associés à la possibilité d'échanger simplement ses ethers contre des euros ou des dollars via diverses plateformes d'échange, font d'Ethereum une alternative de plus en plus populaire ces dernières semaines. Entre début janvier et aujourd'hui, la valorisation des ethers en circulation est passée de 720 millions de dollars à 24 milliards.

Une confiance envers Bitcoin qui s'étiole

Le rapport de Coindesk s'accompagne d'une étude des sentiments d'environ 1 100 « blockchain enthusiasts » autour de Bitcoin et d'Ethereum. Il y apparait clairement que la plus célèbre des cybermonnaies est de moins en moins attrayante vis-à-vis de ses alternatives. 

Pour 49,4 % des sondés, bitcoin n'est qu'une sorte d'équivalent numérique de l'or, une valeur refuge dans laquelle on investit en espérant dégager une plus-value quand les temps seront plus durs. Pour 34,5 % d'entre eux, bitcoin est bien une monnaie virtuelle, qui a donc vocation à être utilisée régulièrement. Pour les 16,1 % restants, Bitcoin se résume à sa technologie, celle d'un protocole d'échange décentralisé. 

State of Blockchain Q1 17State of Blockchain Q1 17

Autre question posée au panel : « Pensez-vous qu'Ethereum peut être utilisé comme une monnaie, un moyen d'échange, une méthode de paiement et comme valeur refuge aussi bien, voire mieux que Bitcoin ? ». 86,4 % des sondés ont répondu « Oui ». Un verdict sans appel.

L'une des sources de ce désaveu envers Bitcoin se trouve du côté du coût des transactions. Alors qu'il gravitait encore autour du dollar par opération, 67,2 % des sondés avaient un avis négatif sur ce niveau qu'ils considéraient déjà élevé. Plus de 50 % des répondants estimaient en effet que le tarif maximal admissible est de 0,20 dollar.

Pour résoudre ce problème, les développeurs du client Bitcoin Unlimited proposent de permettre aux nœuds du réseau de relever la taille maximale des blocs quand cela est nécessaire. Une initiative qui devrait permettre de réduire mécaniquement le coût des transactions. Aujourd'hui, 47 % des sondés estiment qu'il est possible qu'un « fork » se produise un jour entre les utilisateurs de Bitcoin Core et les adeptes de Bitcoin Unlimited. 

State of Blockchain Q1 17

Enfin, si 49,2 % des utilisateurs ont une opinion positive de l'état actuel de Bitcoin, ils sont 93,8 % à en dire autant pour Ethereum, qui semble donc avoir les faveurs des adeptes de cybermonnaies ces derniers temps. Les sondés ont également été interrogés fin mars sur le prix que selon eux, le BTC et ETH pourraient atteindre d'ici le 31 décembre. La réponse moyenne était de 1 701 dollars pour un bitcoin et 128 dollars pour un ether. Leurs cours respectifs du jour sont respectivement d'environ 2 800 et 250 dollars.

Le Japon pave la voie aux crypto-monnaies

L'élément le plus marquant du trimestre sur la régulation des cybermonnaies est à chercher du côté du Japon.  La loi du 31 mars y reconnait ainsi le bitcoin comme une méthode légale de paiement. En contrepartie, elle exige que les plateformes d'échange se plient à des procédures anti-blanchiment et puissent déterminer précisément l'identité de leurs clients. Pour rappel, les plateformes opérant en France sont soumises au même type d'obligations et doivent montrer patte blanche devant l'Autorité de contrôle prudentiel de la Banque de France.

State of Blockchain Q1 17

Les effets de cette annonce, et des mois de discussion qui ont pris place en amont, se sont rapidement vus sur les volumes d'échange entre BTC et yen. L'enquête de la banque centrale chinoise sur les trois principales plateformes d'échange du pays (BTCChina, Huobi et OKCoin, qui centralisaient plus de 90 % des échanges de bitcoin en 2016) a quelque peu accéléré les choses.

Les autorités chinoises craignaient en effet que les locaux se servaient de ces plateformes pour faire fuir leurs capitaux à l'étranger. Les transactions en yen sont ensuite devenues majoritaires fin janvier et pendant tout le mois de février. 

Le cas iranien

Coindesk s'est enfin penché sur un cas un peu particulier, celui de l'utilisation de Bitcoin en Iran.  La crypto-monnaie y est plutôt populaire et l'entreprise a tenté d'en savoir un peu plus sur les motivations de ses utilisateurs. Il s'agit majoritairement d'hommes (80 %) dont l'écrasante majorité (98 %) a moins de 44 ans. Ils sont 34,8 % à utiliser Bitcoin et d'autres cybermonnaies pour effectuer des paiements transfrontaliers, 24,6 % par idéologie – estimant que ni les banques, ni le gouvernement ne devraient contrôler leur argent – et 21,7 % pour spéculer. 

Sur les 200 utilisateurs de crypto-monnaies iraniens interrogés, une large majorité (77,4 %) estime que l'utilisation de Bitcoin devrait croître dans le pays. Ils sont également nombreux (66,2 %) à penser que le gouvernement local saura permettre l'expansion de l'utilisation de bitcoin et de sa communauté.

42,8 % de l'échantillon interrogé estime par ailleurs qu'après régulation « tout le monde sera capable d'utiliser Bitcoin librement en Iran », contre 28,3 % d'avis négatifs. L'un des points positifs de Bitcoin aux yeux des sondés, est qu'il s'agit d'un protocole de paiement qui pourrait répondre aux principes de la Sharia, même s'il reste encore une majorité d'indécis à ce sujet.


chargement
Chargement des commentaires...