La folle histoire d'une bactérie inconnue à bord de la Station Spatiale Internationale

Récupérée en 2011, publiée en 2016 132
En bref
image dediée
Crédits : gremlin/iStock
Nouvelle Techno
Par
le lundi 29 mai 2017 à 11:30
Sébastien Gavois

Une bactérie extraterrestre a-t-elle été découverte dans l'espace ? Non pas encore, Solibacillus kalamii est plus probablement une bactérie terrestre qui n'a simplement pas encore été identifiée, mais il n'en faut parfois pas beaucoup plus pour emballer la machine médiatique.

Alors que Life est sorti au cinéma mi-avril, la réalité aurait rattrapé la fiction si l'on en croit certains. Dans ce film qui se déroule à bord de la Station Spatiale Internationale, les membres d'équipage analysent une forme de vie inconnue, qui va se révéler plus intelligente et virulente que prévu. Quel rapport avec notre réalité ? La découverte d'une bactérie « extraterrestre » à bord d'un filtre de l'ISS, comme certains l'ont annoncé...

En effet, la machine médiatique s'est emballée la semaine dernière autour de la bactérie Solibacillus kalamii, baptisée ainsi en hommage à l'ancien président Indien et chercheur de renom Abdul Kalam. Les premiers à en parler seraient des sites indiens tels que NDTV (18 mai), India Today (21 mai) et Wire (21 mai également), ce dernier ayant ensuite été repris par de nombreux autres magazines.

L'histoire d'une particule revenue sur Terre en... 2011

Mais la découverte de Solibacillus kalamii ne date pas d'hier. En effet, cette bactérie a fait l'objet d'une étude scientifique publiée dans l'International Journal of Systematic and Evolutionary Microbiology... en 2016 par Aleksandra Checinska (auteur principal), alors qu'elle effectuait un post-doctorat au JPL de la NASA. Elle a été soumise le 28 janvier 2016, acceptée le 28 novembre de la même année et mise en ligne le 1er avril 2017.

Mais l'histoire de cette bactérie remonte encore à quelques années en arrière. En effet, les scientifiques expliquent qu'elle provient d'un filtre du Node 2 (module Harmony) de l'ISS qui fait la liaison entre les laboratoires de recherche américain, européen et japonais. Le filtre a été construit en 1998 et a été installé à bord de l'ISS en 2008. Après 40 mois en service, il retourne sur Terre en 2011 à bord de la navette spatiale Endeavour (mission STS-134). Il attendra ensuite sagement pendant deux ans avant d'être analysé en septembre 2013.

Inconnue ne signifie pas extraterrestre, loin de là !

Maintenant que l'histoire est remise dans son contexte, il est important de préciser un point important concernant les bactéries au sens large du terme. Michel Viso, responsable programme exobiologie au CNES, explique à nos confrères de France Inter qu'« on connaît à peu près 10 millions d'espèces de bactéries alors qu'on estime qu'il y en a mille milliards de différentes ».

Un rapport de 1 à 1 000 000 entre les bactéries que l'on connait et celles qu'il nous reste probablement à découvrir. Ce n'est donc pas parce qu'on ne l'a pas encore identifiée sur Terre, qu'elle n'y existe pas. Dans la publication scientifique, l'équipe de recherche ajoute que Solibacillus kalamii partage plus de 98 % de son génome avec d'autres bactéries qui n'ont rien d'inconnues, elles : Solibacillus isronensis B3W22T et Solibacillus silvestris HR3-23T.

Solibacillus kalamii n'est donc probablement qu'une bactérie parmi d'autres, provenant de la Terre. Elle a pu se glisser dans la Station Spatiale Internationale à bord d'un vaisseau de ravitaillement ou bien lors d'une mission habitée ; tous les matériels et vêtements ne sont pas stérilisés avant de partir dans l'espace. Michel Viso explique d'ailleurs qu'aucun élément indique qu'il puisse s'agir de la mutation d'un organisme.

Bref, beaucoup d'exagération autour d'une découverte qui reste scientifiquement intéressante, mais à mille lieues de ce qu'ont pu affirmer certains.


chargement
Chargement des commentaires...